“Plus on est de fous …”, la pépite folle et douce de Zoé Brisby !

Bonjour tout le monde ! Alors que certains sont confinés, d’autres travaillent, je suis en pleine préparation de mes oraux de concours (en formation actuellement) et j’en profite pour vous parler de l’un de mes derniers coups de cœur qui sort aujourd’hui : Plus on est de fous … de Zoé Brisby.

Je suis une très grande fan de la plume de Zoé Brisby. Je n’ai pas lu son premier roman mais je l’ai découverte avec L’habit ne fait pas le moineau, lauréat du Mazarine Book Day. J’ai ensuite lu Le syndrome de l’Hippocampe et j’attendais avec impatience la prochaine sortie. Mille mercis à Marion et Michel Lafon ainsi que Zoé pour son adorable dédicace.

C’est quoi le pitch Holly ?

Bienvenue à la clinique psychiatrique Beausoleil !
Demeure de charme abritant des pensionnaires hors du commun. Ce petit monde vit en harmonie sous le regard bienveillant de Marguerite, l’infirmière en chef, et du mystérieux Dr Petitpas.
Soudain, tout change quand Luc, nouveau patient, fait une entrée fracassante.
Cette arrivée et l’apparition d’un nouveau directeur sans scrupules bouleversent un quotidien bien réglé.
Les patients vont devoir prendre les choses en main… C’est le début d’une aventure de folie !

On en pense quoi ?

Enorme coup de cœur ! C’est exactement le genre de roman qui fait rire, sourire et qu’on referme avec une énorme banane sur le visage.

On suit plusieurs personnages d’un coup mais tout commence véritablement avec l’arrivée de Luc à la clinique Beausoleil. Dès le départ, il dit clairement qu’il a été enfermé par erreur et qu’il va tout faire pour sortir de cet endroit. Très vite, il va se lier d’amitié avec certains patients de la clinique comme Jarod, le caméléon, Calixte, le germaphobe ou encore Robin, celui qui est “écouté” par le gouvernement. Tout ce petit monde vit tranquillement, sous la houlette de Marguerite l’infirmière et le Dr Petitpas, directeur de la clinique.

Oui mais voilà, le docteur est envoyé au siège et un autre doit prendre sa place. Et là … tout part en vrille ! Luc et son groupe d’ami n’a qu’une chose en tête : sortir d’ici ! Mais peut-on vraiment s’enfuir ? Et si ils y arrivaient, pourraient-ils s’en sortir dans un lieu qui leur est inconnu ?

Le premier mot qui m’est venu à la fin de ma lecture est “génial”. Génial parce que rien que le lieu choisi, il fallait y penser. Je n’aurais jamais cru lire un jour une histoire telle que Plus on est de fous… se passerait dans un hôpital psychiatrique. Et la galerie de personnages aide vraiment à adorer cet endroit et à avoir envie d’y aller (sans mauvais de jeu de mots).

Je vais d’abord parler de Robin et Jarod. Ces deux-là … ils ont vraiment un truc. Robin est son obsession d’être observé et surveillé par le gouvernement donne lieu à des scènes assez drôles. Jarod et sa manière de changer d’attitude comme de chemise est énorme. Puis il y a Ernest, le suicidé raté, qui dans ce petit groupe est un peu la morale car probablement un des plus lucides du groupe. Et je terminerai par Yoda et ses répliques parce que lui … c’est juste très drôle de le voir s’exprimer.

Et enfin Luc … Luc c’est le fil rouge. Parce que justement, on se pose la question sur sa santé mentale. Un coup, il nous semble lucide mais tout d’un coup, on a le sentiment que quelque chose cloche avec lui. Zoé Brisby joue dessus et ce pour mon plus grand plaisir. Jusqu’à la fin, elle a su semer le doute en moi. Puis vient la révélation est là, tout devient logique. J’ai même failli verser ma petite larme. Faut dire que Zoé est vraiment très douée.

Sa plume est fluide, très fluide. Les pages défilent toutes seules si bien qu’une fois arrivée à la fin, j’avais envie de relire Plus on est de fous … . Mais surtout, j’ai adoré les thèmes qu’elle a choisi de mettre en avant. Parce que ces patients sont certes fous mais ils ont avant tout des fragilités. Ne pas être comme tous les autres et une particularité et cela peut faire peur. Pourtant, Zoé Brisby leur donne clairement un très beau rôle. Ce roman est clairement une ode à la liberté mais aussi aux fragilités qui font nos forces.

On a tous des fragilités. Même moi. Pourtant, j’ai très vite compris que ce que j’estimais être une fragilité est en fait devenue une force, notamment dans mon travail. Au final, chaque fragilité, chaque sensibilité que possède cette joyeuse bande et bien c’est leur plus grande force et c’est cela qui va aider Luc à trouver sa voie. Non vraiment, c’est exactement ce que je cherchais.

Pour finir, comme à son habitude, Zoé Brisby a glissé un clin d’œil à l’un de ses romans précédents. Cela fait toujours plaisir de retrouver ce personnage que j’ai tant aimé.

Conclusion

Plus on est de fous … est un feel good. Un de ces feel good qui fait vraiment du bien. On se retrouve dans un lieu improbable avec des personnages improbables. Un peu fous, un peu lucides, mais ces personnages ont des fragilités tellement prenantes et touchantes qu’elles en deviennent leur force. Rien que pour cela, j’ai envie de me replonger dans cette histoire. Merci Zoé Brisby !

PS : Même le site 20 minutes est de mon avis puisqu’il a partagé mon avis sur cette pépite.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge