« Playboy Pilot » : le ciel, les Beatles et nous !

Bonjour tout le monde ! Et on continue cette semaine riche en chroniques avec une de mes lectures de ces derniers jours. S’il y a bien un livre que j’attendais, c’était celui-ci. J’avais beaucoup aimé Cocky Bastard puis Avec toi malgré moi et j’ai ENFIN pu lire le nouveau roman de mon duo d’auteures de choc – Vi Keeland et Penelope Ward : Playboy Pilot. Merci à Magali et Yoann pour cet envoi !

C’est quoi le pitch Holly ?

En apparence riche héritière à la plastique parfaite, Kendall Sparks doit pourtant faire face à un dilemme dont l’issue va conditionner son futur. Élevée dans un monde où l’argent supplante tout le reste, va-t-elle suivre cette voie ou tracer la sienne ? Carter Clynes est un pilote de ligne, sexy et charmeur, incapable de se poser plus de quelques heures – dans son métier aussi bien qu’avec une femme. Mais derrière ce comportement désinvolte se cache un traumatisme qu’il n’arrive pas à dépasser.

Ces deux âmes égarées se rencontrent dans un bar d’aéroport alors que Kendall n’arrive pas à choisir sa prochaine destination. De Rio de Janeiro à Amsterdam, au rythme des chansons des Beatles, ils entament ensemble un périple qui pourrait les mener bien plus loin qu’ils ne l’auraient imaginé.

Serait-ce pour eux le début d’un long voyage ? Vont-ils réussir à surmonter leurs histoires personnelles pour vivre la leur ?

On en pense quoi ?

Prenez le road trip de Cocky Bastard mais dans les airs, ajoutez une héroïne forte et indépendante à l’image de Soraya d’Avec toi malgré moi et vous obtiendrez Playboy Pilot. Et moi, j’ai eu un coup de cœur ! De ce duo d’auteures, j’ai trouvé mon roman préféré (et pas parce que la couverture est de ma couleur préférée). J’ai retrouvé tout ce qui m’avait séduite dans leurs précédents romans.

D’un côté, on a Kendall. Blonde, plantureuse et riche. De la cervelle ? Assurément elle en a. Un sacré caractère ? Ça aussi elle l’a ! Pourtant, elle n’est pas heureuse. Une pression familiale l’oblige à faire un choix qu’elle n’est pas sûre d’assumer. La solution ? La fuite. C’est là qu’entre en scène Carter. Pilote de ligne, arrogant et sexy, il ne trouve rien de mieux que de tremper son tee-shirt puis mieux ensuite lui proposer une destination. Alors qu’ils ne devaient pas se revoir, il s’avère que Kendall a embarqué … sur l’avion de Carter. Ensemble, ils vont apprendre à se connaître, au fil des vols de Carter. Une belle amitié, tintée d’une tension sexuelle clairement palpable, est née. Au fil du temps, ils vont finir par s’apprivoiser et plus si affinités. Mais leur passé saura-t-il est mis de côté pour vivre la vie qu’ils désirent ?

C’est ce que j’aime avec ce duo d’auteures. On a certes une histoire dont on connaît la fin à l’avance mais on a aussi beaucoup mais beaucoup d’humour. Combien de fois ai-je pu rire devant les jeux de mots, les joutes verbales ou encore les pensées philosophiques liées aux Beatles ? Tellement qu’il est impossible de les compter sur les doigts. Chacun des héros m’a touchée à sa propre manière.

Kendall tout d’abord. Encore une fois, Vi Keeland et Penelope Ward nous propose une héroïne forte et indépendante, dotée d’un sacré caractère mais aussi d’une incroyable fragilité. De ce fait, on en veut même pas à Kendall d’être aussi riche car on comprend bien que l’argent ne fait pas son bonheur. J’ai aimé découvrir au fur et à mesure son histoire qui certes, semble tout droit sorti des clichés du genre mais, qui a tout de même le mérite d’être marquante. Kendall a manqué d’affection dans son enfance et cela se ressent aujourd’hui. Elle est face à une chose qui peut changer le cours de sa vie et ne sait pas comment faire pour s’en sortir. On a vraiment envie de l’aider pour le coup. Au contact de Carter, elle va apprendre à lâcher prise et à mieux se connaitre elle-même (genre Socrate, Delphes et Platon. Les trucs qu’on voit en philo).

Carter est bien évidemment celui qui est désormais mon nouveau Book Boyfriend en titre. Chance et Graham peuvent aller se rhabiller. Le Playboy Pilot les a écrasés ! Pas que je fantasme sur le pilote de ligne (quoique …) mais Carter a clairement un charme fou ! Et de la répartie ! Et en plus il aime les Beatles ! Mais qui aime les Beatles au point de sortir un nombre incalculable de leurs chansons ? Aucune idée mais Carter si. L’histoire de Carter est le cliché par excellence bien évidemment mais voilà, du fait de sa répartie, et bien je ne l’ai que aimé davantage. Il se dévoile au fil des pages, Kendall aussi, et on finit par rêver de vivre leur histoire.

Bien évidemment, on a des éléments perturbateurs qui entrent en scène et bla bla bla … C’est bien, j’ai apprécié mais … c’est allé un peu vite au final. La fin n’est pas bâclée attention ! Mais … je sais pas, il y a un petit truc qui m’a gênée malgré tout.  Il y a une chose que je ne peux enlever à ce roman c’est que c’est avant tout un coup de foudre. On voit clairement que Kendall et Carter ressentent immédiatement quelque chose lors de leur rencontre. Et ça, ça provoque des papillons dans ventre.

Les personnages secondaires sont géniaux ! Mention spécial à Gordon bien sûr ! Ils m’ont fait du bien. De voir des personnes âgées dans ce roman m’a plu. J’ai trouvé ça plus convivial, familial même. Ça devient tout doux, comme un bonbon que l’on suce et fait fondre dans la bouche. Playboy Pilot est vraiment une chouette romance.

Vi Keeland et Penelope Ward sont à fond ! De tous leurs romans, j’ai préféré ce système de narration. Généralement, chacun d’eux, Kendall et Carter, parlait deux chapitres à peu près avant de laisser la parole à l’autre. On entre donc dans les têtes des héros pour notre plus grand plaisir. Ce que j’aime chez elles, c’est leur capacité à mettre autant d’humour et de comédie dans leurs histoires d’amour. C’est limite ce que j’ai préféré à la romance. Et comme à leur habitude, on a eu un crossover avec un de leurs précédents romans. C’est chouette ! Et alors les Beatles … comment dire … moi j’ai adoré ce fils rouge au fil des pages. Ça donne envie de ressortir les vinyles de mon père et de les écouter en boucle. Et l’épilogue ? Il est tout mignon et à l’image de ce qu’est l’histoire de Kendall et Carter.

Conclusion

Le duo Vi Keeland et Penelope Ward a encore fait mouche ! Et plus encore pour moi. J’ai aimé les deux héros, fort caractère mais fragile et/ou sensible. Un passé qui peut être cliché mais malgré cela, on passe au dessous pour passer un bon moment. L’humour est au rendez-vous et on rit une bonne partie de l’histoire de Kendall et Carter. Un hymne aux Beatles avec des titres de chansons qui parcourent le roman, des personnages secondaires touchants, sympathiques et drôles et enfin un épilogue adorable. Playboy Pilot nous emporte au septième ciel sur un air de Beatles. A lire absolument !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Requise pour vous identifier *

Commenter *






CommentLuv badge