Le dernier jour du reste de sa vie …

https://i0.wp.com/www.thestylebyme.com/wp-content/uploads/2011/10/3-BlackRibbon.jpg?resize=259%2C432Voilà, aujourd’hui est un jour assez particulier pour moi. Il y a trois ans, alors que le lendemain j’allais avoir mon épreuve orale pour mon BAC, alors que je tenais le bureau de vote pour les élections européennes, un évènement allait arriver et m’aurait complètement retournée : un de mes camarades de classe est « parti dans les étoiles » comme dirait mon petit cousin.

En effet, tous les deux nous devions passer cette épreuve orale ensemble, l’un après l’autre, lui d’abord et moi après. Le matin de cette épreuve, j’étais chez moi, assise devant mes textes, à relire mes traductions, à relire mes commentaires, à discuter avec une de nos amis qui passait elle aussi l’épreuve mais dans une autre matière. Et puis elle s’est absentée le temps de prendre un
appel et quand elle est revenue, ce fut pour m’annoncer que notre ami était mort. Sur le coup, je ne l’ai pas crue. J’avais déjà perdu un camarade de classe quelques années auparavant et dans ma tête de matheuse, une probabilité de vivre deux fois la même chose était de 0 et pourtant … pourtant elle a eu lieu. J’ai continué de refuser cette idée là jusqu’à ce que je me décide à appeler ma mère. J’appelle toujours ma mère quand quelque chose ne va pas et là, l’entendre me dire « ne t’inquiète pas, j’arrive » a éclaté ce que je venais tout juste de mettre en place. J’ai pleuré.
Longtemps, très longtemps. J’avais même pas la force de tenir debout. Et pourtant, je suis allée la passer cette épreuve mais j’ai reçu l’interdiction de dire à nos autres camarades ce qu’on avait appris. Et croyez-moi, c’est extrêmement dur surtout quand l’un d’entre eux vous regarde droit dans les yeux et vous demande pourquoi on ne l’a pas appelé avant vous. Je suis la seule d’entre nous qui n’a pas pleuré devant l’examinateur et pourtant, elles étaient là mes larmes mais je les ai retenues, pour lui.

Trois ans après, je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé. La seule chose que je sais, c’est qu’il est allé se promener en vélo jusqu’au chantier de la ville et que là, il serait grimpé à la grue et quelques minutes plus tard, il est mort à ses pieds. Accident, suicide, meutre … je sais pas. Il y a pourtant eu une enquête qui a conclu au suicide mais … pour moi cela reste incompréhensible. Il n’avait aucune tendance morbide, il était un garçon joyeux et quand on nous demandait quel était le garçon que l’on préférait dans cette classe, c’était lui sans aucun doute. Je devrais pourtant arrêter de penser à ça mais c’est impossible, j’ai essayé mais je n’y arrive pas.

Le lendemain de cette fameuse épreuve j’ai eu 19 ans. Un anniversaire difficile, très difficile, puisque comme si cela ne suffisait pas, je me suis disputée avec mes deux parents. Ils voulaient que j’aille de l’avant mais comment aller de l’avant en une journée alors que votre camarade est mort. Bien sûr que j’irai de l’avant mais pas ce jour là, j’étais sous le choc et aucun d’eux n’avait compris. Au lycée, le plus dur était de ne plus voir les cocottes en papier qu’il faisait et qu’il jettait dans les escaliers. Dès qu’on en trouvait une, on savait qu’il était passé par là. Ne plus en voir … ce fut le triste rappel de la réalité. Maintenant, chaque année, à la date fatidique, je repense à lui. Il m’arrive de penser à lui à d’autres moments comme lorsque je passe en voiture devant le moulin qui a pris la place de la grue mais c’est plutôt rare. Je ne parle jamais de lui parce que quand j’avais besoin d’en parler, personne n’était là. Aucun de mes camarades ne voulaient en parler et ma famille voulait que j’avance. J’ai dû apprendre à le faire toute seule, à ma manière, en lui écrivant chaque année le jour de sa mort. Aujourd’hui, je suis en train de le faire, en vous le disant, en vous le racontant. C’est ma façon à moi de ne pas l’oublier et de ne pas trop en souffrir.

Alors voilà, Romain, je sais exactement où tu es et je pense très fort à toi. Jamais je ne t’oublierai.

About Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

One thought on “Le dernier jour du reste de sa vie …

Comments are closed.