« Un chien en or » ou quand le chien est le meilleur ami de l’homme

Bonjour tout le monde ! Voilà un moment que je n’ai pas posté de chroniques. Je ne vous oublie pas mais actuellement au travail … c’est pas toujours la joie (réforme du bac, élèves plus ou moins sympathiques …) et parfois, je manque de temps avec les paquets de copies qui s’accumulent. Ce soir, je vous parle d’un roman paru dans la collection Hauteville : Un chien en or. Merci aux éditions Bragelonne pour l’envoi.

C’est quoi le pitch Holly ?

« Dès la première semaine où elle est entrée dans nos vies, Trixie et moi avons passé le plus clair de notre temps allongés par terre, côte à côte. J’appréciais ces moments de détente ; il est toujours apaisant de faire un câlin à un chien affectueux. Ces moments de complicité avaient aussi quelque chose de troublant, car nous pouvions nous regarder dans les yeux pendant une demi-heure, et elle était rarement la première à détourner le regard. »

Si le chien est le meilleur ami de l’homme, c’est qu’il a le pouvoir de changer nos vies. Et il est des chiens dont on se souvient longtemps.

Lorsque Dean Koontz et sa femme adoptent Trixie, un golden retriever de trois ans, c’est comme s’ils accueillaient dans leur foyer l’enfant qu’ils n’ont jamais eu. Ce chien, formé pour l’assistance des personnes handicapées, a reçu un entraînement exceptionnel qui en fait un compagnon hors normes. Son intelligence, son tempérament joyeux et sa faculté à vivre pleinement le moment présent vont illuminer la vie de ses maîtres pendant près de douze ans. Des années merveilleuses dont Dean Koontz se souvient avec émotion.

On en pense quoi ?

Et bien, j’ai aimé cette lecture ! La collection Hauteville met en avant des romans parlant d’animaux. L’an dernier, j’avais découvert l’histoire de Toby Jug et de son maître et je voulais renouveler l’expérience. Je suis ravie !

Un chien en or, c’est l’histoire de Trixie, une Golden retriever qui était pas destiné à assister son maître. Suite à une opération, Trixie ne peut plus assurer ses fonctions et trouvent un nouveau foyer chez Dean Koontz, célèbre auteur, et son épouse. Dans ce roman, Dean Koontz nous raconte sa vie auprès de Trixie, de son arrivée par exemple, mais aussi de nombreuses anecdotes toutes plus intéressantes les unes que les autres, mettant en avant l’intelligence de cette chienne.

Quelle belle histoire ! J’ai moi-même une chienne, du moins vit-elle chez mes parents. Vous la connaissez tous vu qu’elle inonde souvent mon compte Instagram de mignonnerie. Kaly, née Kalyne, a été abandonnée à l’âge de treize mois sur un bord de route par sa propriétaire. Heureusement, une personne l’a vue et l’a conduite en refuge dans lequel elle est restée quatre années avant de croiser la route de ma famille. Nous avions perdu en début de cette année-là notre chienne Osis. J’ai toujours connu cette chienne car j’étais une enfant quand elle est arrivée bébé à la maison. Pendant treize ans, c’était mon bébé (même si je la partageais avec le reste de la famille) et puis un jour elle nous a quittés. C’est difficile car on s’attache à ces petites boules de poils. Etant tous adultes, nos parents voulaient cette fois-ci donner une chance à un animal qui n’avaient pas eu d’amour et d’affection. Le refuge était le meilleur moyen de trouver notre bonheur. Après un essai tragique (Bella … ma jolie …), nous avons rencontré Kaly. Papa voulait un petit chien, on est reparti avec un croisé labrador. Aujourd’hui, elle a 10 ans mais toujours 3 dans sa tête. C’est la raison pour laquelle je me devais de lire Un chien en or.

C’est un bel hommage que fait Dean à sa chienne. Il nous raconte toute sa vie, jusqu’à la fin et c’est là où on voit à quel point les animaux ont une place dans notre vie. Trixie doit sa nouvelle vie à Dean et elle lui rend au centuple. Comme Patoune (ndlr : le surnom de Kaly) nous le rend, à ma famille et moi, depuis que nous sommes allés la chercher dans un refuge. Il y a beaucoup de tendresse dans ce roman. Un Chien en or n’est pas juste la biographie d’une chienne mais une belle histoire d’amitié. On sourit, on rit, on pleure bref … on passe par tout un tas d’émotions.

Personnellement, j’ai beaucoup ri et été émerveillée devant l’intelligence de Trixie. Un chien d’assistance est bien évidemment formé pour aider des personnes en difficulté mais ils ont aussi un sixième sens qui peut parfois être troublant, comme Dean nous le raconte.  Au-delà d’une histoire d’amitié, c’est aussi un bel hommage à ce métier qui mériterait d’être un peu plus mis en lumière. La plume de Dean Koontz est sympathique même si parfois j’ai eu du mal avec certaines tournures de phrases. Cependant cela reste authentique et sincère. Ca me donne envie de me pencher sur d’autres de ses romans qui me semblent bien différents tout de même.

Conclusion

Si vous aimez les animaux, Un chien en or est fait pour vous ! Ne vous attendez pas uniquement à de l’amitié avec un animal en fil conducteur : c’est aussi un hommage au métier de chien d’assistance et à l’intelligence d’un animal. Une ode à l’amitié et aux liens que l’on crée avec son animal de compagnie. Dean Koontz rend un bel hommage à son fidèle compagnon. Un conseil : n’hésitez plus et lisez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge