[La série du mois]International Guy, un second trimestre prenant !

Bonjour tout le monde ! On revient aujourd’hui avec la série qui me tient en haleine depuis cet été : International Guy de Audrey Carlan. Le concept est toujours le même : un tome une ville. Et ce qui est génial quand on le reçoit en tant que partenaire, on a toujours la petite carte postale de la ville. Je trouve ça super chouette ! Merci à Célia pour l’envoi ! Après vous avoir parlé du premier trimestre, voici le second.

C’est quoi le pitch Holly ?

Retrouvez Parker Ellis et la bande d’International Guy.

Toujours aux services des femmes, de San Francisco à Berlin, en passant par Montréal et Londres, notre trio vient en aide à Rochelle, businesswoman en quête du mari idéal, Alexis, PDG à la recherche d’une taupe au sein de son entreprise de cybertechnologie, Geneva, auteure en panne d’inspiration et Monika, PDG en quête du marketing idéal pour la commercialisation de sa nouvelle voiture de luxe. Le Dream Maker – Parker –, le Love Maker – Bo – et le Money Maker – Roy – vont à nouveau unir leurs forces et leurs compétences pour les aider.

Entre leurs mains expertes, elles vont se révéler chacune à leur manière pour le meilleur et pour le pire. Mais attention !  Si l’amour véritable est à portée de main, le chemin est souvent semé d’embûches à donner des sueurs froides. Skyler, l’actrice hollywoodienne n’est jamais très loin sans oublier Wendy, leur nouvelle assistante délurée. (résumé de moi)

On en pense quoi ?

Si le premier trimestre était addictif et donnait le ton, le second semestre ouvre de nouvelles perspectives et rend certaines intrigues prenantes.

Si Parker reste le personnage principal, d’autres gagnent en intensité

Depuis le premier trimestre, Parker a beaucoup évolué et pas uniquement du à sa relation avec le personnage de Skyler. En effet, si le statut de star internationale n’est pas facile à vivre, Parker doit affronter des hauts et des bas avec elle. Rien que la fin du tome à San Francisco … on a un Parker vulnérable et fragile qui nous touche et cela se poursuit à Montréal. J’ai aimé ce côté-là de Parker car ainsi, Audrey Carlan tente de nous montrer une autre facette de son héros et aussi de rendre sa série plus prenante.

Parker n’est plus le seul personnage mis en avant durant ce trimestre. Skyler a toujours son chapitre (en tant que narratrice) en fin de tome, assurant toujours la transition entre les missions et devenant ainsi un personnage à part entière, voire principale de la série. Mais, ce que j’ai aimé, c’est que Bo et en particulier Roy ont enfin le droit d’être dans la lumière. Ce n’est plus seulement Parker qui est mis en avant mais bien les trois compères puisqu’ils vont, parfois, à deux ou à trois, dans les différentes villes pour accomplir les missions. A San Francisco, Audrey Carlan nous offre un peu plus d’informations sur le Money Maker, le rendant attachant et nous faisant rêver autant que Parker voire même plus (nous verrons cela dans le dernier trimestre).

Voyage entre l’Amérique et l’Europe

Si au trimestre précédent, l’Europe était la destination majeure (Paris, Copenhague et Milan), Audrey Carlan a choisi cette fois-ci de partager les destinations sur les deux continents : bonjour l’Amérique ! D’abord San Francisco suivi de Montréal puis Londres et Berlin. J’ai aimé cette idée car même si on voyage beaucoup, on a le sentiment de suivre un parcours d’ouest en est. Et surtout, pas de cliché ! En effet, à Paris, j’avais du mal avec les mots français glissés à droite à gauche qui gâchaient mon plaisir de découvrir l’histoire de Sophie (ndlr : la première mission d’IG). Qu’aux Etats-Unis ou au Québec, on ne parle pas beaucoup des monuments, je le conçois, l’auteure est américaine en revanche, j’aurais aimé découvrir un peu plus Berlin car dans le tome précédent, à Londres, elle nous avait, à travers le personnage de Geneva, fait découvrir la capitale britannique avec les principaux monuments (London Eye, Tour de Londres ou encore Tower Bridge).

De nouveaux personnages secondaires et un fil rouge intriguant

Depuis leur première mission à Paris, International Guy a décollé. Résultat : le trio embauche une assistante, Wendy. C’est un peu la bouffée d’air frais dans ce monde masculin. Un look à la fois gothique et un humour à toute épreuve, elle nous offre des barres de rire en plus d’être une adepte de la soumission. Rien qu’à voir sa relation avec Bo : lui qui tente de la séduire et se fait rembarrer montre que Wendy est une jeune femme très naturelle et qui s’adapte très vite à l’univers des garçons. Ajoutez à ça Michael son petit ami dominant et la famille IG s’agrandit et gagne en intensité et en sensibilité. Chacun des personnages trouvent avec les autres ce qui a pu lui manquer dans sa propre histoire : une sœur, un frère bref … une famille. Affectueusement appelée Chipie par Parker, Wendy a droit à sa propre histoire notamment avec la mission Montréal. C’est vraiment à partir de ce tome que l’on sent une véritable cohésion et un lien indestructible entre les différents personnages. Même Michael m’a plu et touchée. Il a eu le droit à sa mise en lumière à Berlin c’est pour dire.

Quant au fil rouge … si on pensait qu’il s’agissait de Skyler, et bien on a presque tout faux. Certes, elle est un fil rouge à sa manière en assurant les transitions entre les tomes mais à Londres, un événement – que dis-je ! – une menace plane au dessus du groupe, en particulier Parker et Skyler. C’est cela qui rend ce deuxième trimestre intriguant car on se demande qui peut bien être cette personne et si on ne l’a pas déjà croisée dans les tomes précédents. On se pose beaucoup de questions, on émet des hypothèses mais Audrey Carlan arrive tout de même à nous laisser dans le flou total. J’espère qu’on va vite le démasquer car j’avoue parfois avoir eu le trouille tant les menaces sont à prendre au sérieux.

Des missions avec des femmes plus ou moins agréables

Le but de la série International Guy est d’être au service des femmes. Ce nouveau trimestre ne déroge pas à la règle, notamment à Londres avec Geneva, auteure victime du syndrome de la page blanche. Cependant, si dans les tomes précédents, toutes les femmes manquaient de confiance en elles, ici, on est loin du compte.

Dans un premier temps, Rochelle (San Francisco). Cette femme a déjà tout : le pouvoir, l’argent. Mais il lui manque une chose : l’amour. Parker et son équipe vont être là pas seulement pour l’aider mais plutôt pour lui ouvrir les yeux. Ensuite, Alexis. Comme Rochelle, cette femme a tout. Alors pourquoi avoir besoin d’International Guy ? Tout simplement parce qu’elle veut trouver la personne qui sabote son dur labeur, montrant ainsi que IG est plus qu’une entreprise qui aide les femmes à se sentir femme. IG peut aussi servir à démasquer des taupes et donc à sauver une firme. Cela donne une nouvelle corde à l’arc de notre trio, corde que l’on retrouve d’une autre manière (marketing) à Berlin. Pourtant, certaines de ces femmes ne sont pas des plus agréables. Je pense notamment à Monika à Berlin qui m’a souvent donné envie de la taper.

Conclusion

Le second trimestre d’International Guy reste addictif mais est bien plus prenant. En effet, le fil rouge se voit transformer en une menace qui nous tient en haleine, offrant au passage quelques sueurs froides. De plus, Parker, le héros, laisse la part belle à ses acolytes ainsi qu’aux personnages secondaires tels que Wendy, l’assistante délurée mais fraîche. Puis les missions diffèrent. Plus de damoiselles en détresse mais plutôt des femmes fortes et indépendantes qui sont cependant pas toujours agréables. La trame narrative est toujours aussi intéressante si ce n’est plus avec le fait de mettre d’autres personnages en valeur et d’ajouter des éléments perturbateurs constructifs. J’ai vraiment hâte de découvrir le dernier trimestre (que j’ai déjà bien entamé) et d’avoir les réponses à toutes mes questions.

A propos de Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

2 commentaires sur “[La série du mois]International Guy, un second trimestre prenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge