« Un million de plaisirs coupables », suite et fin des aventures de Lanie et Noah

Bonjour tout le monde ! Après ma chronique de lundi sur le roman d’Angélique Barbérat, vous avez été plus de 250 personnes à venir ici me lire. Merci à vous ! Merci aussi au site Hellocoton qui a choisi cette chronique en UNE pour illustrer sa sélection Culture. Enfin bref … merci d’être là tout simplement.

Aujourd’hui, je reviens avec une nouvelle lecture commune avec Freya qui n’est d’autre que la suite de notre première lecture, Un million de plaisirs coupables de C.L Parker.

C’est quoi le pitch Holly ?

Lanie et Noah parviendront-ils à se retrouver ? Le riche et arrogant Noah Crawford a conclu un pacte des plus inhabituel avec Lanie Talbot : pour deux millions de dollars, elle doit se soumettre à tous ses désirs et fantasmes. La jeune femme au caractère explosif a découvert un univers de sensualité dans les bras de Noah. Mais lorsque celui-ci apprend que Lanie a vendu son corps pour sauver sa mère de la maladie, rongé par le remords, il lui rend sa liberté. Lanie, qui ignore que son secret a été découvert, ne comprend pas ce rejet soudain et se battra pour prouver à son beau millionnaire qu’un lien plus que charnel les unit désormais. Mais c’est sans compter l’intervention du perfide David, associé dément de Noah et pervers manipulateur…

On en pense quoi ?

Le livre a tenu 1h30 entre mes mains. Le premier tome de ce duo m’avait plu car même s’il avait les mêmes caractéristiques que 50 shades et Crossfire avec un contrat, de l’argent et une jeune fille qui vend sa virginité, et bien cela se transformait petit à petit en une jolie romance.

Le livre reprend là où le premier s’est arrêté. Noah a décidé de rompre avec Lanie parce qu’il a découvert pourquoi elle a vendu son corps. Comme il l’aime (et elle aussi), il choisit de lui rendre sa liberté. Lanie est perdue et l’accepte avec difficulté. Mais très vite, Noah va changer d’avis et revenir auprès de sa belle et de sa mère malade. Ils s’aiment et cela ne changera rien. Alors oui, on a envie qu’il y ait des obstacles car s’ils passent leur temps en sport de chambre et à se jurer l’amour éternel, ça va finir par me lasser. Que nenni ! C.L Parker va nous trouver de quoi pimenter leur histoire tout en laissant ses deux héros s’aimer, se le dire et se le prouver en mots et en actes. C’est sympa et parfois drôle.

Ensuite, on rencontre avec plaisir des personnages secondaires qui nous changent du presque huis-clos Lanie/Noah dans le premier tome. Tout d’abord la mère de Lanie et sa maladie. En attente d’une greffe, elle est clouée au lit et rêve de voir sa fille heureuse. Quelle n’est pas sa surprise en apprenant l’existence de Noah ! Elle est ravie. On retrouve aussi le père de Lanie et Dez sa meilleure amie qui offre le côté chaleureux et familiale à cette histoire. Puis le plus intéressant, le très vilain associé de Noah, David. Il a déjà causé bien des problèmes à Noah et ne compte pas laisser tomber pour obtenir les pleins pouvoirs. Il a un côté diabolique et violent très réussi. L’auteur nous offre même quelques passages dans sa tête, histoire de varier un peu et à nous lecteurs d’avoir toutes les cartes en main pour tout comprendre tout de suite.

Du côté de l’amour entre Noah et Lanie c’est assez délicieux. L’homme renfermé et hostile aux sentiments du début a totalement disparu et laissé place à un amant dévoué et passionné (un plaisir de le voir faire son possible pour plaire à Lanie). Leur relation devient plus équilibrée : Lanie a vite perdu sa naïveté mais a toujours la langue bien pendue. Leurs scènes de sexe sont nombreuses, bien écrites et pas trop redondantes non plus. Cela compense car il y a peu d’éléments nouveaux dans tome. En fait, j’aurais aimé que le perfide David soit encore plus exploité. Ca va un peu vite au final le dénouement autour de lui. A part ça, j’ai passé un bon moment et j’ai pas vu le temps passé alors qu’avec 50 shades … j’en pouvais plus !

Conclusion

Ce roman ne révolutionne pas la romance érotique mais il se lit avec grand plaisir. C.L Parker a su faire oublier les célèbres romans de ce genre pour passer à autre chose. De plus, l’épilogue est court et rapide. On en découvre un peu plus sur la suite mais juste assez pour nous laisser imaginer le reste. Un point final à une jolie histoire d’amour.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge