« Love and Rehab » et si l’amour résolvait tout ?

Bonjour tout le monde ! Nouvelle chronique aujourd’hui. Il s’agit du dernier roman de Jay Crownover : Love and Rehab. Mille mercis à Marion et Jessica pour l’envoi.

C’est quoi le pitch Holly ?

Elle ne le connaissait presque pas, pourtant, elle a été la seule à voir les signaux d’alerte. Cable James McCaffrey, si cool et populaire, est un junkie au bord de l’auto-destruction. Affton a trop souffert de l’addiction de sa propre mère pour ne pas au moins donner l’alerte, aussi odieux soit ce garçon.

Quand la mère de Cable apprend qu’une personne est assez folle pour se préoccuper sincèrement de son fils, elle s’empresse de faire une proposition à Affton : passer l’été en compagnie de Cable dans une villa du bord de mer et s’assurer qu’il ne retombe pas dans la drogue. Un service qu’elle saura payer suffisamment généreusement pour permettre à Affton d’étudier dans l’université de ses rêves.

Comment refuser ? Affton en est incapable, même en sachant pertinemment que Cable va détester ce projet. Et, surtout, qu’il est susceptible de développer chez elle une tout autre forme d’addiction, peut-être plus dangereuse encore…

On en pense quoi ?

J’ai découvert Jay Crownover avec Wild Men et j’ai énormément aimé ma découverte et j’avais hâte de la découvrir dans un autre univers. J’ai été très contente de ma lecture même si ce n’est pas un coup de cœur.

On suit donc Affton Reed et Cable James McCaffrey. Affton est la première à avoir compris que Cable avait un problème avec la drogue et l’addiction lorsqu’ils étaient au lycée. Elle a choisi anonymement de le signaler à ses parents. Quelques années plus tard, la mère de Cable la contacte pour lui demander de devenir la personne qui veillera sur son fils qui sort tout juste de désintoxication. Affton n’a pas d’autre choix que d’accepter ce travail qui est bien payé et de passer l’été avec Cable dans une maison isolée.

Si au départ, Affton et Cable ont du mal à s’entendre, petit à petit, ils vont apprendre à se connaître et s’apprivoiser. Chacun d’eux a des fêlures, des blessures profondes et chacun est la solution de l’autre pour l’aider à s’en sortir. Et si l’amour s’en mêle ? Est-ce que cela peut changer les choses en mieux ? Et si c’était le contraire ?

Avec Love and Rehab, Jay Crownover s’inspire d’une période de sa vie et s’intéresse au thème de l’addiction et de la drogue. Elle parle aussi de dépendance et de dépression. J’ai vraiment trouvé cela hyper intéressant. On sent vraiment qu’elle a puisé dans son vécu pour écrire ce roman et cela m’a beaucoup touchée. Et comme ce roman est un huis clos car on a quasiment que des scènes concernant Affton et Cable et ça, c’est ce que j’aime le plus.

On pourrait se dire que le roman va être dur voire un peu trash mais ce n’est pas le cas. C’est plutôt centré sur l’aspect psychologique car si on sait que Cable a clairement des problèmes, on en apprend un peu plus sur Affton qui elle aussi a ses propres démons. En effet, si elle a pu voir les symptômes de Cable au lycée, c’est qu’elle les connaît bien car ils ont fait partie intégrante de son enfance. Face à Cable, Affton prend conscience que ce qu’elle a vécu est toujours très présent en elle et que cela lui a créé des peurs. Voir que parfois Cable ne va pas bien, cela la ramène à son passé et c’est parfois difficile à gérer pour elle. Cable va être un pilier pour elle pour l’aider à s’en sortir.

La romance entre Cable et Affton est vraiment intéressante. Tout les oppose et pourtant, tout les rapproche. Petit à petit, ils flirtent et cela crée une dépendance entre eux. Pas du genre à vouloir se sauter dessus mais du genre à avoir du mal à être loin de l’autre. Une dépendance affective donc. Cependant, à partir du moment où ils succombent physiquement, je suis déçue du comportement d’Affton. Elle devient une femme avide de sexe et cela me gêne. Je préférais la dépendance affective. Ils apprenaient vraiment à se connaître et à apprendre à gérer leurs démons. Mais cela n’empêche pas que Love and Rehab est une très belle romance. Ce n’est que mon avis.

Comme dit un peu plus haut de manière générale, Affton et Cable sont des personnages intéressants et touchants. Chacun d’eux a ses problèmes, qu’ils viennent de leur passé ou non, et cela se répercute sur leur vie actuelle. Même s’il sort de désintoxication, Cable reste un jeune homme à la dérive, prêt à replonger à n’importe quel moment et il en est conscient. Pourtant, il ne sait pas comment reprendre sa vie en main et se trouver un objectif qui l’aidera à rester dans le droit chemin. Affton, quant à elle, a envie de sauver tout le monde. Et tout cela est lié à son passé. En passant plus de temps avec Cable, elle va aussi comprendre qu’elle a des envies et des besoins et que Cable peut les lui montrer et pourquoi pas les lui offrir.

J’ai aimé cette dualité, cette opposition, en eux et entre eux. Ce besoin de s’apprivoiser ou de s’affronter pour ensuite mieux s’aider et avancer. Le sexe est là pour alléger tout cet aspect psychologique et rendre l’histoire moins difficile. Il devient un nouveau moyen de communiquer entre eux aussi mais je maintiens que je préfère lorsqu’ils sont habillés. Ils sont bien plus intéressants pour moi.

Mis à part l’addiction et les conséquences pour le dépendant et son entourage, Love and Rehab aborde aussi la dépression, ses répercussions et la manière de s’en sortir. J’ai trouvé que ce roman parlait de ces termes avec une justesse implacable et vraie. La dépression peut se présenter sous différentes formes et Love and Rehab en présente plusieurs facettes.

Conclusion

Love and Rehab est un très beau roman mettant en scène des personnages à la fois opposés mais tellement similaires. J’ai adoré le côté huis clos de l’histoire et les thématiques abordées avec justesse et humanité. Jay Crownover nous offre aussi une partie de sa propre histoire car elle a puisé dans son vécu pour imaginer les personnages d’Affton et Cable. Les personnages sont attachants malgré leurs démons et on a envie de les voir s’en sortir.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge