« Ma pire ennemie », quand la souffrance rapproche

Bonjour tout le monde ! Aujourd’hui je reviens avec le nouveau roman de Tara Jones. Il faisait partie des livres que j’attendais le plus avec le nouveau roman de Christina Lauren. Mille mercis à Célia et Jessica pour l’envoi de Ma pire ennemie.

C’est quoi le pitch Holly ?

Et si la vérité était pire que le mensonge ?

Que feriez-vous si vous étiez la fille d’une tueuse en série ?

Joanna a toujours su que sa mère n’était pas comme les autres. Pas aussi affectueuse ni attentive à son enfant mais quand elle apprend que c’est une criminelle, sa vie s’effondre. Littéralement.

Elle vit maintenant avec ce lourd poids et réorganise son existence. Cela commence par changer de métier : difficile de continuer à enseigner quand on porte le nom d’une meurtrière…

Joanna devient alors serveuse et dissimule sa réelle identité. Quand elle rencontre son nouveau patron, Scott, les débuts sont un peu difficiles : cet homme froid semble enfermé dans son chagrin depuis la mort de sa mère.

Mais très vite, Joanna se plaît à rêver à une nouvelle existence que partagerait Scott.

A-t-elle enfin trouvé le chemin vers le bonheur, loin des crimes de sa mère, sa pire ennemie ?

Elle n’est peut-être pas au bout de ses peines et sa route sera plus tortueuse qu’elle ne le pensait…

On en pense quoi ?

Même si je n’ai pas eu de coup de cœur, j’ai beaucoup aimé cette lecture. Elle remplit tous les critères de ce que je cherchais.

On suit donc Joanna. Elle est institutrice, adore son métier et a un super meilleur ami. Mais un jour, tout bascule. Sa mère, Lucy, est accusée de plusieurs meurtres et est condamnée. Pour notre héroïne, c’est le coup de massue. Elle qui était si discrète, elle qui n’avait rien demandé … elle se retrouve du jour au lendemain personna non grata. Elle perd son emploi et depuis quelques temps, on la menace. Pas physiquement mais on s’en prend à ce qu’elle possède et cela la mine moralement.

Elle n’a pas d’autre solution que de prendre une autre identité pour espérer à nouveau vivre sereinement. C’est ainsi qu’elle décroche un emploi de serveuse dans le club de Scott. Cet homme est tout simplement odieux ! Mais Joanna ne se laisse pas faire. Petit à petit, elle apprend à connaître cet homme et à s’attache à lui. Cependant, l’ombre de sa mère plane au-dessus d’elle alors saura-t-elle accepter cela pour espérer être heureuse ?

Joanna est un personnage qui m’a beaucoup touchée. En effet, elle n’est pas née dans la bonne famille. Sa mère était une jeune fille parfaite et populaire et avoir un enfant l’a complètement transformée. Lucy la tient pour responsable de plein de choses et donc Joanna a appris très tôt à se débrouiller seule et à espérer recevoir la bonne dose d’amour nécessaire pour réussir sa vie. Mais découvrir le vrai visage de sa mère, ça la complètement retournée puisque cela a désormais un impact sur sa vie.

Elle va donc prendre un job de serveuse dans un bar branché de la Nouvelle Orléans. Sa rencontre avec Scott, son patron, va tout changer. Très vite, elle comprend que lui aussi souffre et qu’un mal le ronge. A son contact, elle sent qu’elle peut espérer avoir le droit au bonheur. Mais comment apprivoiser un homme brisé par la vie et qui la rejette dès le départ ? Le lien entre eux est indéniable pourtant – étrange et réconfortant même – alors comment le lui faire comprendre ?

Joanna est une héroïne très touchante. Déjà sa particularité. Tara Jones a choisi d’en faire une héroïne métisse. Rien que cela, c’est quelque chose qui m’a plu parce qu’au travers de ce personnage, l’auteure nous raconte aussi son histoire et ce qu’elle a vécu. Ni noire, ni blanche. Parce que oui, Joanna n’est pas juste fille de tueuse mais c’est aussi une femme qui doit vivre avec une couleur de peau qui ouvre à des injures et de la souffrance. Et ça … c’est tout aussi bouleversant que le fait qu’elle est le souffre-douleur de personnes inconnues. Merci Tara !

Donc Scott… Il devient pour elle sa rédemption car avec lui, elle a le sentiment d’être aimée pour ce qu’elle est et qu’il peut combler ce qu’elle n’a jamais reçu enfant. Alors oui, Cooper son meilleur ami est là mais ce n’est plus suffisant. Scott est un héros assez intéressant. On comprend tout de suite qu’un drame a bouleversé son monde. Il est donc complètement perdu, à la dérive aussi. Rencontrer Joanna c’est comme voir sa vie reprendre des couleurs et entrevoir l’espoir. A son contact, il s’aperçoit qu’elle a le pouvoir de l’empêcher de souffrir constamment. Mais est-il prêt à la laisser entrer ?

C’est après cela, après l’évolution de leur relation que quelque chose cloche. A mon sens, je trouve que la relation entre Joanna et Scott va vite. Trop vite. Je comprends où Tara Jones a voulu en venir car l’histoire d’amour entre les deux héros est un moyen de permettre à Joanna et Scott d’être enfin eux-mêmes et de se reconstruire. Parce que la psychologie des personnages … elle est géniale. Il y a de la recherche et du travail. On comprend la souffrance des héros et on aime les voir évoluer, se transformer et s’accepter. Il y a beaucoup d’espoir dans leur psychologie.

Le twist qui change leur relation est aussi prévisible mais qu’importe, c’est vraiment l’aspect psychologique des personnages qui priment dans Ma pire ennemie pour moi. Donc j’ai fait abstraction de la romance et vraiment apprécié l’évolution des personnages pour les voir petit à petit se reconstruire, s’accepter et aimer.

Donc l’intrigue est prévisible mais efficace. Tara Jones nous offre des thèmes percutants. Le racisme à travers Joanna, les répercussions sur la vie des personnes qui subissent sans cesse le jugement des autres comme le fait qu’on ne choisit pas sa famille en sont des exemples. J’ai trouvé cela très bien amené et parfaitement glissé dans l’histoire. L’autre point fort est aussi le fait que la mère de Joanna soit une tueuse en série. Cela crée de la tension, du suspense dans l’histoire qui rend le lecteur accro. Et entre nous, c’est pas souvent qu’on se retrouve face à ce type de personnage.

Après le rythme de l’histoire est tout aussi addictif, avec vraiment des intrigues secondaires qui sont captivantes. Tara Jones me fait penser à Maya Banks. Comme elle, elle écrit de la romance avec du suspense (je l’avais déjà senti dans le tome 3 du Contrat) qui prend aux tripes et donne envie de connaître la suite sans mettre le livre en pause. L’acharnement psychologique envers Joanna en est la preuve d’ailleurs.

Conclusion

Ma pire ennemie est une romance originale et addictive qui m’a totalement convaincue. Tara Jones propose une histoire unique abordant des thèmes percutants qui touchent le lecteur de différentes manières. Même si la romance est rapide, elle sait toucher et captiver. On met aussi en lumière des inégalités bien trop présentes dans la société actuelle et moi je ne peux que aimer. On ajoute une psychologie travaillée aux personnages et le tour est joué ! N’hésitez pas à découvrir l’histoire de Joanna et Scott. Ca vaut vraiment le détour.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge