La dame de fer : comment passer de l’excitation à la déception

https://i1.wp.com/www.onlinetvcast.com/upload/movies/movie_452_thumbForVideoPanel.jpg?resize=600%2C323

Pour mon 30° article (déjà !), j’avais prévu de vous parler d’un de mes jeux PC préférés mais finalement, après avoir vu The Iron Lady, j’ai décidé d’en faire un article. (Faut pas s’inquiéter, le jeu viendra en temps et en heure).

Pour ceux qui ont lu mon post précédent (et même les autres), vous avez remarqué que j’adore le cinéma et en particulier deux actrices, la première m’a donné mon pseudo (Audrey Hepburn), la deuxième m’impressionne par son jeu de caméléon (Meryl Streep).

Je reprends donc The Iron Lady. Le synopsis était simple. Margaret Thatcher, première et unique femme Premier ministre du Royaume-Uni (de 1979 à 1990), autrefois capable de diriger le royaume d’une main de fer, vit désormais paisiblement sa retraite imposée à Londres. Agée de plus de 80 ans, elle est rattrapée par les souvenirs. De l’épicerie familiale à l’arrivée au 10 Downing Street, de succès en échecs politiques, de sacrifices consentis en trahisons subies, elle a exercé le pouvoir avec le soutien constant de son mari Denis aujourd’hui disparu, et a réussi à se faire respecter en abolissant toutes les barrières liées à son sexe et à son rang. Entre passé et présent, ce parcours intime est un nouveau combat pour cette femme aussi bien adulée que détestée.

Quand on lit ça, on se dit qu’il y a matière à travailler mais j’avoue avoir eu quand même une réticence sur le fait que le film tourne plus sur la vie privée de The Iron Lady que sur ses engagements et actions politiques. Finalement, ma peur se confirme. Le film démarre sur Margaret, âgée de 80 ans environ, qui achète sa bouteille de lait. Puis elle rentre et déjeune avec son mari (dont on comprend très vite qu’il est …). Et bien rien que ça, ça a légèrement refroidi mon excitation. Et puis enfin arrive les flash-backs et là, cela devient intéressant quoique… Voir Margaret travailler avec son père bof mais la voir écouter le discours politique de son père là oui ! On commence à découvrir LA future Margaret, The Iron Lady. Et on retourne très vite à nouveau dans le présent et mon ennui revient au triple galop.

https://i0.wp.com/image.cinemaclock.com/images/original/iron_lady__2011_1897.jpg?resize=580%2C288

Durant les 45 premières minutes, je me suis littéralement ennuyée mis à part certains passages qui valaient vraiment la peine d’être vus mais d’être plus travaillés, plus approfondis. Je dis 45 car c’est le temps qu’il faut à moi, spectateur, pour voir Margaret devenir le leader des Torries (les Conservateurs) et ensuite Prime Minister. Et au final, le film ne devient véritablement intéressant que lorsque Margaret est au pouvoir. C’est là qu’on la voit à la fois aimée et détestée, le véritable visage de cette Iron Lady. Si j’avais vraiment un passage du film à citer qui m’a plue, ce serait sans contexte le passage sur la guerre des Fawlklands (les îles Malouines).

https://i1.wp.com/nicolinux.fr/wp-content/2012/01/la-dame-de-fer-phyllida-lloyd-950x632.jpg?resize=500%2C332

https://i1.wp.com/www.mirror.co.uk/incoming/article99996.ece/ALTERNATES/s615/meryl-streep-as-margaret-thatcher-in-the-iron-lady-pic-alex-bailey-103163835.jpg?resize=500%2C332

Là, on a Margaret Thatcher dans tout sa splendeur, dans toute son intransigeance, dans toutes ses idées qui lui ont donné ce surnom et entre nous, le discours qu’elle fait à la fin de cette guerre, il est juste parfait, comme si on y était. Ensuite, elle démissionne (bon on voit tout ce qui s’est passé avant mais je ne vais pas raconter tout le film alors …) et là aussi, je l’ai trouvée vraiment très juste.

https://i2.wp.com/cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/cinema/news-cinema/photo-meryl-streep-dans-la-peau-de-margaret-thatcher/37616438-3-fre-FR/PHOTO-Meryl-Streep-dans-la-peau-de-Margaret-Thatcher_image_article_paysage_new.jpg?resize=470%2C284

Bon en résumé, le film est une très grande déception pour moi. La seule chose qui le sauve, c’est l’interprétation magistrale de Meryl Streep. D’ailleurs, je vous conseille le film en VO car c’est justement ainsi qu’on voit le travail qu’elle a effectué pour devenir Margaret Thatcher. Son accent britannique est à tomber. Non vraiment, moi qui suis étudiante en langue anglaise, je trouve que son accent est tout à fait parfait. On ne dirait pas du tout qu’elle est américaine en réalité. Après, je dirai que son maquillage aide beaucoup à la rendre plus semblable à The Iron Lady mais faut avouer que même dans sa démarche, Meryl Streep m’a aussi impressionnée. Les autres acteurs sont bons mais comme on voit plus souvent Margaret Thatcher que les autres … Non vraiment, je tire mon chapeau à Meryl Streep qui a entièrement mérité ses trophées jusque lors et que l’Oscar lui tend les bras. Par moment, elle m’a rappelée l’actrice Helen Mirren dans le rôle d’Elizabeth II dans le film The Queen (qui a eu l’Oscar pour ce rôle) enfin quand Margaret est âgée. Quel dommage que tout ce qui l’entoure soit véritablement un fiasco.

https://i2.wp.com/marvelll.fr/wp-content/uploads/La-Dame-de-fer-banniere.jpg?resize=500%2C262

Bon pour véritablement terminer mon article/avis, je dirai sincèrement que ce film a refroidi mon excitation tout en réchauffant ma déception. Il y avait tant de choses à travailler sur la vie politique de Margaret Thatcher, tant de choses qui auraient mérité d’être mises en avant, d’autres plus travaillées (les années 80 enfin une partie sont traitées seulement en quelques minutes) plutôt que de voir la vie privée de cette grande dame. On nous la présente comme une pauvre vieille dame méritant la compassion (certes, on peut) alors que lorsqu’elle était Prime Minister, elle était vue bien différemment. Je ne critique en aucun cas la politique, je dis simplement qu’elle n’était pas aussi blanche que dans le film du moins, pas tout le temps. Dans ce cas-ci, la Dame de Fer n’a pas la poigne pour maintenir ses spectateurs.

Rendez-vous sur Hellocoton !

A propos de Holly Goli

Holly Goli ou Noémie de mon prénom. 90's girl vouant un culte à Audrey Hepburn, passant son temps à écrire sur tout et n'importe quoi, culturée jusqu'au bout des ongles, prof d'anglais, ex-étudiante en lettres et ex-assistante de français chez les Anglais.

One thought on “La dame de fer : comment passer de l’excitation à la déception

  1. 45 min à t’ennuyer profondément, ça ne motive pas il est vrai. Mais de toute façon comme je n’aime pas cette actrice (oui je sais, elle est top mais pas pour moi), je n’irais pas le voir, voili
    voilà.

    Bonne journée à toi, des bises.

     

    Clara

Les commentaires sont fermés.