« Les belles apparences » : quand l’amour révèle des secrets

Bonjour tout le monde ! Je reviens aujourd’hui avec une nouvelle chronique et pas des moindres : Les belles apparences de Vi Keeland. J’avais vraiment hâte de retrouver la plume de Vi Keeland seule car après Boss Man, elle m’avait clairement charmée. Merci à Flora et à Jessica pour l’envoi !

C’est quoi le pitch Holly ?

Rachel Martin est une jeune femme pétillante qui cherche à cacher sa vulnérabilité derrière son humour. Dans le cadre de sa thèse en art-thérapie, elle s’apprête à devenir l’assistante d’un professeur de musique au conservatoire : Caine West… qui a la réputation d’être froid et antipathique.

Lorsque Rachel arrive au conservatoire, elle découvre avec embarras que Caine n’est autre que l’homme si séduisant qu’elle a insulté la veille dans le bar où elle travaille… l’ayant pris pour quelqu’un d’autre.

Bouleversée par cette rencontre, Rachel enquête sur Caine, et découvre que derrière les apparences d’un professeur de musique bien sous tous rapports, se cache un homme sombre qui dissimule un passé douloureux.

Que s’est-il passé dans la vie de Caine pour qu’il laisse tomber sa carrière de rock star pour devenir un respectable professeur de musique ?

On en pense quoi ?

J’ai eu un gros coup de cœur pour ce roman ! Vraiment ! Tout m’a plu dans ce roman même si quelques éléments sont faciles à trouver, je les ai vite oubliés tant l’histoire est prenante.

Tout commence avec Rachel. La jeune femme étudie la musicologie à l’université et s’apprête à devenir la chargée de TD du célèbre professeur Caine West. La veille au soir, alors qu’elle travaille en tant que serveuse dans un bar, elle s’en prend verbalement à l’homme qui a mis le cœur de son amie Ava sans dessus dessous. Quelle n’est pas sa surprise le lendemain de découvrir que le professeur West est l’homme séduisant qu’elle a insulté dans le bar et accessoirement, il n’était l’homme responsable. C’était une erreur.

Froid et antipathique, Caine West va donner du fil à retordre à Rachel. Le début de leur collaboration va être compliquée mais au fur et à mesure, une tension, une attirance se crée entre eux. Petit à petit, en faisant des recherches sur Caine, Rachel va découvrir des bribes d’un passé que son beau professeur ne souhaite pas voir remonter à la surface. Et si l’amour s’en mêlait ? Et si à travers leur relation, des secrets encore plus profonds se révélaient ?

Comment ne pas aimer ce roman ? Même si j’attendais beaucoup de l’univers de la musique et de l’université, je suis très contente que Les belles apparences se concentre plutôt sur la relation Rachel-Caine. J’ai adoré le personnage de Rachel. C’est une femme vraiment lumineuse, à l’opposé de Caine qui est froid. On sent bien dès le départ qu’elle a vécu quelque chose de pas joli-joli dans sa vie et que ce diplôme d’art-thérapie est un moyen d’aider par la suite des personnes qui ont vécu quelque chose comme elle. Etre la chargée de TD de Caine West est une reconnaissance pour elle même si parfois, elle sent bien qu’il lui plaît.

Quant à Caine, c’est véritablement un homme génial ! Je pense qu’il est un book boyfriend parfait. On en apprend un peu plus sur lui dans les chapitres où c’est lui qui a la parole et surtout sur son passé car on est jamais dans sa tête au présent. Plus jeune, il a eu la chance d’être remarqué pour faire carrière dans la musique mais un événement l’a fait changer de voie. Quand il rencontre Rachel, on sent tout de suite qu’il est attiré par elle mais il refuse de tenter quoi que ce soit vu qu’il est son référent. Pourtant, l’attraction entre eux est indéniable.

Au fil du temps, Rachel et Caine apprennent à se connaître, à s’apprécier et plus si affinités. Honnêtement, j’ai adoré l’évolution de leur histoire. En plus, ils ont beaucoup d’humour du moins Caine. C’est l’un des points forts de Vi Keeland : l’humour. Qu’elle écrive seule ou avec Penelope Ward, il y a toujours une sacrée dose d’humour qui fait que tout ce que pourrait être dramatique devient plus léger. On ne compatit pas, on les aime pour ce qu’ils sont ses héros. Et puis cela crée des scènes vraiment cocasses.

Prends une pièce et ramasse-la, et la chance te sourira.

Bien évidement, il y a une révélation que ce soit sur Caine ou Rachel. Certains d’entre vous seront surpris, d’autres pas. Je fais partie de cette deuxième catégorie. J’ai trouvé tout de suite LA révélation du livre et ce dès le début. Ce serait peut-être le seul bémol de cette histoire mais avec l’humour et la psychologie des personnages, on oublie très vite ce détail. Moi je l’ai fait en tout cas.

J’aime toujours autant la plume de Vi Keeland. Je crois qu’elle a vraiment un don pour raconter de magnifiques histoires qui peuvent bouleverser mais tout en glissant la bonne dose d’humour pour alléger le roman et le dévorer en un rien de temps. Après, bien sûr, il y a du sexe. Attention ! Pas à toutes les pages. En fait, Rachel et Caine prennent vraiment le temps d’apprendre à se connaître avant de succomber. Est-ce que les scènes donnent chaud ? Je ne sais pas trop. En tout cas, j’ai trouvé que Caine « dirigeait » beaucoup leurs ébats. Certains vont le comparer à Christian Grey mais je pense que c’est complètement différent. Si j’avais à le comparer, je choisirais plutôt Bennett Ryan de Beautiful Bastard.

J’ai aussi beaucoup aimé les personnages secondaires car à leur manière, ils apportent aussi de la légèreté à Les belles apparences. Entre Ava la copine qui galère en amour ou encore la sœur de Rachel, on est bien gâté. Non vraiment. Ce roman est parfait pour moi. En plus, l’écriture est tellement fluide et addictive qu’on ne voit pas les pages défiler. Et les thèmes évoqués sont vraiment touchants. Difficile de les citer car je risquerais de vous gâcher l’histoire.

Conclusion

Les belles apparences est un véritable coup de cœur ! Si vous cherchez une histoire d’amour dans le milieu de la musique et de l’université, passez votre chemin ! C’est vraiment la psychologie des personnages et leur évolution qui priment. Vi Keeland signe encore une jolie pépite. On a une héroïne solaire, à l’opposé du héros froid et taciturne, qui se révèle au fil des pages tout comme le héros. On apprend à les aimer, à les apprécier et à rire de leur humour qui donne parfois lieu à des scènes cocasses. Même si la révélation est cousue de fil blanc, on passe un excellent moment avec Rachel et Caine alors n’hésitez plus et foncez acheter le roman !

 

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge