« La vie rêvée de Margaret », le feel good de l’hiver

C’est encore moi ! Comme je n’ai pas encore de paquet de copies (menteuse ! Tu en a récupéré un ce matin), j’en profite pour poster une nouvelle lecture lu le mois dernier (quand je dis que j’ai du retard) cette fois-ci avec les éditions Milady : La vie rêvée de Margaret. Etant le coup de cœur des Ladies de l’édition, je me devais de découvrir cette pépite. Merci à elles !

C’est quoi le pitch Holly ?

Attention, un rêve peut en cacher un autre…

Margaret est sur le point d’entamer le brillant avenir pour lequel elle s’est donné tant de mal : un job de rêve, un fiancé qu’elle adore, et la promesse d’une vie parfaite. Puis soudain, son rêve s’effondre. Hospitalisée, Margaret doit affronter l’impensable et se faire une raison : rien ne sera plus jamais pareil.

Face à l’adversité, Margaret découvre que la vie n’a pas dit son dernier mot. Parfois, la dernière chose qu’on souhaite est précisément celle dont on a besoin. Parfois, on espère que quelqu’un sera là pour nous rattraper avant la chute. Et parfois, on trouve l’amour là où on l’attend le moins.

Plein d’espoir, tendre et courageux, ce roman vous fera passer du rire aux larmes.

On en pense quoi ?

J’ai toujours été une lectrice  éclectique et varier les styles et les genres, c’est tout à fait moi. Habituellement, je lis du feel good en été car ça m’aide vraiment à me détendre et à ne pas penser aux cours qui viennent de se terminer et à la rentrée qui arrive deux mois après (je suis quelqu’un qui a besoin de tout anticiper et ça finit par me consumer petit à petit). J’ai fait une exception en choisissant de lire le roman de Katherine Center. Je ne regrette pas car il est arrivé pile au bon moment.

On suit donc Margaret Jacobsen. C’est une jeune femme qui a tout pour être heureuse. Alors qu’elle est sur le point de décrocher le job de ses rêves et de se fiancer à l’homme de sa vie, elle va devoir surmonter sa phobie des avions pour faire plaisir à son fiancé mais rien ne va se passer comme prévu et cela va avoir de lourdes conséquences. L’accident. C’est jamais facile de se relever après un accident et Margaret en est l’exemple. A son réveil à l’hôpital, elle va devoir faire face à l’atroce vérité et aux souffrances physiques surtout celles qui sont psychologiques. L’ancienne Margaret à la vie parfaite n’est plus. C’est avec beaucoup de courage et d’envie qu’elle va apprendre à se reconstruire, à se retrouver et à voir qui est vraiment là pour elle et faire partie de sa vie.

Margaret est une femme touchante. Je n’ai jamais eu/vécu d’accidents qui peuvent avoir une incidence sur mon futur mais je sais, de pas mon entourage, que ce n’est pas chose facile. Il est dur de voir ceux que l’on aime blesser et de ne pas savoir quoi faire pour les aider ou les épauler sans que ce dernier pense qu’on le prend en pitié. Margaret n’échappe pas à la règle avec sa famille.  Une mère autoritaire qui a toujours régenté la vie de sa fille sans penser aux conséquences et à son bonheur. A croire qu’elle a choisi de transposer sa propre vie dans celle de sa fille pour la rendre parfaite. Les autres membres de la famille vont devoir s’affirmer pour permettre à l’héroïne de remonter la pente et s’en sortir.

Vient ensuite un autre personnage, masculin, lié à l’accident, qui va entrer en contact avec Margaret et sa reconstruction et pas toujours dans le bon sens si vous voulez mon avis puis enfin Ian, le kiné. J’ai énormément aimé ce dernier car lui aussi est un être à part. Isolé du reste de ses collègues parce qu’il ne veut pas rentrer dans une case, il doit lui aussi affronter des tempêtes avec ses collègues et son chef, nous rappelant Margaret et sa relation avec sa famille. Un point commun avec elle qui pourrait lui être fortement utile pour se reconstruire. Leur relation va évoluer petit à petit après des débuts chaotiques et cela m’a profondément touchée.

La plume de Katherine Center est légère et douce. On vit des moments difficiles, on souffre pour Margaret mais en même temps, on a la banane durant la lecture. Elle traite de sujets pas toujours faciles à exploiter comme la reconstruction mais tout en gardant un accent léger pour ne pas s’apitoyer sur le sort de Margaret. On apprend à la connaître et au fil des pages, c’est comme si le lecteur l’aidait à se reconstruire. C’est juste incroyable.

Conclusion

La vie rêvée de Margaret nous offre une belle histoire forte et touchante sur le combat d’une vie, sur les rêves ou encore sur la reconstruction et le dépassement de soi. Une héroïne fragile qui petit à petit devient de plus en plus forte et apprend à se reconstruire et revenir celle qu’elle était tout en étant différente tout de même. Les thèmes évoqués par Katherine Center sont  forts, puissants et bouleversants à la fois et malgré la douleur et la souffrance vécue par l’héroïne, on tourne les pages avec le sourire et l’envie de l’aider à se reconstruire. A ne pas rater !

 

A propos de Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge