« Behind the bars », la pépite musicale signé Brittainy C. Cherry !

Bonjour tout le monde ! Nouvelle chronique aujourd’hui et pas des moindres puisqu’il s’agit de Behind the bars de Brittainy C. Cherry. Tout le monde connait mon amour pour cette auteure et sa plume alors après sa série The Elements, je ne pouvais pas passer à côté de sa nouvelle publication. Mille mercis à Marie et Hugo Roman pour cet envoi !

C’est quoi le pitch Holly ?

La première fois que je rencontrai Jasmine Greene elle apparut comme des gouttes de pluie.

J’étais ce musicien maladroit et elle était la reine du lycée. Nous n’avions rien en commun hormis notre musique et notre solitude.

Quelque chose dans son regard me disait que son sourire n’était pas toujours authentique. Quelque chose dans sa voix me donnait un espoir que j’avais toujours souhaité trouver.

Puis, en un éclair, elle disparut.

Des années plus tard, elle se tenait face à moi dans une rue de la Nouvelle-Orléans. Elle avait changé. Moi aussi. La vie nous avait rendus plus froids. Plus durs. Plus solitaires. Plus fermés.

Nous n’étions plus les mêmes, mais les fragments de mon être brisé reconnurent la tristesse qui demeurait en elle. A présent qu’elle était revenue, je ne commettrais plus l’erreur de la laisser partir.

La première fois que je rencontrai Jasmine Greene, elle apparut comme des gouttes de pluie. Lorsque nous nous retrouvâmes, je devins son orage le plus sombre.

On en pense quoi ?

Encore une fois, Brittainy C. Cherry a fait mouche. J’ai eu à nouveau un très très beau coup de cœur. Peut-être un poil en dessous de sa série The Elements mais vraiment un roman magique malgré tout.

C’est l’histoire de Jasmine et Elliott. Tous les deux ont seize ans au début du roman. Jasmine est dans la ville depuis peu et vit pour la première fois une vie de lycéenne. Jusqu’à présent, c’était sa mère qui lui faisait l’école à la maison car Heather n’a qu’un objectif : faire de sa fille une popstar. Pour cela, Jasmine a droit à cours de chant, de danse, de gym et j’en passe. Elle doit être parfaite si elle souhaite réussir en tant que star. Comme la jeune fille veut rendre sa mère fière d’elle, elle se donne corps et âme là-dedans, même si ce n’est pas son souhait.

Alors aller à l’école, c’est sa fierté à elle, sa récréation. Ce qui n’est pas le cas d’Elliott. Pour lui, c’est un calvaire. Un véritable calvaire. Lui qui est si maigrichon alors les autres s’en donnent à coeur joie. Le seul endroit où il se sent bien, c’est dans Frenchmen Street, là où il peut jouer du saxophone et être qui il veut. C’est ainsi que Jasmine le remarque.

Le jazz me rappelle que lorsque je suis seul, je ne suis pas vraiment seul.

Le roman va donc se découper en deux parties. Dans la première, ils sont adolescents, apprennent à se connaître, à s’apprécier puis à s’aimer. Complètement opposés physiquement et socialement, c’est une histoire sublime qui touche et qui fait rêver. La populaire et le mal aimé. Que c’est beau ! Même si certains passages m’ont mises en colère. La souffrance à l’école, ça me parle en tant qu’enseignante. Même si Brittainy C. Cherry maîtrise l’émotion à la perfection, j’ai mal pour eux. Et puis un jour, Jasmine part et survient un incident tragique qui brise le coeur. La première partie est vraiment un crève coeur.

Puis la deuxième partie vient six ans après la première et on retrouve nos deux héros meurtris par la vie et les épreuves subies. Les retrouvailles ne se passent pas forcément comme prévues avec une Jasmine qui veut un nouveau départ et un Elliott qui n’est plus qu’une ombre même si physiquement, il a grandement changé. Pourtant, le lien entre eux datant du lycée est toujours présent et il faut du temps pour se remettre de tout ce qu’ils ont vécu seul(e), chacun de leur côté, pour réapprendre à se connaître et se retrouver.

J’ai vraiment adoré leurs histoires. Bouleversantes et criantes de vérité. Le fait qu’ils soient l’opposé l’un de l’autre rend Behind the bars percutant et marquant. Impossible de lâcher le roman avant la fin. J’avais besoin de rester avec Elliott et Jasmine. En fait, Jasmine et Elliott souffrent chacun à leur manière. Jasmine de ne pas avoir l’amour d’une mère comme il le faudrait et Elliott de ne pas avoir su se défendre quand il le fallait. Chacun d’eux a vécu une déception profonde qui les a marqués à jamais donc quand ils se retrouvent, c’est comme si tout leur explosait au visage. Et la vérité, même si elle fait mal, est ce qui fait leur force et leurs atouts. A eux de l’accepter et de s’en servir pour vivre et retrouver ce qu’ils sont vraiment.

Faut aussi dire que les personnages secondaires qui gravitent autour d’eux sont tout aussi beaux et rendent l’histoire encore plus profonde. Entre Ray le père de Jasmine, Laura la mère d’Elliott ou encore l’oncle TJ qui est de la musique à lui seul et bien on ne peut que aimer Behind the bars. Vraiment.

Puis, pour finir, il y a l’ambiance. La Nouvelle Orléans … c’est une ville fascinante que je rêve de visiter et Brittainy C. Cherry a su me faire voyager dans cette ville et son ambiance musicale si particulière. Ponctué de chansons, on ressent la musique même si on a pas les paroles. Tout est transcrit dans les émotions des personnages.

Brittainy C. Cherry a vraiment l’art et la manière de décrire les émotions, d’inventer des personnages touchants et bouleversants auxquels on s’attache très vite et on veut rester avec eux le plus longtemps possible. On pleure, on souffre, on ressent tellement d’émotions variantes en si peu de temps comme le drame et l’espoir que ce roman est forcément un coup de coeur. C’est exactement le même style de maelstrom d’émotions ressenti lors de ma lecture de la série The Elements. Vraiment, cette femme est un génie des émotions !

Conclusion

Behind the bars est un vrai coup de cœur. Un roman à ne pas rater cette rentrée. C’est un ascenseur émotionnel à lui seul, un roman plein d’émotions belles ou dures à lire et à ressentir. On ressent de l’amour, de l’amitié, du drame mais surtout de l’espoir. On ne peut pas ne pas aimer cette histoire et la plume de Brittainy C. Cherry. J’ai qu’une envie : les retrouver à nouveau.

A propos de Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge