« Le plus bel endroit du monde est ici », « Les gens » à la sauce espagnole !

Bonjour tout le monde ! Alors que l’été vient d’arriver et que j’organise un petit concours pour fêter les ans des Chroniques, je reviens vers vous avec l’un de mes cadeaux d’anniversaire offert par ma Soeur Cosmique, Pan, que vous connaissez tous désormais.

Pour la petite histoire …

Pan m’a donc offert un GROS colis (non mais t’es complètement folle !) pour mon quart de siècle car ce jour-là, elle était au pays des caribous (et elle va pas tarder à rentrer). Elle a tapé juste avec les deux livres précédents et quand j’ai ouvert ce paquet, j’ai éclaté de rire : c’est le livre acheté pour l’anniversaire de Mémé (si tu passes par là, va-t’en !!!!!!!! Tu n’as rien à faire ici !) dans le but de le lui emprunter par la suite. C’est trop fort !

C’est quoi le pitch Holly ?

51NoVSL640L._SY344_BO1,204,203,200_Iris a 36 ans et des idées noires plein la tête : ses parents viennent de disparaître dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d’un café auquel elle n’avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveille sa curiosité. L’intérieur est plu intriguant encore, comme sorti d’un rêve. Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel Italien porteur d’une promesse : le bonheur.

On en pense quoi ?

C’est pas un coup de cœur mais c’est tout de même une petite pépite. Son résumé rappelle effectivement le best seller que fut Les Gens heureux lisent et boivent du café mais il a tout de même son propre à lui.

On a donc Iris (ndlr : c’est aussi le prénom de l’héroïne du second roman d’Agnès Martin-Lugand), la trentaine, qui vient de perdre ses parents dans un accident de voiture. Étant vieille fille, tout tournait autour d’eux et avec leur mort, elle se retrouve toute seule, sans ami. Alors qu’elle arrive au bout du bout et que pour elle la mort est l’unique issue, elle tombe face à la devanture d’un café et y entre. Elle ignore encore que ce café va bouleverser sa vie. Dans ce décor surprenant (et je vous assure qu’il l’est), elle rencontre Luca avec qui elle échangera de nombreuses fois autour d’un chocolat chaud et qui l’aidera à remettre sa vie en question et sur la bonne voie.

Le personnage d’Iris est assez sympathique même si parfois, je l’ai trouvé un peu niaise et ennuyeuse. Luca, le personnage masculin, reste un mystère pour Iris et pour nous aussi et ce jusqu’à la fin du roman et la révélation le concernant. Car ce roman est vraiment très court (188 pages dans l’édition de poche Pocket) et tout se passe vite. Personnellement, cela ne m’a pas gênée qu’il soit aussi court car j’avoue que par moment, certaines réflexions étaient tellement poussées que le court a aidé pour que ça passe.

L’écriture aussi car elle est plutôt fluide et elle permet de rentrer tout de suite dans le roman. Après, comme dans les premiers romans de Marc Lévy et Guillaume Musso, il y a un peu de magie dans ce roman. Je sais que beaucoup de gens critiquent justement ses deux auteurs par rapport à ça mais dans Le plus bel endroit du monde est ici, elle est clairement là mais … ça en devient absurde en fait. Comment l’expliquer … Disons qu’avec toutes les réflexions échangées entre Iris et Luca et bien la magie finit par nous devenir philosophiques et … à transformer l’histoire en un rêve que l’on aurait pu faire dans notre lit.  C’est ce que j’ai aimé avec Francesc Miralles et Care Santos. C’est que cette magie si souvent utilisée par les auteurs français cités précédemment, et bien elle prend un autre sens tellement plus joli qu’en fermant le livre, on a la banane jusqu’au oreilles. Et puis la fin … elle est surprenante car on s’imagine dès le départ ce qu’on pense être le final et bien non ! On se doute de la fonction de chaque personnage dans l’histoire mais à la fin, c’est pas comme on l’imaginait. C’est chouette !

Conclusion

Un petit roman espagnol qui rappelle à tous le célèbre roman d’Agnès Martin-Lugand. Des personnages plus ou moins intéressants et auréolés de mystère dans une histoire faite de magie. Un rêve éveillé fait de poésie, de réflexions philosophiques plein de pensées positives. Idéal pour l’été et pour se faire du bien.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

4 thoughts on “« Le plus bel endroit du monde est ici », « Les gens » à la sauce espagnole !

    1. La magie n’est plus un sujet qu’on aime voir dans un roman tant Musso et Lévy nous en n’ont donné. Ca se respecte.
      Tu as donc lu mon préféré de cette revisite des Contes de fées. C’est sympa. Je dois avoir une traduction non officielle d’un roman court qui met en scène ces personnages en particulier Wick. Si jamais tu veux tenter 😉

    1. Comme quoi 🙂 Il se lit vraiment très vite, c’est agréable quand tu sors de gros pavé comme moi. J’ai hâte de connaître ton avis désormais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge