« A la poursuite du soleil », le bonheur au bout du voyage

Bonjour tout le monde ! Alors que j’approche doucement de la fin de mes corrections de copies, j’en ai profité pour lire A la poursuite du soleil de Karina Halle. Cette lecture fut un peu particulière car c’est ma première sans Stéphanie (je t’embrasse bien fort d’ailleurs) car Karina Halle, c’est mon premier partenariat avec Hugo Roman (Le Pacte et L’Offre) alors voilà … je deviens sentimentale. Bref ! Merci à Magali et Marie pour cet envoi.

C’est quoi le pitch Holly ?

Il est temps pour Amber MacLean – 24 ans – de prendre les bonnes décisions. Après six mois de voyage- sac à dos à travers la Nouvelle Zélande, l’Australie et l’Asie du Sud-Est, la voici en Méditerranée, fauchée, sans même avoir de quoi payer un billet retour pour la Californie. Il y a pire dans la vie que de se retrouver coincé en Italie du sud, au bord d’un littoral magnifique. Malheureusement, le seul travail qu’Amber trouve consiste à enseigner l’anglais à deux morveux.

Et ce qui ne lui facilite pas la tâche, c’est que les deux enfants sont sous la garde de leur ténébreux grand frère, l’ancien pilote de moto Desiderio Larosa. Sexy et mystérieux, Derio ne cesse de tester la patience d’Amber – sans parler de ses hormones.

Une fois devenue nounou à plein temps dans la vieille villa, la jeune fille se sent de plus en plus attirée par ce solitaire énigmatique. La voilà bientôt tiraillée entre une vie tranquille et sécurisante aux Etats-Unis et les mystères du coeur si secret de Derio.

Sous le soleil de Capri, la passion va crescendo. Mais Amber parviendra-t-elle à percer le mystère de Derio, son ténébreux italien ?

On en pense quoi ?

J’ai beaucoup aimé la série des McGregor alors j’attendais beaucoup de Karina Halle. Et je n’ai pas été déçue. Ce n’est pas un coup de cœur mais une très agréable lecture.

On suit donc Amber qui parcours le monde avec son sac à dos. Elle est à la recherche d’elle-même, ça se sent. La Californie l’étouffait, du moins ses parents, et elle avait besoin de trouver sa voie. Elle arrive en Italie et là, c’est le drame : à cours d’argent, Amber est obligée de trouver un job si elle veut rentrer en Californie. Elle va finir par trouver un poste de préceptrice dans une villa à Capri. Elle doit enseigner l’anglais à deux jumeaux terribles. Son patron est leur grand frère, Desiderio – dit Derio – Larosa, ancien pilote de moto (ndlr : son prénom me rappelle la série italienne Desideria que je regardais enfant). Fidèle au mythe, cet Italien a un sacré caractère et il n’accueille pas chaleureusement sa nouvelle employée. Au fil des jours, Amber va devoir jouer avec les humeurs de la famille Larosa. Même si Derio ne la laisse pas indifférente. Elle va aussi devoir, à force de patience, apprendre à les connaître et tenter de les aider à surmonter leur passé dramatique. Mais doit-elle laisser ses rêves de côté et vivre l’aventure de sa vie à Capri ?

Si les descriptions de l’Italie m’ont vraiment éblouie, j’avoue avoir eu du mal à rentrer dans le livre. Mais au bout de trois chapitres, c’était bon. Je l’ai dévoré sans pouvoir m’arrêter. Je maintiens que plus ça va et plus la New Romance publiée chez Hugo évolue et laisse la part belle aux émotions et à la psychologie plutôt qu’aux scènes de sexe qui faisaient les belles heures au début. Ne vous attendez à un récit léger car plus on avance, plus le récit est prenant et poignant. La romance ne vient qu’après et c’est tant mieux. Elle se construit petit à petit, au fur et à mesure que les personnages se découvrent et apprennent de leurs fêlures.

J’ai adoré Derio ! C’est LE héros ténébreux par excellence. Il me rappelle un peu Heathcliff mais en moins sombre et violent. D’abord il est un mystère, ténébreux et troublant, puis ensuite il se dévoile et on s’attache. Parfois, il est un peu égoïste mais après, c’est un peu le cliché des italiens. Son passé n’est pas très réjouissant et en le découvrant, on apprend à l’aimer. Il a vraiment pas eu une histoire facile. Amber est mignonne et attachante. Malgré le fait qu’on n’exploite pas assez ses faiblesses, elle nous raconte de jolies choses mais trop tard pour la plupart. C’est dommage. On dirait qu’elle est sous-exploitée. Karina Halle m’avait habituée à mieux. J’ai bien aimé les jumeaux car ils apportent une petite touche de sensibilité à l’histoire. On est moins dans le drame avec leur passé. Le thème principal est bien évidemment la quête de soi. Derio pour vaincre ses peurs et retrouver goût à la vie et Amber sa voie pour pouvoir s’épanouir. Ils ont besoin l’un de l’autre pour y arriver car chacun de leur côté, cela est impossible.

Le gros plus du roman c’est l’Italie et Capri. Les descriptions sont magnifiques et on ne fait que voyager à travers différents paysages. Ça peut sembler au détriment de l’histoire par moment mais ça fait de A la poursuite du soleil un roman agréable et touchant, sans prise de tête.

Conclusion

Si vous cherchez un roman pour passer un moment agréable, A la poursuite du soleil est fait pour vous. On a des héros intéressants, qui ont parfois vécu des choses pas faciles mais auxquels on s’attache. Des paysages magnifiques qui font rêver et qui invitent au voyage. Malgré le fait que certains personnages se soient pas assez développés, c’est leur psychologie qui reste mis en avant. La romance ne vient qu’après. Alors si tout ça vous correspond, foncez !

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Commentaires on « A la poursuite du soleil », le bonheur au bout du voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Requise pour vous identifier *

Commenter *






CommentLuv badge