« The air he breathes », 1er coup de cœur 2017 !

Bonjour tout le monde ! Et bien voilà, un mois d’absence dû aux examens de fin de semestre et au travail (car oui, j’ai travaillé pendant les vacances) pour mieux revenir. Bonne année à vous tous ! Qu’elle vous apporte de belles choses et plein de découvertes littéraires. J’ai encore quelques lectures de l’an passé à vous parler mais j’ai opté pour mon premier coup de cœur de cette année qui démarre : The air he breathes.

S’il y a bien un livre qui me faisait envie l’an passé, c’est celui-ci. Merci à Coralie de m’avoir accompagnée dans cette lecture commune. Et merci à ma copine Coco pour m’avoir poussé à acheter ce livre.

C’est quoi le pitch Holly ?

Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n’ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s’extraire du monde. Mais Elizabeth ne l’entend pas de cette façon. Elle sait qu’ils sont tous les deux en miettes et qu’ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes.

C’est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route.

Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues.

On en pense quoi ?

Et bien voilà, mon premier coup de cœur de l’année ! Je pensais pas qu’il arriverait aussi vite. Ce livre m’a fait revivre les émotions intenses que j’avais ressenti en lisant L’instant précis où les destins s’entremêlent d’Angélique Barbérat.

On va suivre deux personnages, deux destins brisés qui vont se reconstruire l’un avec l’autre. Tristan d’un côté, et Elizabeth de l’autre. Un roman à deux voix mais plus souvent féminine.

Elizabeth finit par revenir dans sa maison, un an après la mort de Steven, son mari. Elle est toujours marquée par cette perte et ce malgré son retour. Steven lui manque et vivre lui est quasiment insupportable. Mais Elizabeth doit continuer à se battre pour sa fille, Emma, 5 ans, qui avec son jeune âge permet à sa mère de faire front et d’avancer malgré tout. Emma est une petite fille adorable, une bouffée d’air frais parmi toute cette souffrance. En revenant en ville, elles vont faire la connaissance d’un grossier personnage, un homme connu dans la ville comme le « connard » du coin ou « Thon » pour la petite Emma (je vous laisse lire le livre pour comprendre d’où ce nom vient). Tout le monde a peur de lui, tout le monde ignore qui il est. Lui aussi souffre comme Elizabeth. La même peine l’accable et vivre a fait de lui ce qu’il est aujourd’hui. Quand elle va découvrir que cet homme, Tristan, est son voisin, elle va tenter de découvrir ce qu’il cache et de comprendre sa peine qui lui semble similaire à la sienne. C’est ainsi qu’ils vont se rendre compte, que, tous les deux, ont perdu ce qu’ils avaient de plus cher et sont fait du même bois. Ils réalisent qu’ils ne savent plus vivre ni comment continuer. Et si, ensemble, ils pouvaient le réapprendre ?

C’est un message de seconde chance alors que tout semble perdu pour Tristan et Elizabeth et avec ceci, Brittainy C. Cherry évoque énormément de thèmes touchants. Celui du deuil et comment continuer à vivre alors qu’on a tout perdu en tête. Un thème qui me touche particulièrement. Il y a aussi le pardon : se pardonner à soi-même, mais aussi pardonner aux autres. De l’amitié, de l’amour, filiale aussi, et tout un tas d’autres pour ne citer qu’eux. Des thèmes qui se croisent et s’entrecroisent sans jamais mettre l’un d’entre eux dans l’ombre. Tous sont dans la lumière à tour de rôle.

Si l’émotion est bien là (et croyez-moi, elle nous passe partout), l’auteure ne fait pas non plus dans le patho. Les différentes épreuves traversées par Tristan et Elizabeth sont des moyens de les rapprocher, mais aussi de les perdre un peu plus. En effet, en perdant leur moitié, ils ont perdu le goût d’aimer et faire entrer la lumière dans les ténèbres de leur vie semble difficile. Pourtant, petit à petit, lentement, ils vont s’ouvrir l’un à l’autre, se reconstruire et respirer de nouveau. De plus, moi qui adore la littérature, il y a de nombreuses références à des livres à travers des symboles touchants qui donnent encore plus de profondeur à The air he breathes.

Le pardon est l’autre thème au cœur de cette histoire car chacun se reproche la mort de ses proches, leur absence au moment du drame. Et puis on a cette incroyable connexion entre Tristan et Elizabeth : ils lisent l’un en l’autre tout en tentant de ne pas se perdre l’un en l’autre. La souffrance est réelle et puissante pour eux et pour le lecteur aussi. Mais grâce à une remarque vulgaire et débridée de Faye, la meilleure amie d’Elizabeth ou par un commentaire plus ou moins philosophique d’Emma (oui je trouve), cela est savamment dosé.

Mais The air he breathes n’est pas que deuil, amour et seconde chance. Cela va bien au-delà. Certains le savent, mon film préféré, mon film culte, c’est Ghost avec Patrick Swayze. La particularité de ce film c’est que c’est à la fois un film d’amour, une comédie ou encore un policier. Le roman de Brittainy C. Cherry est exactement de cette veine-là ! Si le fil principal de l’intrigue est évident dès le début de l’histoire, le roman n’en reste pas moins captivant. Sur la fin, un événement supplémentaire, une réponse à des questions qu’on se pose, arrive et même si je savais que cela allait se produire, et bien j’ai malgré tout été surprise par le pourquoi du comment il arrive. Et puis il y a Tristan.

Tristan, derrière sa façade d’homme froid et insensible, est tout le contraire. Il est touchant, déstabilisant et sexy : c’est un hipster aussi. On l’aime pour ses faiblesses mais aussi sa force (caractère et autres). Son physique me change des héros que j’aime beaucoup dans ce genre de livre. On est loin du costume-cravate et de l’écossais. Il fait clairement partie de mes bookboyfriends sans hésiter. On est dans de la New Romance et qui dit New Romance dit scènes épicées à foison. Que nenni ! Il y en a relativement peu et ce n’est absolument pas ce qui prime dans l’histoire de toute façon. Les sentiments et l’émotion sont vraiment les thèmes mis en avant. Ce n’est pas une comédie comme Ghost l’est parfois mais plutôt une tragédie qui devient une formidable leçon de vie et d’amour. Des enseignements précieux comme le pardon ainsi que de l’émotion, des larmes, des rires et surtout, une seconde chance : aimer de nouveau quand la vie a tout pris.

La plume de Brittainy C. Cherry est donc une belle découverte pour moi. Un style léger rempli d’émotions sans faire de surenchère. Et puis avec des personnages aussi bien construits, on ne peut que aimer The air he breathes. Tristan et Elizabeth sont parfaits à mes yeux et il est facile de s’attacher à l’un comme à l’autre, surtout quand la narration alterne les points de vue entre eux deux. Nous avons également bien sûr quelques flashbacks pour comprendre leur souffrance et le deuil, mais surtout à travers les pensées de Tristan au début. C’est ce qui m’a un peu surprise mais finalement, cela permet à Tristan d’évoluer au fur et à mesure du roman. Leur psychologie est très développée et c’est cela qui renforce mon coup de cœur pour ce livre. Emma apporte de la joie dans ces moments de souffrance pour chacun d’eux. Quant aux personnages secondaires, ils ne sont pas moins réussis : Faye est top avec son humour et sa façon de parler très franche sans filtre. Quant à Tanner, le meilleur ami du défunt mari d’Elizabeth, il est complexe à sa façon et au fil de l’histoire, il se révèle … mais chut ! Lisez-le pour le savoir.

Conclusion

Un roman sublime qui démontre que les secondes chances existent et ce peut importe le passé et la douleur qui l’accompagne. Si l’intrigue n’est pas une réelle surprise, les émotions elles, sont là dès le début et on finit par être captivé et envoûté par l’histoire de Tristan et d’Elizabeth. Une plume agréable, qui sait exposer différents thèmes sans en faire trop et des personnages attachants pour un roman qui est devenu un coup de cœur. C’est une véritable quête pour l’un comme pour l’autre des héros. Tous les sentiments qui viennent se mêler entre eux pour offrir différents romans dans un seul. Un roman qui donne envie de découvrir la suite de la série.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

6 thoughts on “« The air he breathes », 1er coup de cœur 2017 !

  1. Ho mon dieu !!! Je le zieute depuis un moment celui la et j’ai tellement envie de me le prendre !
    Je pense d’ailleurs me faire une commande amazon dans les jours là et il n’est pas dit que je ne craque pas… surtout après avoir lu ton avis ! J’en peur, avec toute cette euphorie d’être déçue ou de trop lui en demander… Arf, bon me le faut !

    1. Et bien ne demande pas trop ! Honnêtement, il est classé New Romance donc dans le même genre que Beautiful Bastard, Unbreak me et cie mais je te dirais que c’est plus … genre Maybe Someday de Colleen Hoover (j’ai eu un méga coup de coeur pour ce livre (il est sur le site d’ailleurs). Après, c’est toi qui vois ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge