Il était une fois, « Henry » : encore meilleur que « Nicholas »

Bonjour tout le monde ! Le mois dernier, je vous parlais de Nicholas, le nouveau roman d’Emma Chase, le premier tome de sa série Royally. J’avais adoré ce conte de fées moderne à l’image de Cendrillon. Aujourd’hui, je vous parle du tome 2, consacré au petit frère, Henry. Mille mercis à Marie et Magali pour cet envoi !

C’est quoi le pitch Holly ?

Certains hommes sont nés responsables, d’autres subissent les responsabilités.

C’est le cas de Henry qui vient de devenir l’héritier présomptif du royaume de Wessco suite à l’abdication de son frère aîné qui a choisi de renoncer au trône afin de pouvoir épouser l’amour de sa vie (Saison 1, Nicholas).

Il se retrouve donc avec un poids considérable sur les épaules, et ne gère pas du tout le fait de devoir prendre des décisions politiques pour son pays et ses sujets. Mais Henry, ne prend pas la royauté très au sérieux et décide de devenir l’objet de tous les fantasmes des jeunes femmes de Wessco en devenant le héros d’une téléréalité… royale : un château, un prince, et vingt charmantes aristocrates prêtes à tout pour séduire Henry et devenir la future reine.

Henry, le prince bad boy et play-boy se sent tout à fait dans son élément dans cet univers où des femmes se battent littéralement pour lui… jusqu’à ce que ses yeux se posent sur la soeur d’une des participantes : Sarah.

Sarah est sensible et intelligente, le nez toujours dans les livres. Bien qu’elle soit riche et issue de la noblesse, elle s’assume seule grâce à son travail de bibliothécaire. Timide, ce qu’elle déteste le plus : être sous le feu des projecteurs…

Une comédie romantique qui réunit la Belle, intelligente et timide, et la Bête, à la fois sauvage et tendre.

On en pense quoi ?

Je ne suis pas fan des blonds. C’est pas vraiment mon style. Mais quand en moins de trente pages Henry fait référence trois fois à Harry Potter, j’ai été conquise.

Henry, Prince de Pembrook, est l’héritier présomptif de Wessco depuis l’abdication de son frère Nicholas, amoureux fou de son américaine Olivia. Il se retrouve du jour au lendemain dans la position la moins agréable pour lui. Aux yeux du monde, il est le futur roi. Mais Henry n’est clairement pas prêt et il multiplie les frasques. Sa grand-mère la reine finit par l’envoyer au loin, au château d’Anthrop pour qu’il puisse prendre l’air et réfléchir à son nouveau statut. Ce dernier va alors en profiter pour tourner une téléréalité qui lui permettra de trouver sa future épouse. Sur place, Henry découvre et redécouvre des jeunes femmes, toutes aristocrates, disponibles et rêvant de devenir reine. Oui mais voilà, Henry s’intéresse à la soeur de l’une d’entre elles : Sarah.

Bien qu’elle soit noble, Sarah vit modestement et se passionne pour les livres. Amoureuse des mots et de l’Amour, elle rêve d’un Colonel Brandon (héros de Raison et Sentiments de Jane Austen). A Anthrop, elle veille sur sa petite sœur Pénélope mais quand Henry lui tourne autour, elle reste méfiante. Il a beau être beau et charmant, c’est un séducteur et il est hors de question de finir le cœur brisé. Même si elle ressent quelque chose de différent avec lui. Henry va devoir redoubler de patience et apprendre à connaître Sarah s’il veut lui montrer qu’il n’est pas ce qu’il semble être. Mais si la fiction rattrapait la réalité ? Est-il réellement possible de s’aimer avec tous ses projecteurs braqués sur eux ?

Henry surpasse clairement Nicholas. Pour de nombreuses choses. Avec lui, j’ai véritablement retrouvé ce qui me plait chez Emma Chase. C’est LE héros à la verve bien trempée et à sa lucidité déconcertante. Il m’a charmée en seulement quelques lignes. Bien plus touché que son frère par la mort de leurs parents, Henry est un grand sensible alors quand il devient l’héritier, ça fait mal. Il n’est pas sûr d’être à la hauteur. Il manque de confiance en lui, ne croit pas en lui. Même s’il a entendu son frère le dire clairement à leur grand-mère. On s’attache à lui. Il n’est pas juste fantasque, c’est vraiment une carapace qu’il s’est forgé pour échapper à son devoir. Sarah va tout faire voler en éclat et ça, c’est juste magique de voir par la suite Henry évoluer.

Sarah est de la même trempe qu’Olivia à la différence que c’est une véritable romantique. Elle a grandi la tête dans les livres et on a le sentiment qu’elle vit à travers eux. Sarah manque parfois de confiance en elle et elle se cache derrière sa timidité. Mais quand sa mère lui demande de veiller sur sa sœur, elle ne peut pas dire non. Elle a toujours protégé sa famille. Elle est généreuse et veut le bonheur des siens avant de penser à elle. Au fil des pages, on comprend que son enfance a été ponctuée d’événements pas toujours tendres et on ne peut que l’admirer pour son courage à affronter la vie. Avec Henry, elle va découvrir des choses et s’affirmer. La confiance va grandir pour lui permettre de se construire et d’enfin devenir celle qu’elle aurait toujours du être.

C’est ce que j’ai vraiment aimé dans ce roman. Cette différence entre Henry et Sarah. Chacun a ses failles mais ensemble, ils sont plus forts. De plus, ce qui m’a vraiment surpris dans ce roman, c’est le temps que mettent les sentiments à évoluer pour s’ouvrir sur la passion. Les étreintes arrivent tard dans le roman et c’est ça qui m’a plu et surprise. Henry n’est peut-être pas celui qu’on imaginait dans le premier tome. L’autre point très intéressant dans le roman, c’est le concept de téléréalité. C’est tout à fait l’image que j’avais car cela dépeint le fait qu’il s’agit de comédie et de jeu d’acteur mais tout en restant en arrière-plan pour ne pas empiéter sur l’histoire d’Henry et Sarah. Quant à la comparaison avec La Belle et la Bête … je pense qu’elle doit simplement s’arrêter à leur caractère car si effectivement Sarah et sa passion des livres rappellent Belle, c’est tout ce qu’il y a en commun avec le conte. Henry n’est vraiment mais alors vraiment pas laid !

Emma Chase est encore meilleure avec ce second tome. Les personnages sont bien plus intéressants tout en gardant sa patte avec l’humour que j’aime tant : le héros charismatique mais touchant à la fois et l’héroïne forte et fragile. J’ai adoré les références littéraires, à la fois classique (Sarah) et moderne (Henry). J’ai versé ma petite larme avec une certaine scène. Ce n’est rien du tout mais pourtant, elle m’a touchée car elle marque clairement le changement de la relation entre Henry et Sarah. J’ai soupiré, souri, été émue par cette belle histoire qu’est Henry. C’est un joli conte de fées, encore plus touchant que celui de Nicholas. J’ai rêve comme lorsque je lis mes grands classiques romantiques.

Bien évidemment, les personnages secondaires sont intéressants, tantôt sympathiques, tantôt malveillants, mais ils sont vraiment peu présents. C’est presque un huis clos. Quant à la fin … elle est chouette. C’est un happy ending mais moderne. On imagine clairement ce qui peut se passer. En plus, on voit à nouveau Nicholas et Olivia et ça fait du bien ! J’ai hâte de découvrir l’histoire d’Ellie, la soeur d’Olivia, le mois prochain. Je sens que la série va être conclue en beauté.

Conclusion

Ce n’est plus LA romance mais LA série à ne pas rater. On rêve avec les histoires d’Emma Chase. Henry est un prince qui ne laisse pas insensible et qui a une aura charismatique encore plus impressionnante que celle de son frère. Quant à Sarah, elle retiendra votre attention avec sa fragilité et ses rêves, rêves que nous avons toutes eu un jour. Sarah n’est pas juste Sarah, elle est nous. L’épilogue modernise les contes de fées, tout comme l’histoire en général. N’hésitez plus et foncez le découvrir !

A propos de Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge