« Chaussures à son pied » : Marianne Levy revisite Cendrillon

Bonjour tout le monde ! Et bien voilà, on y est ! C’est le deuxième roman que j’attendais en ce mois de janvier : Chaussures à son pied de Marianne Levy. Marianne et moi, c’est une histoire qui dure depuis plusieurs années maintenant. Elle fait partie de ses auteurs qui démarraient quand moi je démarrais mon blog. On a un peu commencé ensemble donc. Elle m’a fait découvrir ses premiers romans publiés en numérique avant de voir enfin l’une de ses héroïnes sortir en papier : La Malédiction de la zone de confort était née. Alors maintenant, c’est une institution. Je lis le roman papier de Marianne. Mille mercis à Léa, Fanny des éditions Pygmalion et ma chère Marianne pour la dédicace et l’envoi de cette pépite.

C’est quoi le pitch Holly ?

Ressembler à Hugh Grant? Sur le papier, c’est un peu le fantasme de tous les célibataires… dans la réalité, c’est, disons, compliqué à assumer. Surtout quand on s’appelle Samuel, qu’on vit à Londres, que sa colocataire a décidé que l’une de ses missions sur Terre était de vous caser pour démontrer que Cendrillon est plus qu’un conte de fées. Et qu’on désire devenir le nouveau Shakespeare.
Il ne pouvait pas prévoir que pour réaliser son rêve, il serait obligé de jouer les princes charmants.
Soit son pire cauchemar…

On en pense quoi ?

Le livre est arrivé dans ma boîte aux lettres samedi et quelques heures après, je le refermais avec un sourire jusqu’aux oreilles. Comment ne pas aimer Chaussures à son pied ?

On suit donc les tribulations de Samuel, sosie non officiel de Hugh Grant, qui galère à trouver sa belle parce que pour lui, le conte de fées et notamment Cendrillon est un vaste écran du fumée. Mais c’est sans compter sur sa colocataire Filomena qui a fait le pari de lui imposer un blind date ou plus par mois pendant un an pour lui démontrer que l’amour triomphe toujours. Pourtant, pour sauver son appartement et ses colocataires, il va devoir s’improviser Prince Charmant pour la télévision et écrire le scénario de plusieurs épisodes de la série qui est aussi connue que East Enders ou Coronation Street (ndlr : l’équivalent des Feux de l’amour ou de Plus belle la vie chez nous). Pour cela, il va devoir s’associer à sa voisine de palier pour décoder le style du prince et l’insuffler à son scénario. Mais parfois ce qu’on réfute le plus peut nous tomber dessus.

Et bien voilà, c’est officiel, j’adore ce livre. Depuis quelques temps, Pygmalion publie des réécritures de contes de fées et Marianne Levy s’est prêtée au jeu avec Cendrillon. Mais ce qui est juste génial avec Chaussures à son pied, c’est qu’elle a pris le sujet « à l’envers ». Au lieu d’avoir une n-ième Cendrillon avec l’éternelle marâtre et les affreuses sœurs, on s’intéresse au Prince Charmant et au poids qui pèse sur ses épaules : la perfection. Dans tous les contes de fées, le prince est toujours parfait avec aucun défaut et donc il ne nous ait jamais venu à l’esprit que cela pouvait être difficile. Marianne Levy a donc choisi de se mettre dans sa tête et de nous le faire comprendre. Et là ! C’est une vraie réécriture de Cendrillon ! Ca me change des téléfilms américains qui sont de plus en plus guimauves.

Samuel m’a touchée. Je me suis attachée à lui des les premières pages. Le petit français qui tente de percer comme auteur à Londres. Le gendre idéal … les galères en plus. Outre son physique similaire à l’acteur britannique le moins aimé de son pays (dire que nous on lui a offert un César nous !), il a un petit quelque chose de sympathique. Et que dire de sa bande de colocataires, des joyeux lurons qui pimentent l’histoire et la quête de Samuel.

Si l’écriture de Marianne Levy n’a pas changé d’un pouce, l’arc narratif est … surprenant. Il m’a fallu quatre chapitres pour le comprendre. En effet, on a Samuel qui s’exprime et tout d’un coup … on passe à la troisième personne. En fait, Samuel a écrit un roman pour parler de sa condition de prince charmant enfin … de la vision de prince charmant qu’on lui donne. Il nous présente son histoire et en plein milieu, on lit son roman qui raconte donc sa vie. J’ai trouvé ça génial ! C’est comme dans les grands classiques de la littérature en fait : une histoire dans l’histoire.

Est-ce un peu différents des comédies romantiques qu’elle a écrit auparavant. Oui ! Est-ce gênant ? Non ! Un auteur doit être capable d’écrire tous les genres et Marianne Levy l’a fait. J’ai qu’une hâte : lire son prochain !

Conclusion

Chaussures à son pied est une comédie romantique certes mais elle diffère de part son héros qui est aux antipodes du héros type de ce genre. Il est touchant et attachant et le suivre dans ses aventures pour démontrer la véracité de ses propos est rafraîchissant. Les personnages secondaires apporte le côté ensoleillé et drôle à l’histoire et font rire et sourire à longueur de temps. Une réécriture du mythique Cendrillon réussi !

A propos de Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

2 commentaires sur “« Chaussures à son pied » : Marianne Levy revisite Cendrillon

  1. J’aime beaucoup ton blog. Un plaisir de venir flâner sur tes pages. Une belle découverte et un enchantement. Très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésite pas à visiter mon univers. A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge