« Un hiver antarctique », l’année incroyable de Cyprien Verseux

Nouvelle chronique aujourd’hui et pas des moindres car il s’agit de mon plus gros coup de cœur du mois de février : Un hiver antarctique de Cyprien Verseux.

Son histoire dans Le portrait de la semaine de 7 à 8 m’a donné envie de découvrir son année incroyable sur la planète blanche. Mille mercis à Marion pour l’envoi !

C’est quoi le pitch Holly ?

Neuf mois par an, elle est inaccessible : les températures, pouvant passer les – 80 °C, interdisent toute évacuation. La dizaine d’équipiers qui la peuplent – des chercheurs, de différentes nationalités, épaulés par un médecin, un cuisinier et des techniciens – doit alors s’y débrouiller, seule, quoi qu’il arrive. Le manque d’oxygène affecte leur sommeil, leurs capacités cognitives et leur forme physique. Le confinement, l’isolement, la monotonie et trois mois sans voir le soleil menacent leur équilibre mental et leurs relations. Ils doivent malgré tout mener à bien leurs objectifs scientifiques : s’ils sont là, c’est pour contribuer à des projets allant de l’étude du climat à la préparation de futures missions sur la Lune ou sur Mars.

Cyprien Verseux, chef de mission de ce quatorzième hivernage à Concordia, raconte ici l’année extraordinaire de son équipage. Des surprenantes épreuves de sélection aux difficultés de vivre dans cet environnement extrême, en passant par la rencontre de personnages singuliers, ce récit intense, et richement illustré, vous embarque dans une expédition hors norme sur la planète blanche.

On en pense quoi ?

J’adore j’adore j’adore ! C’est à la fois, un roman, un journal de bord et un documentaire.

Cyprien Verseux rêvait d’aller sur Mars cependant, quand les sélections pour le quatorzième hivernage à Concordia, station européenne sur l’Antarctique, ont commencé, il tente sa chance.

Face à plusieurs candidats et des épreuves de sélection toutes plus physiques et mentales les unes que les autres, Cyprien Verseux finit par obtenir son ticket pour neuf mois sur Concordia, neuf mois durant lesquels il sera seul, avec d’autres personnes (12 ou 13 il me semble), sans le moindre contact avec le reste du monde et dont cent jours seront dans le noir complet (le soleil ne dépassant pas la ligne d’horizon). Et comble ! On lui demande de diriger l’équipe sur Concordia.

Au fil des pages de Un hiver antarctique, Cyprien Verseux nous livre l’intégralité de son parcours. Des sélections au retour en France, il ne nous épargne rien et nous dévoile tout. J’ai adoré sa plume parce que même s’il n’est pas écrivain, il a sur capter mon attention comme si j’assistais à une pièce de théâtre voire un film.

C’est vraiment un mélange entre le roman et le journal de bord. Il s’est adapté – c’est un bien grand mot – il a un style pour tout public. Il me fait penser à Stephen Hawking qui avait rédigé un ouvrage à la portée de tous et non uniquement pour les universitaires. C’est ce que Un hiver antarctique est. Un livre à la fois un peu scientifique mais que n’importe qui peut lire et comprendre sans la moindre difficulté.

Un hiver antarctique étant paru dans la collection Hugo Image, il regorge de photographies de Cyprien Verseux et ses équipiers, ajoutant ainsi une immersion supplémentaire au lecteur dans cette incroyable aventure. Je suis raide dingue des Adélies (manchots). Les photos sont vraiment toutes sublimes.

Cependant, Cyprien Verseux et son équipe ne sont pas à Concordia pour rien. Là-bas, ils vont effectuer des tests, des calculs, le tout visant à comprendre et pourquoi pas trouver des solutions en lien avec l’environnement. Il ne faut pas croire que cette équipe fait du gardiennage à Concordia. Concordia est avant tout une base et qui dit base dit travaux de recherche.

Bien sûr, l’équipe va s’adonner à des expériences, loufoques pour certaines, mais cela permet aussi de mieux comprendre dans quel univers ils évoluent. Le tout étant agrémenté de photos pour illustrer. Je reste sans voix devant ce fromage à raclette figé en quelques secondes ou encore cette eau bouillante se transformant en neige. Ce ne sont que des photos mais justement … cela m’a permis de mieux comprendre les conditions dans lesquelles a vécu l’équipe de Cyprien Verseux.

Je crois que je pourrais parler d’Un hiver antarctique pendant des heures. J’ai vraiment été transportée par la plume mais par cette expérience incroyable qu’a vécu cette équipe. Je sais que je serai incapable de vivre cela moi-même. Rien que cent jours dans le noir complet … je deviendrais folle.

Cyprien Verseux ne nous cache rien. Vraiment. On a accès à tout ce qu’il a ressenti, ce que les autres ont ressenti. Alors oui, on peut ressentir une certaine pudeur mais au moins, on sait véritablement tout ce qu’il vit au quotidien sur Concordia. On sait donc que malgré tout le travail, les recherches et j’en passe, il y a eu des moments difficiles et cela donne tout de même envie de vivre une telle expérience.

Conclusion

Un hiver antarctique retrace l’expérience, l’aventure vécue par Cyprien Verseux et son équipe sur Concordia. Cependant, on a aussi des moments de joie, de peine et des expériences folles qui donnent envie de vivre une telle aventure. Le tout est agrémenté de photos sublimes qui racontent leur quotidien et la plume de Cyprien Verseux est véritablement à la portée de tous, petits et grands.

C’est un ouvrage coup de cœur, une expérience aussi unique à lire qu’à vivre. En tout cas, si jamais Cyprien Verseux est prêt à aller sur Mars et partager son expérience, je serai la première à la découvrir.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge