« Je sais que tu te souviens », le thriller par Hugo New Way !

Bonjour tout le monde ! Nouvelle chronique aujourd’hui et pas des moindres puisqu’il s’agit d’un des meilleurs New Way lu ces dernières années (Tiens bon reste mon préféré). Il s’agit de Je sais que tu te souviens de Jennifer Donaldson.

Vous n’en voyez pas souvent par ici et pourtant … ce n’est un secret pour personne : j’adore les romans policiers. Thriller, drame, suspense, horreur, … tout ! Si James Patterson reste mon chouchou en la matière, j’aime découvrir de nouvelles histoires alors quand Hugo New Way a eu l’idée de proposer ce roman … j’ai dit oui de suite ! Mille mercis à Marion et Jessica pour l’envoi !

C’est quoi le pitch Holly ?

Quand sa meilleure amie disparaît lors d’une soirée, Ruthie va mener l’enquête pour la retrouver.

Après trois longues années passées à la ville, Ruthie Hayden retrouve son village natal d’Alaska pour apprendre la terrible nouvelle… Zahra était sa meilleure amie quand elles étaient enfants – la seule personne qui la comprenait vraiment. Elle se fait alors une promesse : mettre tout en oeuvre pour la retrouver.

Zahra s’est échappée d’une soirée quelques jours à peine avant le retour de Ruthie. On ne l’a jamais revue. Mais sa nouvelle amie Tabitha n’a pas l’air tant dévastée par la nouvelle. Aurait-elle quelque chose à se reprocher ? Et Ben, son petit ami ? Il est très énervé d’avoir appris qu’elle avait un autre prétendant depuis quelques mois. Son grand-père, le pasteur du village, semble désapprouver un peu trop fortement les moeurs de sa petite fille. Quant aux gens du coin, la disparition d’une jeune fille noire semble être le scenario parfait pour les pires ragots.

Alors qu’elle rassemble les pièces du puzzle, Zahra plonge de plus en plus profond dans l’intimité de son amie. Elle va découvrir que certaines révélations sont plus dangereuses qu’on ne pourrait le croire…

On en pense quoi ?

Ok … j’adore ! J’ai un coup de cœur. C’est indéniable. Ce roman m’a happée du début à la fin tant est si bien que moi qui ai l’habitude de tout trouver dès les premières pages, j’ai réussi à être bernée. Non vraiment, Je sais que tu te souviens est excellent !

On suit donc Ruth. A tout juste dix-sept ans, elle vient de perdre sa mère dans un tragique accident. Elle n’a pas d’autre choix que de retourner vivre à Anchorage, en Alaska, auprès de son père, ex-alcoolique notoire et sa nouvelle famille. Le seul point positif pour Ruth, c’est qu’elle va retrouver Zahra, sa meilleure amie, celle qui a toujours été là pour elle. Oui mais en réalité, c’est quelque chose d’encore plus grave : Zahra a disparu. Pour Ruth, c’est impensable : elle doit la retrouver. Commence alors une enquête qui, petit à petit, va révéler de sombres secrets et pas seulement concernant Zahra …

Dès le début, on est pris par l’histoire. On s’attache à Ruth. Elle a pas eu la vie facile car trois ans plus tôt, sa mère est partie avec elle dans l’Oregon, loin de ce père alcoolique, loin de Zahra. Cette dernière était vraiment tout pour Ruth. Elle lui permettait de tenir loin de l’Alaska et de sa vie d’avant. Aujourd’hui sa mère est morte et elle va enfin la retrouver. C’est le seul point positif pour elle donc quand elle apprend sa disparition, elle va tout faire pour la retrouver.

Elle va mener l’enquête en s’intégrant au mieux dans son nouvel environnement tout en retrouvant ses anciennes marques. Elle va faire la connaissance des amis de Zahra dont certains ne semblent pas tellement perturbés par la disparition de leur amie. Au fil de ses investigations, de ses rencontres, Ruth va découvrir que Zahra n’est plus la fille qu’elle a connue et que les secrets qu’elle cache peuvent déclencher bien des choses.

Ruth est un personnage intéressant qui au fil des pages m’a fait ressentir tout un tas d’émotions. Je n’ai eu de cesse de vouloir la comprendre, de déchiffrer ses réactions car elle a vraiment une personnalité complexe et c’est très difficile de lire en elle. On comprend son deuil mais concernant Zahra … j’ai senti quelque chose de plus fort et je n’arrivais à comprendre son obsession.

A travers ce personnage et bien d’autres, Jennifer Donaldson offre un thriller young adult machiavélique tant les paysages et l’ambiance sombres m’ont happée. Je n’arrivais pas à lâcher le roman. Le rythme est soutenu et l’histoire est addictive. J’ai enquêté aux côtés de Ruth, suivi ses réflexions et imaginé tous les scénarii possibles.

Puis comme tout thriller, il y a le dénouement avec LA révélation et bien là … wouah ! J’ai été scotchée ! J’en revenais pas ! Je m’y attendais pas du tout en fait. J’ai même relu des passages pour voir s’il n’y avait pas une indication qui aurait pu me mettre sur la piste mais non (ndlr : j’ai fini par en trouver une mais il m’a fallu plusieurs relectures). Alors oui, j’avais deviné deux-trois trucs dès le début mais ça … je ne l’avais pas vu arriver.

De plus, Je sais que tu te souviens met en avant des thématiques intéressantes comme l’amitié et le deuil mais le tout est entouré d’une ambiance sombre et attirante qui fait ressortir un côté psychologique dans chacun des personnages. D’où le fait que je n’arrivais toujours à cerner Ruth contrairement aux autres personnages.

D’ailleurs, j’ai aimé chaque personnage de ce roman car chacun à leur manière, ils apportent une pierre à l’édifice, à l’enquête pour retrouver Zahra. J’ai suspecté chacun d’eux. Tabitha et Ben sont géniaux car en plus de leur lien avec Zahra, ils font des suspects idéaux et j’ai aimé leur implication, leurs caractères et leur évolution au fil des pages et de l’enquête. 

Mais revenons à l’intrigue qui est donc efficace et addictive. Jennifer Donaldson aborde des thématiques actuelles mais aussi des réflexions autour d’elles. On en a sur l’amitié, les addictions (notamment avec le père et la famille de Ruth), la religion aussi (et j’avoue que ça, j’ai particulièrement apprécié) et bien d’autres encore. Le récit est ni trop court ni trop long : on ne s’ennuie jamais.

La plume de Jennifer Donaldson est incisive, fluide et très addictive. Cela explique pourquoi j’ai autant aimé ce roman. C’est une vraie merveille ! La narration est prenante, perturbante par moment car l’on doute de tout et de tout le monde mais comme on est aussi dans la tête de Ruth et qu’elle est difficile à cerner … cela rend vraiment Je sais que tu te souviens hyper intéressant.

Conclusion

Jennifer Donaldson offre un thriller young adult machiavélique et prenant. Hugo New Way a trouvé un roman intéressant à ajouter à leur collection. J’espère sincèrement qu’ils vont nous en proposer d’autres du même genre car j’ai eu un vrai coup de cœur pour Je sais que tu te souviens. La réflexion au fil des pages et de l’évolution de l’intrigue est au rendez-vous pour divertir et mieux tromper lors de la révélation. J’en redemande !

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge