“Is it love ? Colin” amour et rock’n’roll par Estelle Every !

Bonjour tout le monde ! Nouvelle chronique sur le dernier roman tiré des jeux Is it Love ?. Après vous avoir parlé de Gabriel et Matt ici puis Ryan, je vous parle de Colin. Merci à Célia et Jessica pour l’envoi du roman !

Comme j’ai pu le dire dans mes chroniques précédentes sur cette série, je suis une adepte de ces jeux où l’on est l’héroïne. J’ai fait tous les jeux de l’univers Carter Corp. sauf un : Colin. C’est donc en quelque sorte à l’aveugle que je me suis lancée dans cette lecture.

C’est quoi le pitch Holly ?

Juliet Hall travaille au quarante-deuxième étage de Carter Corp. Son poste de chargée de communication lui plaît mais elle rêve depuis toujours de devenir pianiste. Alors, quand l’opportunité d’intégrer un groupe se présente, elle n’hésite pas un instant. Et même la présence de l’odieux – et terriblement sexy – Colin Spencer, chanteur et leader de Nightmareden, ne suffit pas à l’en dissuader.

Colin est intraitable : aucune fausse note n’est tolérée, et il ne se gêne pas pour le faire savoir à la pianiste. Pourtant, de répétition en répétition, elle entrevoit un côté sensible, une fragilité, qui l’émeut. Juliet oscille sans cesse entre haine et convoitise à son égard. Elle décide de mieux le connaître, s’intéresse à lui, à son métier… peut-être un peu trop. Colin n’est pas seulement musicien et responsable informatique de Carter Corp., il est aussi un hackeur de génie, et les dossiers sur lesquels il travaille sont top secret.

La jeune femme est bien décidée à décrypter l’énigme qu’est Colin, tâche qui va s’avérer bien plus ardue qu’elle ne l’imaginait.

On en pense quoi ?

J’ai été une nouvelle fois conquise par la plume d’Estelle Every ! Je crois même que je fais finalement essayer de jouer au jeu, même si Ryan reste mon personnage préféré.

On suit donc dans un premier temps Juliet. Elle travaille comme chargée de communication à la Carter Corporation. Un soir, Matt, son binôme de travail, lui propose d’assister à un concert des Nightmareden, un groupe de métal. Alors qu’elle l’aide ainsi que Adam, le batteur du groupe, elle rencontre Colin, le chanteur du groupe. La rencontre se passe pas si bien que cela même si Juliet est troublée par cet homme. Très vite, elle découvre que Colin travaille aussi à la Carter Corp., au service informatique. Elle va alors tenter de creuser le mystère qu’est Colin. Et si il y avait autre chose entre elle et Colin ?

Juliet est un personnage attachant. Passionnée par la musique, elle a pourtant choisi de se concentrer sur son travail. Son piano prend la poussière dans son appartement. Elle a des supers amis comme Lisa, chargée d’accueil à la Carter Corp., et Matt (le Matt que l’on voit dans chacun des livres et des jeux de la série). C’est une jeune femme plutôt rangée mais quand elle rencontre Colin, sa vie s’en retrouve chamboulée.

Juliet est une personne qui, sous sa carapace de jeune femme forte (faut voir comment elle renvoie balader Colin), est dotée d’une certaine fragilité. Quand on lui propose de remplacer un membre du groupe de Colin au pied levé, au départ, elle accepte par défi, pour prouver à Colin qu’elle en est capable. Pourtant la musique, elle l’a abandonnée il y a longtemps, ne se sentant pas capable d’en faire une grande partie de sa vie. Mais en relevant ce défi, Juliet comprend que la musique fait toujours partie d’elle et s’il n’y avait pas eu Colin, elle n’aurait jamais renoué avec sa passion.

Colin Spencer a toujours été une énigme pour moi. Même dans les jeux interactifs. C’est vrai que physiquement, c’est pas le genre d’homme qui m’attire. Je n’aime pas les cheveux longs et les geeks. Cela peut paraître surprenant quand on sait que j’aime bien bricoler des choses avec mon ordinateur. Je crois que d’avoir été au lycée avec une bande de geeks m’a un peu refroidie en vieillissant. C’est probablement la raison pour laquelle je n’ai pas tenté le jeu. Alors en lisant Is it love ? Colin, je suis partie avec un petit a priori qui a très vite disparu.

Colin est touchant en fait. Il me fait penser au lion d’Androclès (ndlr : l’esclave romain a retiré une épine de la patte du lion). C’est un bourru quand on le voit mais il a un très grand cœur. Il se cache derrière sa froideur pour se protéger de sentiments qui l’ont fait souffrir enfant. Donc quand il rencontre Juliet, il est affreux au possible. Mais tout ça parce qu’à force de passer du temps avec Juliet, il commence à éprouver des sentiments qui lui font peur mais en même temps, il a envie de les vivre. Finalement, Colin et Juliet sont l’antidote l’un de l’autre. C’est beau je trouve.

J’ai adoré l’univers musical dans lequel se déroule une bonne partie du roman. Car si on a toujours la Carter Corp. en fond, c’est bien la musique qui prime puisque c’est elle qui est au centre de la romance et de l’intrigue même. Je ne suis pas une adepte du métal comme musique mais j’avoue que le personnage de Colin me donne envie de tenter l’aventure.

Comme dit au début de ma chronique, Colin est une inconnue pour moi puisque je n’ai pas joué au jeu. Cependant, j’ai quand même réussi à déceler ce qui fait les jeux de Claire Zamora. Mais … on sent bien la patte d’Estelle Every dans cette histoire. Comme Eva de Kerlan pour Ryan, elle a suivi la trame du jeu tout en apportant sa touche à elle. En tout cas, je l’ai ressenti tout au long de ma lecture. J’avais vraiment le sentiment de retrouver la Estelle Every que je connais. Donc pour moi Colin est un très bon roman qui a su garder l’essence du jeu tout en gagnant son indépendance par la plume de l’auteure qui lui a été associée.

C’est un secret pour personne, je suis une fan inconditionnelle d’Estelle Every. A chaque fois que je lis un de ses romans, je suis transportée dans son univers. Elle a une manière de raconter une histoire qui est particulière : elle est reconnaissable entre toutes mais il est impossible de la qualifier pleinement. Dès les premières lignes de Colin, je l’ai retrouvée. J’ai bien senti que c’était elle et non Claire Zamora. C’est dingue ! Et comme toujours, elle est géniale dans les descriptions des scènes hot. C’est vrai que Colin est complètement à l’opposé d’Endless Night et pourtant … Estelle Every est capable d’écrire dans un registre plus soft. J’adore !

La fin du roman peut surprendre mais étrangement, moi je l’aime bien. On comprend bien que c’est la fin du jeu qui a été transposée mais c’est une fin qui correspond tout à fait à ce que je voulais pour Colin et Juliet. Pour moi, Colin est un ovni masculin dans la série Carter Corp. (que ce soit les jeux ou les romans) donc il lui fallait une fin à son image et c’est le cas. En tout cas, ça me donne envie d’essayer le jeu pour voir les différences avec le roman.

Conclusion

Colin est une très belle adaptation des jeux Is it Love ? selon moi. On a l’essence du jeu mais surtout l’indépendance de l’auteure. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le personnage de Colin et à l’apprécier. Juliet est une jeune femme touchante et attachante à laquelle on peut facilement s’identifier. L’univers de la musique est parfaitement exploité et cela donne envie d’en découvrir davantage sur le style musical du groupe Nightmareden. La plume d’Estelle Every est toujours aussi prenante, reconnaissable et unique. J’ai hâte de la retrouver dans son nouveau roman qui m’attend sagement (et qui est déjà commencé). Maintenant, il me reste Adam à découvrir et j’ai plus que hâte !

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

3 thoughts on ““Is it love ? Colin” amour et rock’n’roll par Estelle Every !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge