« Until the end », l’ovni de Laura S. Wild

Bonjour tout le monde ! Je reviens aujourd’hui avec certainement l’un des romans que j’attendais le plus cet automne : Until the end de Laura S. Wild.

Laura, je la suis depuis son premier roman, My Escort Love et sa série Et Puis soudain … et je dois dire qu’elle assure. J’avais donc hâte de la retrouver dans son nouveau roman que je savais bien différent de ce qu’elle nous a proposé jusqu’à maintenant. Merci Jessica et Célia pour cette lecture !

C’est quoi le pitch Holly ?

Un soir d’octobre, alors que Mila rentre chez elle, sa vie bascule. Quelqu’un l’attend en bas de son immeuble. Une main se plaque sur sa bouche, et un 4X4 l’emporte…

Mila vient d’être enlevée.

Lorsqu’elle revient à elle, la jeune femme s’aperçoit qu’elle est séquestrée et coupée de tout, sans comprendre pourquoi elle a été prise pour cible. Qui est son ravisseur ? Que lui veut-il ? Retenue dans un endroit isolé, elle va devoir apprendre à vivre avec Carter, l’homme chargé de la surveiller, qui la trouble autant qu’il la terrifie.

Pour Carter, Mila n’est qu’un contrat de plus à honorer. Sa mission est simple : l’enlever, la maintenir prisonnière puis la relâcher une fois la rançon payée. Mais il commet une erreur qui va tout bouleverser : quelque chose chez sa captive lui fait baisser la garde. Et il laisse malgré lui un lien se créer entre eux…

Tandis que leur cohabitation forcée se prolonge, Carter et Mila en découvrent chaque jour davantage l’un sur l’autre et la jeune femme réalise que malgré les apparences, son ravisseur porte un lourd fardeau et qu’il est peut-être prisonnier autant qu’elle.

Et si l’amour pouvait les libérer ?

On en pense quoi ?

J’attendais beaucoup de ce roman et je n’ai pas été déçue. Cependant, ce n’est pas un coup de cœur mais j’ai passé un excellent moment avec Until the end.

On suit donc l’histoire de Mila. A 22 ans, cette jeune femme a mis beaucoup de temps à construire sa vie de par un passé douloureux. Sa seule famille, c’est Gaby, sa meilleure amie. Alors que cette dernière s’envole pour l’Europe, Mila voit sa vie basculer : elle est kidnappée.

Enfermée dans un lieu qu’elle ne connaît pas, Mila a peur. Elle va devoir cohabiter avec son bourreau, Carter. Un barbu qui lui inspire de la peur. Ce dernier espère que sa mission va vite se terminer pour reprendre le cours de sa vie mais un imprévu va faire qu’il va devoir vivre avec Mila plus longtemps. Et si elle perçait sa carapace ? Et si ensemble, ils devenaient plus fort ? Impossible ! C’est un monstre non ?

Avant de vous parler de Carter qui est clairement LE point fort de ce roman, je vais vous parler de Mila. Cette jeune femme va vivre la pire expérience de sa vie : être kidnappée. Si je comprends son vécu, j’ai eu du mal à m’attacher à elle. Je crois que j’aurais aimé en savoir plus sur elle, quitte à voir quelques flashbacks de sa vie d’avant, de son enfance, pour mieux la comprendre et l’apprécier. Attention ! Ce n’est pas un mauvais personnage. J’aurais juste voulu mieux la connaître. Mais faut dire qu’avec Carter … c’était dur de rivaliser.

Carter est un personnage qui sort des sentiers battus. Que ce soient les miens ou de manière générale. C’est un personnage complexe qui a su m’attirée dans ses filets dès son apparition. Je savais que tout tournerait autour de lui et que Mila n’était qu’un prétexte pour nous permettre de découvrir cet homme mystérieux. Et comme on est rarement dans sa tête, cela ne fait que s’accentuer au fil des pages.

Carter est un héros aux multiples facettes plein de contradictions. On finit par comprendre la raison et bizarrement, je crois que c’est quelque chose que je n’ai pas compris. Enfin … façon de parler. J’ai compris ce que Laura S. Wild voulait mettre en lumière mais je n’ai pas réussi à le trouver en Carter. Je pense qu’elle aurait pu ne pas « justifier » son comportement. Ca me suffisait. J’ai, en revanche, adoré tout le passé de Carter et la manière dont cela nous était dévoilé. Ca m’a permis de m’attacher encore plus à lui et à l’apprécier.

Pour rendre le roman moins huis clos (en effet, on est surtout seul avec Mila et Carter), on a d’autres personnages qui gravitent autour d’eux, apportant de la légèreté et qui nous permettent aussi de respirer car vraiment l’ambiance … elle est prenante.

Si la plume de Laura S. Wild est toujours la même, elle a choisi de s’aventurer sur un autre terrain, loin de l’ambiance de ses romans précédents. Elle a quitté sa zone de confort et le pari est réussi ! Vraiment ! C’est excellent car l’intrigue prend aux tripes et est addictive. Difficile de lâcher le livre avant la fin.  Ce n’est pas de la dark romance mais presque pour moi. C’est vraiment psychologique. Mais en même temps psychologie, c’est la patte de Laura S. Wild donc ne pas la trouver dans Until the end … cela aurait été étrange.

La plume de Laura S. Wild, en plus du côté psychologique, garde cette urgence et cette envie de ne pas quitter les personnages. Alors oui, on fait une croix sur le cliffhanger qu’elle maîtrise à la perfection mais on se plonge dans un univers sombre, intéressant et mystérieux. Ajoutez à ça Carter et le tour est joué. Until the end est né. Alors oui, des choses sont faciles à deviner mais on s’en fiche, c’est vraiment l’ambiance, le suspense et la psychologie de Carter qui priment.

J’ai bien aimé la romance et la façon dont elle est amenée. Laura S. Wild prend son temps à la mettre en place car avec Carter … il y a intérêt et puis il y a Mila. Mila qui est la victime, la prisonnière qui se retrouve à développer des sentiments pour son bourreau. C’est une position délicate et tout cela est vraiment bien présenté. J’ai aimé cet aspect de l’histoire.

Conclusion

Until the end répond à toutes mes attentes et sort du lot. Laura S. Wild nous offre une histoire sombre, addictive et torturée. Un véritable ovni parmi tout ce qu’elle a pu écrire jusqu’à maintenant. L’ambiance est prenante, troublante et parfois angoissante avec des personnages sortant d’un autre univers et une romance peu commune. J’ai passé un bon moment, en particulier avec Carter mais retrouver la plume de la psychologie de l’auteure, ça change tout. Si vous n’avez pas encore succomber, foncez ! Il vaut vraiment le détour.

A propos de Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

2 commentaires sur “« Until the end », l’ovni de Laura S. Wild

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge