[Classique Challenge] La Belle et la Bête par Mme Leprince de Beaumont

https://i1.wp.com/media.paperblog.fr/i/507/5073322/belle-bete-contes-mme-leprince-beaumont-L-F1jXTt.jpeg?resize=338%2C497

Dans un peu moins de deux heures, le challenge des Classiques, proposé par mon amie la Reine Margot, va prendre fin. Je tiens tout d’abord à la remercier car grâce à elle, j’ai eu l’occasion de lire des classiques que je n’ai pas lu depuis longtemps, de découvrir ceux que je n’ai pas encore lu, … Même si officiellement le challenge a pris fin, je pense tout de même continuer à en lire étant donné que j’ai découvert un important stock dans la bibliothèque de ma mère.

Ce soir, je publie le dernier livre de ce challenge qui, sans le vouloir, va de paire avec mon Alpha Challenge mais que je ne considère pas inclu dans ce dernier, et s’avère être les racines de mon Disney préféré : La Belle et la Bête. Je vous présente donc le conte qui a inspiré le célébrissime Disney et que je dédie bien évidemment à ma Reine.

Il m’est difficile de vous faire un résumé ou même une présentation de ce conte sans dévoiler l’intrigue et même gâcher un peu le plaisir si jamais il vous vient l’envie de le lire. Pourtant, je vais essayer. Jeanne-Marie Leprince de Beaumont raconte l’histoire d’un marchand bourgeois, père de six enfants, trois garçons et trois filles. Ses deux filles aînées sont des coquettes orgueilleuses, jalouses voire dotées des pires défauts malgré leur beauté. Les autres enfants ne le sont point en particulier la plus jeune fille que l’on appelle la Belle. Elle est pleine d’esprit et préfère lire (tiens donc !). Et puis un jour le père devient pauvre, commet l’erreur de voler une rose pour sa plus jeune fille et se retrouve condamner à envoyer son enfant dans le palais de la Bête …

Maintenant, je ne peux pas m’empêcher de faire une comparaison avec le Disney. On y retrouve les éléments principaux comme le père attaché à sa fille dont le nom est (la) Belle, un acte impardonnable commis contre la Bête, un sortilège et enfin une Rose. (Petite pause chauvine pour dire que ça fait tout de même plaisir de savoir que ce conte est français.)

Malgré tout, j’ai réussi à faire abstraction du Disney pour m’intéresser à l’histoire en elle-même. Je l’ai beaucoup appréciée. La magie de l’histoire n’est présente qu’à la fin et si par moment, je me suis sentie face à Cendrillon et ses abominables soeurs et bien je dois avouer que j’ai ressenti la même magie et le même plaisir qu’avec les Nouveaux Contes de fées de la Comtesse de Ségur.

Je me suis facilement identifiée au personnage de la Belle, je me suis prise d’affection pour elle, pour son père et j’ai éprouvé de la réticence et un sentiment de mystère et d’interrogation autour de la Bête. C’est comme si j’étais devenue la Belle (j’ai bien dit comme si, je ne suis pas folle, j’aime bien me mettre dans la peau de certains personnages). J’ai détesté les soeurs, par autant que celles de Cendrillon mais j’avoue avoir eu envie de les claquer par moment.

Mme Leprince de Beaumont a vraiment une très belle écriture et elle sait vraiment nous faire partager son ressenti et sa vision de l’histoire. Bien évidemment, on trouve, comme avec Ségur et La Fontaine, une moralité à la fin de l’histoire. En effet, il est suggéré, mais ça, tout le monde l’aura compris, que la vertu est bien mieux que la beauté.

Bien évidemment, c’est un classique que je vous conseille d’autant plus que j’étais persuadée qu’il était d’elle. J’ai découvert en réalité que Mme Leprince de Beaumont avait en fait « copié » l’histoire de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve et en avait rédigé une sorte de version condensée. C’est pourquoi, mon Alpha Challenge de la lettre B concerne l’autre version du conte (que j’ai reçu ce matin par la poste). Le moment venu, je vous ferai une petite comparaison entre les deux, histoire que vous puissiez comparer par vous-même. En attendant, il faut vous contenter de cette version-ci qui est bien de toute manière et qui se doit d’être lue.

PS : bien évidemment, mon édition comporte d’autres contes tout à fait intéressants à lire mais ce ne sont que des bonus.

A propos de Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

2 commentaires sur “[Classique Challenge] La Belle et la Bête par Mme Leprince de Beaumont

Les commentaires sont fermés.