« Wonder Woman », sous exploitée par moments

Bonjour tout le monde ! Voilà une petite heure que je suis sortie de la salle de cinéma pour aller voir Wonder Woman toute seule, comme une grande. J’avais besoin d’un bon moment à passer, je n’ai pas été déçue.

C’est quoi le pitch Holly ?

C’était avant qu’elle ne devienne Wonder Woman, à l’époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones et combattante invincible. Un jour, un pilote américain s’écrase sur l’île paradisiaque où elle vit, à l’abri des fracas du monde. Lorsqu’il lui raconte qu’une guerre terrible fait rage à l’autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu’elle doit enrayer la menace. En s’alliant aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l’étendue de ses pouvoirs… et son véritable destin.

On en pense quoi ?

Bizarrement, le premier mot qui me vient est épique. Tous ces costumes, tous ces effets spéciaux m’ont plusieurs fois fait dire « Wouah ! ».

Par contre, fan de comics, passez votre chemin. Je trouve qu’on est bien loin du comics de base et qu’on tire plus sur la mythologie grecque qu’autre chose. Ce n’est pas pour me déplaire mais … ça manque de quelque chose.

J’ai beaucoup aimé le film, surtout le début avec l’île des Amazones et donc Diana enfant puis adolescente puis adulte. Une période où elle est encore innocente et qu’elle vit dans le monde des Bisounours (en voyant le film, vous comprendrez pourquoi). Car oui, sa mère Hippolyte lui cache beaucoup de choses comme ses origines et le fait que l’île est le seul endroit qui peut la « protéger ». Pourtant, Antiope (Robin Wright incroyable !), sa tante, va secrètement lui enseigner l’art de la guerre, l’art des Amazones quoi.

C’est tout beau et tout joli et paf ! Voilà qu’un avion débarque dans ce petit paradis perdu et vient tout chambouler notre Diana. Steve Trevor (mon Dieu Chris Pine ! Je l’aime cet homme ! Je veux le même à la maison si possible), espion américain à la solde des britanniques a dérobé un élément précieux qui pourrait mettre fin aux agissements d’une certaine docteur et d’un allemand fou à lier. Car oui, au cas où vous ne l’auriez pas compris, derrière le brouillard de l’île des Amazones, c’est la Première Guerre Mondiale, la guerre des tranchées, la guerre la plus sanglante de l’Histoire. Diana, persuadée qu’Arès, le Dieu de la Guerre, est derrière tout ça alors qu’il est censé être mort depuis longtemps puisque la Paix règne, choisit d’accompagner le bel américain dans son monde pour le détruire. Mais Diana va vite découvrir des choses plus ou moins violentes qui vont remettre en question sa vision et son étique sur son rôle d’Amazone.

Honnêtement, il est vraiment super chouette. Mais il y a quelques points qui me gênent un peu. Pourquoi doit-on systématiquement mettre un intérêt amoureux dans un film mettant en scène un héros de comics ? Alors oui, Loïs Lane, je le conçois puisqu’elle fait partie intégrante de Superman mais pour les autres films … Franchement ? J’en vois pas l’intérêt. Alors oui, il est beau, il est charmant, il a de l’humour (parce que quand Diana compare Etta la secrétaire à une esclave est drôle) mais voilà. Ça sert à rien, surtout que vers le milieu du film, on nous l’enlève pour ensuite nous le remettre bien mielleux vers la fin. I-nu-ti-le ! Certes Gal Gadot est juste sublime dans ce film, un costume superbe, des armes superbes mais elle a plus l’air d’une Xéna en puissance que de la belle Amazone héroïque que j’imaginais. En fait, la partie mythologie est pas assez approfondie pour moi. Si tu fais de la mythologie vas-y à fond ! Là, c’est plat alors que le début était excellent pour moi. En plus, jamais il te vient à l’idée qu’il s’agit de Wonder Woman. Pour moi, ce fut juste une guerrière là pour accomplir une mission.

Après, toute la morale qui tourne autour de Diana et sa mission, ça j’ai aimé. A l’heure actuelle, on vit véritablement dans un monde de brutes et toutes les questions sur le pourquoi de la guerre dans Wonder Woman sont justes et pertinentes. Un jour, un de mes collègues a dit : « Le cancer de la Terre ? C’est l’humain. ». Je pense que sa phrase s’applique assez bien à certaines conceptions de la guerre évoquées dans le film.

J’ai adoré la musique qui vraiment rend le film épique même si parfois, je l’ai trouvé un peu absente dans des moments plus importants que d’autres. L’histoire choisie pour faire évoluer Wonder Woman est bien, il y a de la recherche mais … c’est comme si parfois, d’autres films de comics (genre Captain America) s’étaient greffés dessus. Je ne suis pas déçue du rendu global mais … je pense qu’on aurait pu mieux faire.

Conclusion

Wonder Woman n’est pas un film fait pour les fans de comics je dirai. Beaucoup seraient déçus du résultat. Il y a un énorme potentiel autour du personnage de Diana Prince mais peut être trop d’éléments décousus et parfois inutiles qui gâchent le côté mythologique de l’histoire des Amazones pas assez exploité à mon goût. Bien évidement, Gal Gadot rayonne dans le film, Chris Pine s’occupe de mon petit coeur de midinette en jouant un héros de la guerre vraiment plaisant mais l’intrigue amoureuse ajoutée à l’histoire est soit considérée de trop ou alors pas exploitée à fond. C’est sympa, épique mais … on aurait pu mieux faire quand même.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Requise pour vous identifier *

Commenter *






CommentLuv badge