« Le bonheur était là », le feel good par Claire Zamora

Bonjour à tous ! Nouvelle chronique sur un feel good cette fois-ci : Le bonheur était là de Claire Zamora. Mille mercis Jessica et Elodie pour l’envoi !

J’attendais ce roman avec beaucoup d’impatience car je suis une adepte des jeux Is it love ?, histoires interactives, et j’avais apprécié les adaptations littéraires en particulier Matt, Ryan ou encore Colin.

C’est quoi le pitch Holly ?

Lucie, trentenaire, a tout de la femme accomplie : une carrière prometteuse au sein d’une start-up dans laquelle elle passe le plus clair de son temps, un bel appartement à Paris et quelques aventures sentimentales sans lendemain qui ponctuent un quotidien bien rodé.

Mais il suffira d’un appel d’Enzo pour bouleverser cet équilibre. C’est son ami d’enfance, la personne à qui elle tient le plus au monde. Entre eux, pas d’histoire d’amour, mais la plus belle histoire d’amitié qui existe.

La jeune femme va être confrontée à un choix : rester à Paris et concrétiser ses espoirs professionnels ou tout quitter et suivre son éternel complice à Bali.

C’est un véritable chemin initiatique qui l’attend. Mais est-elle prête pour un tel changement ? Acceptera-t-elle de faire face à ses démons ?

Lorsque la vie ébranle nos certitudes, on peut s’obstiner à garder le contrôle ou… décider de lâcher prise.

On en pense quoi ?

J’ai apprécié ma lecture. Tout n’est pas parfait mais la trame est là et j’ai passé un très bon moment avec les personnages de Claire Zamora.

On suit Lucie. Cette trentenaire a dédié sa vie à son travail et au fait d’être respectée par ses pairs. Même si son boulot lui plait, Lucie se rend bien compte que tout n’est pas parfait et que quelque chose est en train de lui arriver. Sa verve et sa passion s’essoufflent. Mais elle ne peut pas y penser, du moins pas tout de suite.

Et puis patatras ! Enzo, son meilleur ami, celui qui compte le plus dans sa vie, l’appelle et remet en question ses choix de vie. La voilà qui part avec lui pour Bali. Lucie la terre à terre qui anticipe tout se trouve très vite en dehors de sa zone de confort et face à ses angoisses. Et si ce voyage pouvait l’aider à trouver sa voie ?

Comme je l’ai dit, j’ai beaucoup aimé Le bonheur était là. Le fait de tout plaquer sur un coup de tête et de retrouver son soi intérieur. Je me suis attachée à Lucie et Enzo. Bien sûr, Lucie est un personnage que j’ai appris à aimer au fil des pages. J’ai eu du mal au départ mais je me suis prise au jeu au fil des pages. On voit tout de suite où l’auteure veut en venir avec elle. En revanche, j’ai accroché de suite avec Enzo.

Enzo, il a un truc. C’est profond et touchant. De plus, il m’a rappelée un événement vécu il n’y a pas si longtemps et cela a aidé à m’attacher à lui. Alors oui, on peut se dire que c’est dingue son histoire mais vraiment, c’est aussi un moyen de mettre en lumière le carpe diem et le fait de vivre sa vie à fond.

Concrètement, j’ai adoré toute la première partie et la mise en place de ce voyage à Bali. En revanche, une fois à Bali, j’ai trouvé que Le bonheur était là était moins bon. Mais il ne faut pas en vouloir à Claire Zamora. C’est un premier roman et il est donc normal de trouver quelques imperfections. Elles ne m’ont pas empêchées d’apprécier ma lecture. Je tiens à rappeler qu’on connaît l’auteure pour ses jeux interactifs et donc la romance. Ici, c’est un autre registre et sincèrement, elle assure !

Un troisième personnage fait aussi son apparition. Si au départ j’ai été déroutée par lui, j’ai fini par comprendre où l’auteure voulait aller avec lui. Lui aussi a besoin de son Carpe diem et d’affronter ses peurs pour se retrouver. J’ai bien aimé la fin même si elle est tantôt triste et tantôt heureuse. Pour le coup, ça donne envie de savoir ce qui se passe ensuite.

Conclusion

Le bonheur était là est un très bon roman de Claire Zamora qui a su montrer qu’elle était capable d’écrire de tout. Ses personnages sont touchants à leur manière et l’histoire qu’elle leur fait vivre est belle et touchante. Cela donne vraiment envie de lire de nouveau sa plume.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

2 thoughts on “« Le bonheur était là », le feel good par Claire Zamora

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge