« The Silent Waters », quand le silence est une voix

Bonjour tout le monde ! La série Elements de Brittainy C. Cherry est pour moi une série à suivre de près. Après mon énorme coup de cœur pour The air he breathes, j’ai eu la chance de lire The Fire between High & Lo en service de presse et aujourd’hui, je renouvelle avec le troisième et avant-dernier tome de cette série, The Silent Waters qui sort aujourd’hui. Merci à Déborah et à Magali pour cet envoi.

C’est quoi le pitch Holly ?

Notre vie est faite de moments. Certains terriblement douloureux, d’autres merveilleusement optimistes. J’ai connu beaucoup de ces moments dans ma vie, des moments qui m’ont changée, des moments de défi. En tout cas, au cours des moments les plus importants – des plus déchirants et des plus incroyables – il était toujours là.

J’avais huit ans quand j’ai perdu ma voix. Une partie de moi m’a été volée, et la seule personne qui pouvait vraiment entendre mon silence était Brooks Griffin. Il était la lumière de mes jours sombres, la promesse du lendemain, jusqu’à ce que la tragédie le rattrape. Une tragédie qui a fini par le noyer dans un océan de souvenirs.

C’est l’histoire d’un garçon et d’une fille qui s’aimaient l’un l’autre, mais qui ne s’aimaient pas eux-mêmes. Une histoire de vie et de mort. D’amour et de promesses brisées.

On en pense quoi ?

Définitivement, la série The Elements de Brittainy C. Cherry est l’une des meilleures séries de New Romance que j’ai lu. Les personnages ont tous un passé fort et riche en émotions et leurs histoires sont belles et bouleversantes. Jusqu’à présent, Tristan, le héros de The Air, était mon gros coup de cœur en tant que bookboyfriend. Mais maintenant, il a été détrôné par Brooks Griffin, le héros de The Silent Waters.

Comme je l’ai déjà dit, chaque livre de cette série peut se lire indépendamment des autres donc vous pouvez très bien lire celui-ci et les autres ensuite.

Le titre de ce roman, The Silent Waters, fait référence à plusieurs choses : à l’eau, élément autour du duquel le malheur et le passé tournent et au silence avec l’héroïne, Maggie May Riley. Tout commence avec une petite Maggie. Élevée par son père, sans mère, elle se retrouve propulsée dans une nouvelle famille. Son père vient de tomber amoureux d’une femme qui a deux enfants : Cheryl et Calvin. Très vite, ils vont devenir une véritable famille. Calvin a un ami, Brooks Griffin. Ce garçon plaît à Maggie qui s’est mise en tête de l’épouser. Après tout, elle a huit ans non ? Alors que Brooks n’en a rien à faire d’elle – cette fille est exubérante et agaçante – mais il finit tout de même par accepter de se plier au jeu de cette petite fille qu’il ne trouve pas si jolie que ça. Pourtant, il ne se pointe pas à la répétition du mariage que Maggie leur a imaginé et un drame survient. Désormais, Maggie ne parle plus. Brooks s’en veut et décide d’être là pour Maggie et de devenir son meilleur ami.

Maggie, suite à ce drame, en plus de perdre sa voix, devient casanière. Impossible pour elle de quitter la maison. Elle en est incapable. Sa mère abandonne tout pour rester auprès d’elle et lui donner tout ce dont elle a besoin et cela lui pèse car elle a bien conscience que Maggie ne s’en remettra jamais. Maggie est blonde, des yeux bleus et une grande sensible. Elle a essayé de nombreuses fois de parler mais aucun son ne sort. Dans sa prison qu’elle a choisie, sa récréation vient de Brooks. Ce dernier, depuis le drame, fait tout pour rendre le quotidien de Maggie meilleur, lui faisant découvrir des choses comme la musique. Devenus adulte, on sent bien qu’il y a un lien bien particulier entre ses deux-là, bien au-delà de l’amitié qu’ils se portent. Il est son ancre, son roc, et quoi qu’il lui arrive, il sera toujours là, il le lui a promis.

Maggie est une jeune femme attachante et pas seulement par le drame qu’elle a vécu. Elle est sensible, rêveuse aussi et adore lire. Elle m’a fait penser à moi parfois. Brooks est l’archétype du beau garçon, populaire auprès des filles. Passionné de musique, il est membre d’un groupe avec Calvin, le frère de Maggie entre autre. Maggie compte énormément pour lui, bien plus qu’il ne veut le reconnaître. Mais son amitié est indéfectible et moi, je craque. Toujours là quand Maggie a besoin de lui, à son écoute même si aucun son ne sort de sa bouche. C’est cela qui fait toute la force du roman. Brooks permet à Maggie de garder la tête hors de l’eau et de vivre.

Ce sont les battements de ton coeur qui font tourner le monde.

Malgré tout, petit à petit, des sentiments plus fort évoluent entre eux mais Maggie refuse d’être un poids pour Brooks et veut qu’il vive ses rêves avec son groupe : les Crooks. Les années passent et leur amitié reste jusqu’au jour où c’est à Brooks de souffrir et à Maggie de l’épauler. Ensemble, ils ne font qu’un. Leur amour met du temps à venir mais après tout, Brooks est le premier émoi de Maggie et avec ce qu’elle a vécu, il faut du temps.

Et puis vient le temps de la séparation : Brooks réalise son rêve et Maggie ne peut toujours pas sortir de chez elle. Pendant des années, ils vont continuer à échanger, à être amis mais cette petite étincelle au fond de leur cœur continue de battre pour l’autre. Ce fut le début des montagnes russes, des émotions pour mon petit cœur car ensemble ou non, ils sont touchants, bouleversants. Chacun affronte son passé et les drames à leur manière et l’écriture de Brittainy C. Cherry est tellement belle et fluide que dès les premières pages, j’ai su que j’aurais un coup de cœur pour ce roman. Il y a de la poésie dans ses mots et la romance n’est pas le plus important. C’est la reconstruction après un drame et l’envie d’avancer et d’être à nouveau soi.

Autour de Maggie et Brooks gravitent donc les Crooks avec Calvin en tête. Cette bande de copains fous de musique sont drôles et attachants. Ils sont aussi des piliers pour Maggie car étant amis avec Calvin son frère, c’est comme si elle était leur sœur. C’est un peu la deuxième famille. Puis il y a Cheryl, la sœur. Autrefois amies, le drame de Maggie les a séparé et leur relation qui évolue au fil du roman est aussi jolie que celle qui unit Maggie aux Crooks. Pour terminer, les parents de Maggie et enfin Madame Boone, les « adultes » qui pour certains tentent de gérer le silence de Maggie, d’autres qui font en sorte de l’aider à s’en sortir ou alors la peur qui les empêchent de la laisser avancer seule à son rythme. C’est l’un des points forts de The Silent Waters  car il n’y a pas seulement de la reconstruction mais aussi de la descente aux enfers car le drame vécu par Maggie a différents impacts sur chacun des personnages proches de Maggie. Tous les personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires, sont pleinement développés, ont une psychologie et c’est absolument incroyable de lire leur histoire à chacun d’eux.

Les thèmes dramatiques se succèdent, enfin … deux gros drames qui sont les bases du roman mais qui ne sombrent dans le mélo ou le patho. Il y a beaucoup d’autres événements entre eux qui permettent à l’histoire de se dérouler permettant aux personnages d’évoluer physiquement et psychologiquement. C’est leur psychologie qui prend tout le dessus et j’adore la psychologie dans un roman. C’est pourquoi Brittainy C. Cherry est une pépite. Et entre nous, j’ai adoré l’importance de la littérature et de la musique dans ce roman. Ce sont deux éléments qui sont tellement bien développés et exploités qu’on ne peut que aimer.

Comme pour The Air et The Fire, les points de vue s’alternent et rendent le roman encore meilleur, encore plus profond, bouleversant et marquant. Les deux héros existent seuls mais aussi ensemble, main dans la main, créant des ascenseurs émotionnels dans mon petit cœur, me marquant à jamais. J’ai même versé ma petite larme. Pour moi, The Silent Waters, c’est un peu comme Ghost, mon film préféré. Un roman où différents genres littéraires se mélangent et c’est pas donné à tout le monde d’écrire cela.

La série The Elements a un point commun dans tous les romans qui la composent : le message de seconde chance. La seconde chance ici c’est de passer au-dessus du drame vécu et d’avancer. Bref … de vivre à nouveau. A côté de cela, des thèmes différents se croisent et s’entrecroisent sans jamais enlever l’authenticité de chacun d’eux. Brittainy C. Cherry a une écriture magnifique et c’est tout ce que je cite précédemment qui la rend unique et incroyable. Et ce qu’elle nous révèle à la fin de ce roman le démontre encore plus. C’est un roman de cœur écrit avec le cœur.

L’émotion est présente du début à la fin. Elle permet à Maggie et Brooks de grandir, de se rapprocher encore plus qu’avant, mais aussi de les perdre un peu plus par moment. En effet, en étant loin de l’autre, ils prennent conscience de la place de l’autre dans leur vie et tente malgré tout d’exister seul et non avec l’autre. Et pourtant, petit à petit, lentement, avec les années, on les regarde évoluer, aimer et devenir des êtres incroyables.

La plume de Brittainy C. Cherry est donc toujours aussi belle pour moi. Une plume légère pleine d’émotions sans faire de surenchère. Et puis ses personnages sont plus que bien construits alors on ne peut que aimer The Silent Waters. Maggie et Brooks sont parfaits, on s’attache facilement à l’un comme à l’autre et cette narration alternant leurs points de vue rendent leur histoire encore plus belle. Leur psychologie est tellement développée que cela renforce mon coup de cœur pour ce livre. J’ai vraiment mais vraiment hâte de lire le dernier tome mais en même temps, je ne veux pas que cela se termine. Cette série est bien trop belle !

Conclusion

Un roman sublime, encore meilleur que les précédents ! Un roman qui démontre que peut importe le passé et les drames qui l’accompagnent car les battements d’un cœur, que ce soit pour de l’amour ou de l’amitié, change le monde et la vie. Les émotions sont là du début à la fin et on finit par être captivé et envoûté par cette histoire qu’il est impossible de ne pas avoir de coup de cœur à la fin. Une plume agréable, qui sait exposer différents thèmes sans en faire trop et des personnages attachants pour un roman très dramatique. Vraiment, je crois que The Silent Waters a détrôné Jamais plus.

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 Commentaires on « The Silent Waters », quand le silence est une voix

  1. Artemissia
    1 juin 2017 at 9 h 37 min (6 mois ago)

    Pour ma part, il n’a pas détrôné Jamais Plus, parce que ces deux histoires sont trop différentes pour être comparées, mais elles sont ex æquo dans mon cœur. Vraiment, quand elles écrivent avec leur cœur, leur tripe, tu sens toute la différence 🙂

    Tu as encore une fois fait un super chronique Holly !

    Répondre
    • Holly Goli
      1 juin 2017 at 12 h 47 min (6 mois ago)

      Il est vrai qu’elles auraient pu être ex æquo mais Maggie m’a encore plus touchée que Lily. On peut pas les comparer, je suis d’accord avec toi mais j’ai eu plus d’émotions avec The Silent Waters qu’avec Jamais plus, c’est pourquoi il le détrône. En tout cas, merci d’être passée encore une fois <3

      Répondre
  2. Sandrine
    3 novembre 2017 at 22 h 20 min (3 semaines ago)

    Je viens de le finir…ça m’a valut une nuit blanche mais je n’ai pas pu décrocher!! Je l’ai adoré!!! Merci pour tes chroniques et de nous faire découvrir de jolies histoires!!!

    Répondre
    • Holly Goli
      4 novembre 2017 at 10 h 40 min (2 semaines ago)

      J’ai eu moi aussi ma nuit blanche avec ce roman. Je suis contente si tu as aimé l’histoire. Tu vois, je suis en train de lire le dernier tome de cette série et il est vraiment génial ! J’arrive pas à dire s’il est meilleur que The Silent Waters tellement il est prenant. Et merci pour ce commentaire, ça me touche beaucoup.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Requise pour vous identifier *

Commenter *






CommentLuv badge