« Je suis là » de Clélie Avit ou une vision du coma

Bonjour tout le monde. Nouvelle chronique littéraire que vous lisez … pendant que je suis en cours (j’ai toujours rêvé d’avoir le don d’ubiquité).

Voilà plusieurs mois que j’entends parler de ce roman vu comme un phénomène littéraire. Son auteur a reçu le prix Nouveau Talent de la Fondation Bouygues Telecom, le quotidien Metronews et les éditions Lattès (qui l’a publié) et de nombreux éditions ont acquis les droits de traduction. Bref … un phénomène. Je ne lis pas toujours car depuis 50 shades … je suis plutôt déçue. Malgré tout, j’ai voulu tenter car même si de nombreux avis sont mitigés, je voulais me faire ma propre opinion.

C’est quoi le pitch Holly ?

9782709649353-TUne histoire d’amour peut-elle naître en s’allongeant auprès d’une inconnue endormie ?

On en pense quoi ?

Une phrase qui en dit long sur le roman. (ou pas. Chacun son point de vue) On s’attend donc à une pâle copie de Et si c’était vrai de Marc Lévy (perso, j’ai pensé à un autre roman).

J’ai trouvé malgré tout que ce roman avait son propre style et que donc la comparaison n’avait pas lieu d’être. Ce qui m’a donné envie de le lire, c’est le prénom du héros.

Thibault (ndlr : il s’agit du prénom de mon frère), la trentaine, accompagne sa mère à l’hôpital pour voir son frère, Sylvain, blessé suite à un accident de voiture dont il est responsable. Il refuse d’y entrer car son frère, avec son accident, a tué deux adolescentes. La seule chose qu’il souhaite quand il y va, c’est dormir. Il pousse alors une porte au hasard et se retrouve face à Elsa, jeune femme de 30 ans victime d’une avalanche, qui est dans le coma depuis 5 mois. Une sieste plus tard, il finit par décider de revenir la fois suivante et ainsi de suite. Elsa a beau être dans le coma, elle entend absolument tout ce qui se passe dans sa chambre et cet arc-en-ciel, comme elle appelle Thibault, devient un rayon de soleil. Elle finit par guetter ses visites. Petit à petit, chacun de leur côté, ils vont devenir de plus en plus importants l’un pour l’autre et des sentiments vont naître.

9782266233668Oui, ça nous rappelle donc Marc Lévy. Oui, c’est une histoire bateau, classique. Mais … ce roman traite de différents sujets plus ou moins bien. Le coma et surtout le choix de débrancher ou non une personne. Ce livre est sorti à la période où l’on parlait de l’affaire Vincent Lambert. On en parle pas assez dans Je suis là et c’est peut-être un souci. Mais en France, c’est encore un sujet difficile alors je veux bien être indulgente. Le coma … j’ai aimé la façon dont Clélie Avit le traite. On sait que dans le coma, on peut entendre parfois. Le roman auquel je faisais allusion au début s’appelle Une larme m’a sauvée. Il raconte l’histoire d’une femme qui tombe dans le coma mais se réveille … à l’exception de son corps. Elle ressent absolument tout et un jour elle pleure, on le voit et c’est le début d’un combat pour l’aider à se sortir de cet état végétatif. Bref … Elsa ressemble un peu à cette femme. Elle entend mais ne ressent rien. Pourtant, au fur et à mesure des visites de Thibault, son corps se réveille à son tour mais ça, personne ne le sait. Certains lecteurs ont trouvé cela mal tourné mais moi non. Ça m’a donc rappelé ce roman.

L’histoire d’amour en elle-même m’a plu car en fait, on assiste surtout à l’éveil de sentiments (et pas que d’amour) dans le cœur de Thibault. Un personnage qui a su me toucher au fil des pages de par ses réflexions, ses remises en question et ses larmes (oui ! Un homme qui pleure, je trouve ça beau pas vous ?). Elsa c’est différent de par son état mais sa vision de Thibault en tant qu’arc-en-ciel ou encore sa façon d’exprimer ses réflexions vis à vis de lui … et bien moi j’ai apprécié.

Clélie Avit a une très belle écriture. Cela ne fait aucun doute. Que des sentiments se développent aussi vite … et bien l’écriture fait qu’on passe au dessus de ça. Le fait qu’on alterne le point de vue de Thibault avec celui d’Elsa est du vu et revu (dans Beautiful Bastard entre autre c’est déjà ça) mais c’est dans la sensibilité par moment et toujours juste.

Conclusion

Chacun son avis mais moi, j’ai aimé cette lecture. Ce n’est pas un coup de coeur mais … j’en suis pas loin. Une jolie petite histoire d’amour autour du sujet qu’est le coma, l’euthanasie et la complexité d’une telle décision.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

10 thoughts on “« Je suis là » de Clélie Avit ou une vision du coma

  1. Aaaaah je l’ai dans ma PàL ce livre! Je suis contente de voir qu’il t’a plu. je me demande si je serai du même avis 🙂 C’est vrai que l’alternance de point de vue est souvent utilisé de nos jours mais moi j’aime bien.

    1. Tous les avis que j’ai lu étaient pas en sa faveur alors j’appréhendais ma lecture. Mais c’est vraiment un très bon roman. Je comprends pourquoi il a plu à de nombreuses personnes. J’ai hâte de connaître ton avis en tout cas.
      PS : faut que je finisse ton roman sur Wattpad. J’ai adoré le début.

  2. Il faudrait très sérieusement que je me remette à l’actu littéraire car je n’ai jamais entendu parler de ce roman avant de lire ta chronique ma No’ ! J’avoue que dès les premières lignes, j’ai immédiatement pensé à « Et si c’était vrai ». Quand on a une sensation de déjà-vu comme celle-ci, on a pas forcément envie de se plonger dans cette lecture, de peur qu’elle ne soit « trop » similaire. Mais tu en parles si bien et ce livre semble tant avoir son identité propre que je le lirai volontiers ! Je n’ai pas lu non plus « Une larme m’a sauvée » mais j’avais entendu parler de cette histoire incroyable tirée d’une histoire vraie. Je trouve que le coma donne lieu de toute façon à des récits souvent fascinants, qu’ils soient fictionnels ou non… Ça vaut donc toujours le coup de se laisser tenté ! Merci pour la découverte ma Soeur Cosmique. Je t’embrasse !!
    Dernier post de childhoodisbetter : J’ai vu… « Girls Only », juste reflet d’une génération « adulescente »My Profile

    1. Ca fait des mois que je repoussais l’idée de le lire tant ma PAL ressemble à l’Empire State Building au pied de mon lit mais .. j’ai craqué et sans regret.
      J’espère que tu pourras le lire très vite.
      Je t’embrasse moi aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge