« The Goal », clap de fin d’Off Campus

Bonjour tout le monde ! Et bien nous y voilà ! Depuis cet été, vous suivez mon histoire avec la série Off Campus d’Elle Kennedy. Vous avez découvert mon enthousiasme avec Garrett dans The Deal, cela s’est poursuivit avec Logan dans The Mistake si bien que je n’arrivais pas à avoir lequel avait ma préférence puis ma rencontre avec Dean dans The Score m’a arrachée de nombreuses crises de rire. Ce dernier tome se terminait par un cliffhanger surprenant pour faire la connaissance avec Tucker, le dernier de cette bande de colocs hockeyeurs, dans The Goal.

Merci à Déborah et à Hugo Roman pour l’envoi de ce dernier tome. The Goal sort aujourd’hui en librairie d’ailleurs.

C’est quoi le pitch Holly ?

Il suffit d’une nuit pour que tout change.
Sabrina James est en dernière année de lycée. Elle a depuis longtemps planifié son avenir : obtenir son diplôme, entrer à la fac de droit et décrocher un super-job dans un des plus grands cabinets d’avocats du pays. Elle veut aller de l’avant et oublier son passé. Quand elle croise le beau Tucker, elle n’a à lui offrir qu’une nuit, il ne peut pas faire partie de ses projets. Mais tout va se compliquer…
John Tucker, la star du hockey qui ne vit que pour sa passion, va se transformer quand Sabrina lui annonce qu’elle est enceinte. Il compte bien assumer son rôle de futur papa. Mais la jeune fille est têtue et ne veut accepter aucune aide de sa part. Il va falloir toute la ténacité de Tucker pour que, petit à petit, elle lui ouvre son cœur. Saura-t-il convaincre la belle et froide Sabrina que, parfois, mener un projet à deux est plus facile ?

On en pense quoi ?

Et bien c’est un très beau clap de fin qui m’offre un dernier petit coup de cœur. En effet, il n’est pas aussi fort que celui que j’ai pu avoir avec Garrett ou Dean mais … il est là quand même. En même temps, c’est le livre le plus « sérieux » de la série. Dans les autres tomes, il y a pas mal d’humour, surtout dans The Score. Ici, au vu de la tournure de l’histoire, il a fallu la réduire un peu mais rassurez-vous, c’est toujours aussi moderne le langage de nos héros. Une fois le livre fermé, ce fut dur de se dire qu’il n’y aurait pas de suite. J’ai eu un petit pincement au cœur en mettant mes quatre tomes côte à côte sur l’étagère. La série Off Campus reste ma plus belle découverte de 2016 c’est sûr ! J’ai dévoré le livre en quelques heures seulement – comme les autres – mais j’ai tenté de le savourer car c’est le plus épais et le plus riche de tous. Faut dire que The Goal se passe sur deux ans, nous offrant aussi un aperçu de ce qui arrive aux autres membres de ce quatuor sexy de choc.

Le roman démarre quelques temps après le début de The Score et donc nous avons, en plus de l’histoire de Tucker, celle de Dean d’un point de vue différent. C’est assez sympathique et il n’y en a pas trop, histoire tout de même de rester centrer sur Tucker mais ça nous permet de mieux comprendre certaines scènes. Jusqu’à maintenant, Tucker est le hockeyeur le plus discret de la bande. Je savais juste qu’il avait la tête sur les épaules, sérieux et bon cuisinier. Dans The Score, il était bien plus effacé que dans les autres. Je le comprends mieux maintenant.

Donc on découvre que Tucker a un coup de foudre, quelque chose de ce genre, pour Sabrina James lorsqu’il l’aperçoit dans un bar. Pour ceux qui ont lu les tomes précédents, Sabrina est la Némésis de Dean, ils ne peuvent se supporter tous les deux pour plusieurs raisons. Bref … Après une nuit torride, Tucker est prêt à se lancer dans une relation sérieuse avec elle. Mais cela reste à sens unique car Sabrina n’a pas le temps. Elle n’a jamais le temps. Tout ce qui compte pour elle, c’est son admission à Harvard pour poursuivre son droit et bosser dans un très grand cabinet. De ce fait, l’événement majeur du roman n’arrive que vers la moitié. Cela permet à Elle Kennedy de bien mettre son histoire en place et de bien géré la narration alternée. J’ai pu approfondir ma rencontre avec Sabrina et en découvrir plus sur Tucker.

J’ai eu un petit coup de cœur pour Tucker, plus qu’avec Logan mais un poil en dessous de Garrett et Dean. Il est tel que je me l’imaginais niveau caractère : un gentleman, un garçon attentif qui comprend les choses et pour qui l’amitié est sacrée. Le genre que toutes les filles rêvent d’épouser. On sait d’entrée de jeu qu’il ne fera pas carrière dans le hockey mais que cela lui a permis d’avoir une bourse d’études pour Briar. C’est ça que j’aime chez Tucker, sa franchise. Et son honnêteté car quand le GROS événement arrive, il est prêt à tout pour assumer ses actes. J’apprécie vraiment.

Mais comme pour les tomes précédents, ce sont vraiment les filles qui sont mises en avant. Cela permet de découvrir des choses et pour mon cas, d’apprécier encore plus Tucker. Il est sûr de lui, de ses sentiments, ce qui fut le contraire pour ses petits camarades avant lui. Faut dire que Tucker a été élevé par une mère célibataire et donc il a des valeurs que des jeunes de son âge ne possèdent pas encore pleinement. Il fait la cuisine ! Non mais sérieusement ! Quand j’ai vu ça dans The Deal, je l’ai tout de suite aimé Tucker. Il a juste fallu attendre trois tomes supplémentaires pour le découvrir en profondeur.

Les personnages secondaires sont toujours aussi top ! Bon oui c’est en majorité la bande mais bon … je les aime et je ne suis pas objective. Par contre, j’ai apprécié les copines de Sabrina, Hope et Carin. Ça permet de ne pas rester que dans l’univers du hockey en grande majorité présente dans la série Off Campus. On découvre aussi un peu plus l’univers universitaire (que moi-même je connais bien) et surtout la vie de famille (dans plusieurs sens du terme).

D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé Sabrina au début. J’ai découvert en même temps que Tucker que la façade Reine des neiges c’était pour cacher quelque chose de plus profond. Elle est sensible et déterminée. Comme Hannah, Grace et Allie. Mais … après l’événement du roman, la vie qu’elle mène ensuite et bien … ça m’a refroidie. J’ai été déçue par elle. J’ai pas eu envie de la secouer mais presque. Elle a du mal à donner sa confiance et pire ! Elle refuse de montrer ses sentiments ! Résultat, le roman se termine sur ce qu’on attend d’elle depuis longtemps, ce que Tucker attendait lui aussi. Certes, il y a un joli épilogue derrière avec la bande au grand complet et ce qu’ils sont devenus, un épilogue qui en plus était le même que dans The Mistake. Un autre point de vue et c’est tellement chouette ! C’est Sabrina qui fait que le roman est un petit coup de cœur pour moi.

Conclusion

The Goal est un beau clap de fin à la série Off Campus qui va gagner une place de choix dans ma bibliothèque. Elle Kennedy signe une conclusion parfaite qui offre un aperçu de l’avenir de Tucker et Sabrina mais aussi de Dean et Allie, Logan et Grace et enfin Garrett et Hannah. Tous mes petits chouchous ont une belle vie après l’université. Tout n’est pas révélé mais juste assez pour imaginer qu’ils seront heureux malgré tout. Comme à son habitude, Elle Kennedy offre des personnages hauts en couleur et modernes avec juste ce qu’il faut d’humour pour passer un merveilleux moment. Si vous n’avez pas commencé la série, maintenant que The Goal est sorti, vous n’avez plus aucune excuse.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

4 thoughts on “« The Goal », clap de fin d’Off Campus

    1. Ah bah tu vois, je dirai que Tucker et Dean sont au même niveau derrière Garrett. C’est dur de se dire que c’est fini …
      PS : merci pour le design ! Je me suis amusée à tout traduire hier (quelle idée d’avoir choisi un thème anglais).

  1. Je n’ai lu que le premier tome, mais ta chronique me donne envie de persévérer. Il est dans ma PAL avec les tomes 2 et 3… Ah ah, va falloir que je les remonte quand j’aurai un peu de temps ^^.

    1. Alors que tu attaques The Mistake, le tome 2, tu as l’impression que Elle Kennedy va de plus en plus loin mais Garrett reste le meilleur. Tu perds juste un peu la tête quand tu attaques The Score qui est, à mes yeux le plus intéressant niveau humour et surtout le plus abouti. Le dernier, The Goal, est vraiment chouette mais Sabrina l’héroïne m’a un peu refroidie. Le style de l’auteur sauve tout. Bref … faut vraiment que tu continues 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge