« Crois en moi », mon coup de cœur de septembre !

Bonjour tout le monde ! J’ai enfin un peu de temps libre pour rattraper mon retard de publication. Aujourd’hui, je reviens avec Crois en moi d’Elodie Solare. Quand Célia (merci à toi !) me l’a proposé, j’ai dit oui tout de suite ! J’aime bien découvrir de nouvelles pépites et donc ce poche n’échappe pas à la règle. Merci aussi à Magali et Morgane (la bienvenue chez Hugo au fait !) pour l’envoi !

C’est quoi le pitch Holly ?

Romane, reporter de guerre à la chevelure flamboyante, voit sa vie bouleversée le jour où elle perd son meilleur ami et cameraman, Max, alors qu’elle fait un reportage pendant un cessez-le-feu à Raqqa, en Syrie.

Coincée pendant plusieurs heures sous les décombres, elle va connaître l’expérience la plus forte de sa vie. Quand le calvaire prend fin, c’en est un autre qui commence : qui est cet inconnu qui l’a sauvée ? Comment cela a pu être si intense entre eux alors qu’elle n’a même pas vu son visage ?

De retour à Paris, Romane se rend rapidement compte que les clefs de l’énigme syrienne lui Dans échappent, et que les mensonges de certains l’empêchent de découvrir la vérité.

On en pense quoi ?

Pour nous faire patienter l’arrivée de ce roman, Célia avait envoyé un joli petit teasing sous la forme d’une lettre (je vous invite à aller cherche la photo en question sur mon compte Instagram). J’avais donc très envie de découvrir l’inconnu en question. Pour comprendre qui il est, revenons un peu en arrière.

Dans Crois en moi, Romane est journaliste de guerre. Elle voyage à travers le monde en compagnie de son meilleur ami et cameraman Max. Alors qu’ils sont en train de tourner un reportage à Raqqa en Syrie, elle se retrouve au milieu d’un conflit. Max va perdre la vie sous ses yeux tandis qu’elle se retrouve prise au piège sous des décombres. Mais elle n’est pas seule. En effet, un homme est avec elle. Il a fait barrière avec son corps pour la protéger d’une explosion. A l’aveugle, elle va apprendre à connaître son inconnu sans pour autant savoir quel est son nom. Elle va devoir tout simplement croire en lui pour survivre. Ensemble, ils vont vivre une étreinte ardente et passionnée avant d’être libérés de leur supplice. A l’hôpital, Romane ignore ce qu’il est advenu de son héros, de l’homme qui a désormais avec lui une partie de son âme. De retour à Paris, elle va tout faire pour le retrouver. Mais de nombreux événements, éléments, vont mener à mal ses recherches.

Roman est une héroïne attachante. Je me suis un peu retrouvée en elle de par sa situation familiale. Son père est un général, un militaire. Le mien l’était aussi (car oui, gendarme c’est faire partie de l’armée) et donc certaines situations qu’elle a vécu enfant m’ont rappelée ce que moi-même j’ai vécu. Alors oui, le mien n’a fait aucune guerre mais l’ambiance et les sentiments autour de ça sont les copies conformes de ce que moi j’ai connu enfant. Quand elle rentre de Syrie, elle est clairement en choc post-traumatique. Mais elle ne s’en rend pas compte tout de suite. Certains pourraient ne pas comprendre ses réactions moi si. C’est jamais évident d’admettre que l’on va mal, surtout lorsque l’on a un père fermé sur certaines choses et qui ne monte pas toujours ses sentiments. On a toujours une mère à l’écoute mais parfois, on a vraiment envie qu’elle nous lâche. Alors on la renvoie balader. C’est pourquoi j’ai compris les réactions de Romane puisque j’ai moi-même agi de cette façon mais pas pour les mêmes raisons. Enfin bref …

Romane cherche donc son inconnu. De fil en aiguille, elle se retrouve face à trois hommes qui seraient potentiellement l’homme qu’elle recherche. On a d’abord Guillaume Muller. Photographe de guerre, notre héroïne fait sa connaissance à l’hôpital, à son réveil. Drôle et charismatique, il apporte un peu de lumière dans la vie de Romane. Très vite, Romane et lui vont devenir amis. On devine que Guillaume ressent des choses pour elle mais celle-ci n’a pas vraiment l’air de le voir. Il devient la béquille, le soutien de Romane dans ses recherches. Sans lui, elle serait perdue.

Vient ensuite Quentin. Militaire de son état, il s’avère qu’il est fiancé à Marie, la meilleure amie de Romane. Dans sa manière d’être et ses expressions, Romane y retrouve des traits similaires à son inconnu. Très vite, une attirance naît mais Romane est partagée entre son bonheur et celui de Marie. Mais Quentin reste un personnage assez secret et intriguant. Difficile de savoir lorsqu’il dit la vérité ou non. En effet, il a un comportement très étrange envers Romane qui pourrait nuire à de nombreuses personnes. J’ai eu beaucoup de mal avec lui au départ avant de l’apprécier.

Le dernier homme possible est Aaron. Il est le cousin de Quentin et se destine à … Dieu ! Aaron est un ancien militaire qui a choisi la prêtrise. De tous les prétendants, c’est très certainement le personnage le plus intéressant. Il reste un mystère pendant très longtemps pour moi. Il est plutôt complexe en fait. On sait qu’il a fait l’armée et qu’il a choisi la voie du Seigneur car c’est la seule solution possible pour résoudre ses problèmes. C’est un homme torturé mais tellement attachant ! Il est toujours prêt à écouter Romane, à l’aider à trouver celui qu’elle recherche tout en essayant de se trouver lui-même.

Vers le milieu de Crois en moi, nous découvrons enfin l’identité de l’inconnu. Que l’on soit surpris ou non, on apprend à le découvrir et à l’aimer autant que Romane. De plus, et c’est ce que j’ai aimé dans ce roman, on voit nos deux héros se découvrir et évoluer dans leurs univers respectifs tout en essayant de découvrir qui ils sont réellement pour espérer enfin un avenir serein. Ils sont en quête d’eux-mêmes avant de pouvoir aimer. C’est touchant.

Concernant l’écriture … j’ai beaucoup aimé la plume d’Elodie Solare. Comme tout auteur qui débute, il y a des petites imperfections, c’est normal. Des clichés qui peuvent ne pas plaire à tout le monde mais moi, cela ne me gêne pas. J’ai trouvé qu’elle était très douée dans sa manière de faire évoluer son histoire. Elle a pris le temps de nous balader, de nous proposer différents prétendants avant d’enfin nous en révéler l’identité. Puis ensuite, elle a voulu nous faire découvrir ses personnages en entrant dans leur tête pour y lire leurs pensées les plus profondes et les plus douloureuses. Est ce qu’elle aurait pu aller plus loin ? C’est possible mais pour un premier roman, c’est largement suffisant.

Son point fort ? Les thèmes qu’elle a choisi d’évoquer. Commençons par le plus simple : la prêtrise. Fallait oser se lancer là-dedans. Il faut essayer d’être juste, de ne pas trop en faire et surtout de ne pas choquer. Etant catholique, la condition des prêtes reste pour moi un sujet qui ne devrait plus être tabou. J’entends par là qu’un prête pourrait avoir le droit d’aimer quelqu’un en plus de Dieu. Je ne sais pas si je suis claire. Alors oui, elle pourrait développer plus mais c’est pas évident non plus. On a toujours peur de choquer les gens en donnant son opinion. Rien que pour avoir osé, merci !

L’autre point est bien évidemment le milieu militaire. On pourrait trouver ça pas assez développé mais moi non. Il correspond exactement à ce que moi-même j’ai connu plus jeune. J’ai reconnu l’ambiance, les sentiments ressentis par certains collègues de mon père qui ont fait le Kosovo. On peut pas s’attendre à quelque chose de plus carré que ce qu’Elodie Solare propose. Il y a juste ce qu’il faut sans trop en faire. La Syrie est un conflit d’actualité et c’est intéressant d’avoir choisi cela plutôt qu’un autre. Ce n’est pas sanglant mais prenant car elle a essayé de se mettre à la place de ses personnes qui vivent cette vie au quotidien.

Conclusion

J’avais des attentes sur ce roman et elles sont largement atteintes après ma lecture. C’est clairement mon coup de cœur du mois de septembre. Crois en moi est une romance certes mais elle met en avant des personnages forts et fragiles qui ont besoin de se découvrir et d’en apprendre sur eux pour enfin être heureux. Elodie Solare a une plume intéressante qui essaie de tenir son lecteur en haleine. Pour finir, elle évoque des thèmes pas toujours évidents à maîtriser sans pour autant en faire trop ou pas assez. Si vous cherchez des personnages forts et fragiles et un univers qui sort un peu des sentiers battus, ce roman est fait pour vous !

A propos de Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge