Quand gagner un concours permet de découvrir des petites merveilles …

Il y a quelques temps (7-8 mois à peu près), j’ai participé à un concours sur la page Facebook du site Pocket (Je suis une très grosse accro à cette page et j’y vais plus que de raisons pour voir s’il y a des concours car je suis très souvent en manque de lecture et d’argent). Il s’agissait de publier sa citation préférée de Marc Lévy et … j’ai gagné un lot de livres. Parmi eux, se trouvait cette petite merveille.

Quand j’ai vu la couverture, j’ai tout de suite accroché. (C’est généralement ça qui fait que j’achète un livre) Une femme vêtue d’une robe des années folles et de dos. De quoi entretenir le mystère non ? J’ai lu le quatrième de couverture et j’ai commencé à réfléchir un peu à ce que contenait le livre. Je savais déjà qu’il y avait une histoire de chute mais je me plaisais à penser que le roman avait lieu dans l’univers de la mode mais pas comme pour Sophie Kinsella où l’héroïne affronte des « épreuves » toutes plus comiques les unes que les autres. Non j’avais le sentiment que l’héroïne avait vécu quelque chose de fort.

Après avoir gambergé tout un moment dessus. J’ai commencé le livre.

On a donc une vieille dame qui coud. Enfin … elle rêve qu’elle coud mais c’est un cauchemar. Elle se réveille. La scène d’après, on retrouve cette même femme qui observe les gens de la rue. Et puis doucement, on la voit perdre sa chaussure et basculer dans le vide. Dis comme ça, ça fait un peu sursauter mais l’auteur le raconte de telle façon que l’on a pas peur de la voir tomber puisque quelque part, on le savait déjà de part le titre et le quatrième de couverture. Et là, Madelaine (puisque c’est ainsi que s’appelle la vieille dame) voit sa vie défiler devant ses yeux, comme paraît-il chacun fait quand il sort la mort l’approcher. On voit ses souvenirs dans le désordre : son petit-fils qui mange des crêpes, un certain Tadeusz qui dort à ses côtés et qui serait son amant ou même son mari, on l’ignore. Et puis viennent enfin les souvenirs dans un ordre chronologique. On la voit bébé auprès de sa mère, son père et ses frères et soeurs qui grandit dans un univers particulier de pauvreté. On s’attache donc à cette enfant.

Au final, Claire Wolniewick nous emmène dans la tête de Madelaine pour nous faire véritablement ressentir ses sentiments au plus profond d’elle. Et j’ai beaucoup aimé ce style d’écriture. C’est tout en douceur, il n’y a pas de surprise enfin si, il y en a mais elle est ammenée de façon à ne pas faire peur, elle est atténuée par les mots.

Puis vient les thèmes majeurs de ce roman : la seconde guerre mondiale et l’univers de la mode. Je vais commencer par le dernier thème.

Jusqu’à maintenant, les romans que je lisais sur le thème de la mode était plutôt dans le registre comique. Rebecca Bloomwood, l’accro du shopping de Sophie Kinsella, en est le bon exemple. Elle adore la mode et y passe tout son argent, ce qui cause bien des problèmes. Le temps d’une chute est différent puisque l’univers de la mode est en le personnage de Madelaine. Elle est couturière puis créatrice de mode. Elle est plutôt une Coco Chanel qu’une fashionista. Et j’adore ça. C’est vraiment l’univers de la mode à proprement parler et puis la période où elle crée est celle de Coco Chanel et Yves Saint-Laurent qui sont pour moi, les plus grandes figures de la mode aux côtés d’Hubert de Givenchy. Ensuite, il y a donc ce second thème qui est la seconde guerre mondiale. En fait, il est peu présent mais je l’ai trouvé tellement bien abordé. On le trouve donc dans le personnage de Tadeusz, ce personnage si énigmatique qu’on avait entreaperçu au début du roman. C’est un ancien déporté qui porte profondément les marques de sa détention et cela affecte sa relation avec Madelaine. On les voit tantôt s’aimer, tantôt se déchirer. On finit par comprendre ce qui fait Tadeusz et quelque part à travers lui, on ressent ce qu’il a vécu sans le savoir.

Le second thème me touche particulièrement car c’est un thème que j’aime trouver dans les livres que je lis. C’est une période qui m’a toujours quelque peu fascinée étant plus jeune et aujourd’hui encore, je ne peux m’empêcher de vouloir trouver une explication (que je ne trouve toujours pas) à cela. Ici, elle est bien présente mais tout de même en retrait car ce n’est pas véritablement le thème principal du roman. Je trouve qu’elle est présentée juste comme il faut, sans trop en faire des tonnes.

En conclusion, c’est une véritablement petite pièce de haute couture à lire absolument pour une authenticité certes fictive mais qui pourrait très bien avoir exister.

Je tiens vraiment à remercier Pocket pour ce superbe cadeau et j’espère bien pouvoir découvrir d’autres merveilles sur leur site ici : link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge
  1. Il a l’air vraiment pas mal ce livre !
    Dans le genre historique et féminin il y a La Panthère de Stéphanie des Horts.
    C’est l’histoire de Jeanne Toussaint, qui était la muse de Louis Cartier (fils du fondateur de la maison de joaillerie) et créatrice de bon nombres de bijoux chez eux. On a un aperçu de Paris à cette époque aussi que j’ai beaucoup aimé.
    Voila si tu es en quête d’un nouveau livre je pense qu’il devrait te plaire.
    Merci pour la découverte de Le Temps d’Une Chute. 🙂