« Is it Love ? Ryan » ou mon petit coup de cœur !

Bonjour tout le monde ! Après vous avoir parlé des deux premiers romans adaptés des jeux Is it Love ?, je reviens aujourd’hui avec le troisième et dernier roman adapté : Ryan. Il faut dire que c’est le roman que j’attendais le plus car Ryan est mon personnage préféré de l’univers Is it Love ?. Mystérieux, jeune PDG d’une vingtaine d’années, Ryan Carter est le personnage central de l’univers Carter Corp. vu qu’il est le patron mais c’est aussi le personnage qu’on voit le moins. Dans le jeu du même nom, l’héroïne a une romance avec lui et je dois dire qu’elle est vraiment très réussie. Merci à Célia pour l’envoi du roman !

C’est quoi le pitch Holly ?

Un soir où June Brown travaille tard, elle fait une rencontre dans l’ascenseur… qui bouleverse ses sens. Peu après, elle est transférée au poste d’assistante personnelle du grand Ryan Carter, le P.-D.G. en personne. Précipitée dans une vie de paillettes, de galas et de courses folles en limousine, les premiers temps sont déroutants pour la jeune femme. D’autant que son fascinant patron semble s’amuser à attiser un intense feu entre eux. Entraînée dans un tourbillon d’émotions, elle devine que des menaces planent sur l’homme d’affaires. Entre conscience professionnelle et sentiments incontrôlables, June succombera-t-elle au regard gris magnétique du séduisant Ryan Carter ?

On en pense quoi ?

Je l’ai reçu le jour où j’ai posté ma chronique des deux premiers romans … pour le finir quarante-huit heures plus tard. C’est mon petit coup de cœur ce roman. Des trois, Ryan est le meilleur selon moi. C’est justement un bon mélange entre l’adaptation à la lettre du jeu mais tout en gardant des libertés. Je pourrais m’appuyer sur le personnage d’Ava que j’ai créée pour jouer au jeu mais finalement … ce ne sera pas nécessaire. Enfin je crois.

On suit donc dans un premier temps June. Elle travaille depuis peu à la Carter Corporation en tant qu’assistante marketing. Un soir, lors d’une soirée entre collègues au boulot, elle oublie son sac à main et doit prendre l’ascenseur pour aller le récupérer. Au retour, une panne la plonge dans le noir avec un inconnu. Elle échange avec lui l’instant le plus intense et sensuel de toute sa vie avant de le laisser sortir sans chercher à connaître son identité au point d’imaginer qu’il s’agit d’un rêve. Pourtant, peu après elle se retrouve face au PDG de sa boîte, le mystérieux Ryan Carter, et devient par la suite son assistante personnelle. Entre eux, la tension, l’attirance est palpable, comme ce qu’elle a ressenti avec son inconnu dans l’ascenseur. Très vite, une relation charnelle se noue entre ces deux personnages par toujours gâtés par la vie. Mais Ryan Carter occupe un poste à hautes responsabilités et certains en veulent à sa personne. June va vite se retrouver face à des sentiments puissants pour son patron mais supportera-t-elle la pression qui l’entoure ?

June est un personnage qui ressemble beaucoup à mon Ava (oui j’avais dit pas de comparaison mais je ne peux pas m’en empêcher). Passionnée par la cuisine, elle tient un blog dans lequel elle partage ses créations culinaires. A côté de ça, elle est orpheline suite à un accident dans lequel a péri toute sa famille. Les seules personnes qui comptent pour elle sont Lisa, l’hôtesse d’accueil de Carter Corp. et Matt, son collègue graphiste (donc le Matt qu’on a vu dans les romans précédents). C’est une jeune femme plutôt rangée et donc sa petite « incartade » dans l’ascenseur n’est pas du tout dans sa nature. La cuisine est son dada, son petit plaisir, un domaine qu’elle maîtrise. C’est d’ailleurs en voyant un menu dans la salle de réunion de l’étage du patron qu’elle ne peut s’empêcher de faire remarquer que le choix du vin n’est pas approprié. Sa remarque à voix haute va taper dans l’œil de Ryan Carter lui-même vu qu’il est présent dans la salle. (ndlr : la scène de l’ascenseur et le choix du menu sont des scènes clefs du jeu)

June est une personne qui, sous sa carapace de jeune femme fragile, est dotée d’une sacrée force de caractère. Ce n’est pas évident de se reconstruire quand on a perdu sa famille. Pourtant, ce moment d’égarement dans l’ascenseur va lui permettre de prendre conscience qu’elle a des désirs, des envies. Alors quand elle va rencontrer son patron, elle va s’ouvrir à lui, s’épanouir et devenir la femme qu’elle a toujours été mais qu’elle gardait au fond d’elle, tapis dans l’ombre, car elle se sent toujours coupable d’être en vie et non sa famille. Pourquoi aurait-elle droit au bonheur ? Ryan va faire sauter une à une ses barrières à travers différents moments de leur collaboration, soufflant tantôt le chaud et le froid avec elle, surfant sur la tension et l’attirance indéniables entre eux.

Ryan Carter, ou Monsieur Intense de part son regard troublant, voit tout de suite le potentiel de June. Elle sera sa nouvelle assistante. Point. Et puis June est un mystère et l’avoir à ses côtés va lui permettre d’apprendre à la connaître et de comprendre pourquoi sa présence lui fait ressentir des sensations, des sentiments qu’il ne pensait jamais (re)vivre un jour. Il est parti de rien pour monter sa société car même s’il a grandi dans une famille plus qu’aisée, la mort de son père a tout changé. Tout ce qui compte pour lui, c’est sa société mais surtout sa sœur, Jenny. Il ferait tout pour elle. Alors pourquoi June  le trouble-t-il autant ? Pourquoi se sent-il capable de faire des choses insensées quand elle est à proximité ? Serait-il possible pour lui d’aimer, d’avoir quelqu’un d’autre dans sa vie que sa sœur ?

Comme June, il a souffert de l’absence de famille, d’un père. Élevé par des grands-parents qui l’aimaient certes mais qui n’aimaient pas sa mère, Ryan a constitué une armure autour de son cœur. Ils l’ont laissé mourir sans aucun remord et ça Ryan ne leur a jamais pardonné. Malgré cela, c’est un homme profondément humain qui se donne corps et âme dans sa société mais aussi dans l’humanitaire. Il veut à tout prix que ceux qui sont dans le besoin puissent vivre décemment et être heureux. Sa société, Carter Corporation, oeuvre dans ce but. C’est pas forcément quelque chose que l’on voit beaucoup dans les personnes PDG de roman de ce genre alors moi, je ne peux qu’aimer. Cela sort de l’ordinaire. Physiquement, il peut faire penser à un certain Christian Grey mais la ressemblance s’arrête là. En aucun cas Claire Zamora a imaginé Ryan Carter comme étant une copie de Christian Grey. Elle le dit elle-même : elle s’est inspirée d’une personne qui compte énormément pour elle et cela se ressent dans le caractère de Monsieur Intense.

Comme dit au début de ma chronique, Ryan est un bon mélange entre l’histoire de base et la prise de liberté d’Eva de Kerlan. Comme pour Gabriel, on a des éléments clefs de l’intrigue qui ne sont pas toujours dans l’ordre mais finalement, ça donne un peu plus d’ampleur au roman tout en y restant fidèle. On ne s’éloigne pas trop de la trame d’origine. Comme tout le monde l’a compris, l’inconnu est Ryan (ce n’est pas un spoiler, c’est de la logique) mais par exemple dans le jeu, June/Ava le découvre avant de succomber à son patron. Dans Ryan, elle le découvre après et justement, cela donne un peu plus de piment à une scène clef. J’ai trouvé qu’Eva de Kerlan l’avait bien amené justement. Ca arrive pile au bon moment. Si je dois comparer les deux romans qu’elle a écrit, à savoir Ryan et Matt, on sent clairement que Ryan est plus complet. J’entends par là que dans Matt, son style est très scolaire, qu’elle suit le jeu à la lettre, comme si elle n’avait pas eu assez de temps pour développer ou renforcer son intrigue. Dans Ryan, il y a des libertés qui sont prises et cela se ressent dans l’écriture.

Eva de Kerlan a une véritable plume d’auteure de New Romance. Dans Matt, du fait que cela collait énormément à l’histoire d’origine, je n’étais pas très fan. Elle était belle et légère mais … il manquait un petit quelque chose. Et ce quelque chose est là avec Ryan. J’ai toujours les belles descriptions durant les scènes de sexe. Pas trop détaillées avec juste ce qu’il faut de termes sans paraître vulgaire. Je préfère voir le mot lingerie qui en dit long sans en dévoiler. Après, j’ai aimé sa vision de Ryan. Comme pour les deux autres livres, on entre dans la tête du personnage masculin mais, comme pour Matt, on entre aussi dans la tête de Jake, le garde du corps de Ryan. Dans le jeu, il occupe une place importante dans l’histoire de l’héroïne et donc de le comprendre, c’était important pour moi. Ca m’a permis aussi avec ces deux hommes de comprendre certaines choses qui étaient floues pour moi dans le jeu. Cela apporte une autre donne, une nouvelle version à l’histoire. C’est vraiment très agréable. Merci Eva ! Encore une fois, j’ai eu la romance doudou que je voulais lire.

En effet, dans le jeu, June/Ava vit beaucoup de rebondissements. On a affaire à des gens qui en veulent à la vie de Ryan puis à celle de l’héroïne et j’en passe. Dans Ryan, certaines sont là mais ce n’est pas le plus important. Ca reste en second plan, la romance primant sur tout cela et c’est bien mieux car parfois dans le jeu, je trouvais que cela avait ni queue ni tête. Ainsi on a toujours la tension, le danger mais plus dans la relation June/Ryan que dans l’intrigue autour de ceux qui en veulent à Ryan. Deux éléments bien distincts qui permettent de bien savourer la romance avant tout.

Conclusion

Ryan est la meilleure adaptation des jeux Is it Love ? selon moi. C’est un bon compromis entre l’adaptation fidèle (Matt) et la prise de liberté (Gabriel) sans en faire trop. J’ai pris beaucoup de plaisir à en savoir un peu plus sur Ryan et son garde du corps Jake qui ont chacun à leur manière une place importante dans l’histoire. June est une jeune femme touchante, à l’image de mon Ava tout en étant différente d’elle. Eva de Kerlan a une très belle plume, tout en légèreté nous offrant des moments tendres comme des moments intenses sans en faire trop, avec juste ce qu’il faut de pudeur pour ne pas paraître prude non plus. Ce livre correspond vraiment à ce que je souhaitais voir dans l’adaptation du jeu. J’ai maintenant hâte de découvrir Eva de Kerlan avec ses propres histoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge