Is it Love ? … du jeu au roman !

Bonjour tout le monde ! Je reviens aujourd’hui avec un article un peu spécial : Is it Love ? Ce jeu, dans lequel on est l’héroïne de notre propre romance, sorti tout droit de la tête de Claire Zamora et son mari, connaît un succès phénoménal et se retrouve très vite décliné dans différents univers. Le premier fut Gabriel (le manager) dans l’univers Carter Corporation qui a fini par s’ouvrir à d’autres personnages du même univers comme Matt le collègue graphiste ou encore Ryan Carter le grand patron.

J’ai découvert ces jeux en septembre dernier et depuis … je suis accro. J’adore l’univers de la Carter Corp. J’ai commencé avec Matt puis Gabriel avant de passer par Ryan puis Adam. Il me reste Colin à tester mais c’est celui qui me tente le moins pour l’instant. J’ai aussi démarré Blue Swan qui est sympathique pour le moment.

Quand j’ai su que des livres, des adaptations des histoires issues de Carter Corp allaient sortir, je ne pouvais pas ne pas les lire. Alors oui, les livres existent en réalité depuis un petit moment mais comme j’ai découvert les jeux il y a peu, je crois que je peux être pardonnée non ? Merci Célia et Hugo Roman pour l’envoi !

C’est quoi le pitch Holly ?

Gabriel :

Alors qu’Ashley est en retard pour son premier jour de travail à la Carter Corporation, une grande entreprise new-yorkaise dans laquelle elle a toujours rêvé d’être embauchée, elle croise le chemin d’un insupportable personnage qui lui fait perdre un temps précieux ainsi que son calme. En arrivant au bureau avec plus d’une heure de retard, on lui présente son manager… qui n’est autre que celui qui est responsable de son arrivée tardive ! Il va alors prendre un malin plaisir à faire planer le doute sur son éventuel renvoi. Dès lors se met en place un jeu mêlant séduction et provocation.

 

Matt : 

Emma Johnson est assistante de communication au sein de Carter Corporation. Un soir, elle se dévoile à son très séduisant binôme, Matt, un graphiste aux yeux noisette. Il lui prête une oreille attentive, et elle finit par tomber sous son charme. Mais celui-ci souffle le chaud et le froid. Le lendemain, il l’ignore. De plus, de nombreux mystères l’entourent : un passé trouble, un jumeau diabolique prénommé Daryl, et que cache cette impressionnante cicatrice dans son dos ? La jeune femme est déterminée à en savoir plus, qu’importent les risques, et ce malgré la volonté des jumeaux de l’éloigner du danger. Matt parviendra-t-il à révéler ses sombres secrets à Emma ?

On en pense quoi ?

Et bien … je dois dire que dans l’ensemble, je suis super contente. Vraiment. Les éléments du jeu sont repris et on retrouve l’univers de la Carter Corp tel que je l’avais imaginé dans ma tête. Bien évidemment, il y a des choses qui m’ont plus ou moins plu et je vais vous expliquer de quoi il s’agit. Avant de commencer, pour la suite et ainsi pouvoir comparer le jeu aux romans, je vais m’appuyer sur le personnage que j’ai créé pour « vivre » ces histoires : Ava. C’est le prénom que j’ai donné à mon héroïne dans tous les jeux (ndlr : oui, c’est un hommage à Ava Gardner).

Du jeu au roman … quelle adaptation ?

Commençons par Gabriel. Des deux romans, c’est celui que j’ai le moins aimé. En effet, c’est celui qui s’éloigne le plus du jeu selon moi. Même si la préface du livre m’avait prévenue, je suis quand même un peu loin de ce que j’avais imaginé. Alors bien sûr, on retrouve tous les éléments de base du jeu, à savoir les scènes cultes. Certaines ne sont pas dans l’ordre chronologique mais ce n’est pas ce qui me gêne le plus. Beaucoup trop d’éléments ont été rajoutés pour étoffer l’histoire. J’ai eu l’impression d’être face à une réécriture de l’histoire plutôt qu’une adaptation. Mais ce n’est que mon avis personnel bien sûr.

Quant à Matt … c’est vraiment celui que j’ai préféré car pour moi, c’est celui qui est le plus fidèle à l’histoire du jeu. J’ai vraiment retrouvé tous les éléments importants de l’intrigue dans le même ordre (d’après mes souvenirs) et j’ai apprécié le prologue ajouté au début de l’histoire pour comprendre comment Emma développe des sentiments pour son collègue graphiste. On ne s’éloigne pas du tout de l’histoire originelle, on l’étoffe suffisamment pour pouvoir mieux comprendre l’intrigue qui va en découler. Cette fois-ci, je suis vraiment face à une adaptation de l’histoire.

Les personnages … fidèles à l’histoire ou pas ?

Si je dois comparer les deux romans, je dois reconnaître que Matt est le personnage le plus fidèle au jeu, que ce soit dans Gabriel ou dans Matt. Il y a toujours cet humour qui le caractérise qui ressort bien évidemment davantage dans Gabriel vu que dans le roman le concernant, on va découvrir une autre facette de lui. J’ai aimé le Matt vulnérable et entrer dans sa tête n’a fait que confirmer ce que j’avais imaginé lorsque j’ai joué au jeu. C’est un personnage vraiment plaisant et j’ai aimé la manière dont Eva de Kerlan l’a représenté.

Passons à Gabriel. Dans Matt, je l’ai pleinement reconnu alors que dans le roman le concernant … je suis plutôt déçue. Il est vrai que dans le jeu, il est très mystérieux et on ne sait pas grand chose de lui mais … je ne l’imaginais pas du tout ainsi. Le fait de rentrer dans sa tête et de le voir prendre la parole permet de mieux le découvrir cependant, je reste assez dubitative sur son évolution. Je le trouve très grossier alors que dans le jeu, je le trouve plutôt lunatique ou d’humeur changeante. On ne sait pas trop quoi penser de lui. Même si Angel Arekin nous donne des explications à son comportement quand c’est Gabriel qui parle, je m’attendais à autre chose.

Intéressons-nous à l’héroïne. Ashley (Gabriel) et Emma (Matt) sont deux femmes complètement différentes et si je dois les comparer à Ava, il est clair que Emma remporte le match haut la main. Emma n’est pas une copie conforme d’Ava mais presque. J’ai retrouvé la douceur, la sensibilité et la fragilité qui font de Emma un personnage attachant mais aussi sa force et sa détermination qui correspond bien à Ava. Ashley … c’est vraiment autre chose.

Je ne dirai pas que Ashley est un mauvais personnage au contraire mais on est loin de l’héroïne sensible et douce qu’est Ava. Elle est forte, déterminée et courageuse. Je ne l’ai pas senti fragile une seule seconde. Elle sait ce qu’elle veut. La féministe que je suis en est ravie mais la cérébrale est moins convaincue. Oui, je reconnais que je m’attendais à une héroïne similaire à Ava et ce n’est pas le cas. C’est vraiment un super personnage mais … ce n’est pas ce que j’imaginais. Vous allez me dire que je veux toujours des héroïnes fragiles qui doivent être sauvées par un bel homme mais non ! C’est juste que si on doit adapter un jeu, j’aime quand c’est le plus fidèle possible, c’est tout. C’est mon côté cérébral.

J’ai, en revanche, adoré découvrir Daryl ! Daryl est le jumeau de Matt et il a une place importante dans l’intrigue de Matt. Eva de Kerlan nous met souvent dans sa tête, peut-être un peu plus que Matt mais ça ne me gêne pas. Au contraire ! Je me suis encore plus attachée à ce personnage. Il a toujours ce côté désinvolte, dragueur, … qui cache une profonde sensibilité qui est dévoilée grâce à l’auteure. Rien que pour ça, j’ai adoré Matt !

Le style de l’auteure

Si mes sentiments concernant les deux romans varient que ce soit vis à vis de l’intrigue et des personnages, ce n’est pas forcément le cas du style des auteures. Chacune a le sien et il est unique. En fait, j’ai tout aimé dans l’écriture.

Cependant, quitte à trancher concernant le style de la New Romance, Angel Arekin a une plume plus affirmée. Disons qu’elle maîtrise vraiment bien les codes et cela se ressent dans la lecture. C’est fluide, addictif, avec juste ce qu’il faut de tension pour tenir le lecteur en haleine ainsi que l’attirance entre les deux personnages. Alors oui, on va tomber un peu dans le cliché avec des surnoms tels que Berlinetta et Miss Fury mais à part ça, c’est de la bonne New Romance, de la vraie, idéale pour passer un moment sans se prendre la tête même si j’ai pas accroché avec certaines scènes de sexe qui me semblaient pas toujours nécessaires. Cela explique pourquoi j’ai trouvé que Gabriel était une réécriture du jeu et non une adaptation. Si je change le titre et fais abstraction du fait qu’il est lié au jeu, c’est vraiment un super roman. Mais encore une fois, c’est mon côté cérébral. En aucun cas le roman est mauvais. C’est juste moi qui focalise sur des détails insignifiants.

Eva de Kerlan … c’est vraiment différent. Du fait qu’elle reste fidèle au jeu, on a le sentiment que son écriture est plus scolaire, qu’elle veut que les fans du jeu retrouvent l’univers et les personnages qu’ils aiment. Moi personnellement j’aime beaucoup. Mais dans les scènes et éléments ajoutés en plus pour étoffer l’histoire, on voit qu’elle a malgré tout une très belle plume. C’est léger, doux et pas trop incisif. Pour le coup, j’ai une romance doudou qui file le sourire une fois la dernière page tournée. Je n’ai pas eu chaud comme pour l’autre roman mais j’ai eu des papillons dans le ventre. Une amie qui a lu Matt a trouvé que les scènes de sexe étaient parfois trop développées et elle a préféré Gabriel. Ce n’est pas mon cas. Chacune ses goûts donc. Comme quoi on peut ne pas avoir la même vision sur un roman.

Si je devais soulever un dernier point concernant l’écriture, c’est le fait que Claire Zamora, la créatrice de l’univers Carter Corp et des jeux, ait écrit un chapitre dans chaque livre. Si dans Gabriel, j’ai pu comprendre le personnage masculin, j’ai quand même préféré le chapitre dans Matt. C’est une scène qui existe déjà dans le jeu si j’ai bonne mémoire et j’ai vraiment découvert le style de Claire autrement qu’à travers les jeux. Elle devrait écrire un roman toute seule d’ailleurs. Ce serait chouette.

Conclusion

Gabriel et Matt sont deux très bons romans qui restent en majorité fidèle à l’univers créé par Claire Zamora. Si Matt a ma préférence de par sa quasi exactitude des faits liés au jeu, Gabriel n’en reste pas moins sympathique malgré quelques libertés qui gênent mon côté cérébral. Les personnages sont attachants chacun à leur manière et Angel Arekin et Eva de Kerlan nous offrent différents narrateurs pour découvrir ou redécouvrir certains d’entre eux. En tout cas, j’ai eu beaucoup de plaisir à lire ces deux versions et j’ai hâte de recevoir Ryan rapidement car il s’agit de mon personnage préféré.

A propos de Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge